[418] Save Our Souls

Pieter Brueghel l’Ancien | Chasseurs dans la neige [1565]

Depuis l’au-delà, Abbas Kiarostami le grand cinéaste iranien d’ « Au travers les oliviers » et « Le gout de la cerise » nous adresse un dernier film aussi émouvant que conceptuel, brassant cinq siècles d’images, de Brueghel l’Ancien au numérique. « 24 Frames » a été présenté en Séance spéciale de la 70e édition. Le cinéma, ce fut longtemps 24 images par secondes. Aujourd’hui que l’on compte en megabits, Abbas Kiarostami avait décidé, juste avant de mourir, de réinventer l’algèbre du cinéma dans un entre-deux entre l’analogique et le numérique : va donc pour 24 images par 2 heures. En exergue de ce film-posthume qui mêle toutes les techniques et tous les régimes d’images, le maître iranien précise : « J’ai décidé d’utiliser les photos que j’ai prises ces dernières années, j’y ai ajouté ce que j’ai imaginé avoir eu lieu avant ou après chacun des moments capturés ». La « frame » 1 n’est d’ailleurs pas une photo mais un célèbre tableau de Brueghel l’Ancien, « Chasseurs dans la neige ». Elle annonce le programme des 23 frames à suivre : ce que vous allez voir est de source indécidable, photo ou plan de cinéma, captation réaliste ou simulacre digital, réel et virtuel entremêlés. Dans la lignée de ses photos et de ses poèmes, chaque frame est un haïku visuel, une mini-épiphanie.

Alors que des réglementations culturelles strictes sévissent en Iran, sa jeunesse n’en finit pas de transgresser les interdits et de faire briller sa créativité. C’est notamment le cas de la scène électro en plein envol, ainsi que de la révolution sexuelle que connaît la littérature. Le webzine musical anglais The Quietus, citant notamment des artistes comme Sote ou Ash Koosha, s’est demandé comment la scène électro iranienne fleurit malgré la répression.

Le 28 mai 1844, depuis le capitole de Washington, Samuel Morse envoie un message à son ami Alfred Vail. Celui-ci le reçoit instantanément alors qu’il est à 600 km de là, à Baltimore. Le plus long pour Vail est de le décoder car le message est dans un langage nouveau, inventé par Samuel et appelé depuis le… « morse ». Le principe consiste à transformer les lettres de l’alphabet en des successions de points et de tirets. Cela permet la transmission de mots et de donc de phrases entières sous forme d’impulsions électriques, une courte correspondant à un point, une longue à un tiret. Comme le S est représenté par 3 points, et le O par 3 tirets, on décide assez vite que la simplicité du message SOS doit en faire un message d’urgence et un appel au secours. Cette décision est définitivement entérinée en 1906. C’est alors qu’il vint à l’esprit de quelques spécialistes de lui donner une légitimité en prétendant que SOS signifiait « save our souls ».

Après l’Arabie Saoudite et Israël, Donald Trump s’est arrêté au Vatican pour une solide poignée de main avec le pape. Le président américain a rencontré le pape François ce mercredi matin au Vatican, pour un face-à-face très attendu entre deux dirigeants souvent aux antipodes l’un de l’autre. A l’issue de leur entretien d’une demi-heure, les deux hommes sont apparus relativement détendus et souriants devant la presse. Mais rien n’a filtré dans l’immédiat sur leur discussion à huis clos dans la bibliothèque des appartements pontificaux. « Merci, merci, je n’oublierai pas ce que vous avez dit », a cependant glissé le président américain en prenant congé de son hôte. Son épouse, Mélania, qui arborait sa blondeur tête nue au Moyen-Orient, s’est couvert la tête d’une mantille noire. 
Deux poids deux mesures ?

Il est notoire que le président Donald Trump dispose d’une capacité d’attention réduite, et l’Otan fait tout son possible pour prendre cette réalité en compte. L’Alliance atlantique a donc invité les chefs d’État à limiter leurs interventions de deux à quatre minutes lors de son sommet. Et l’organisation a renoncé à publier sa traditionnelle déclaration de conclusion in extenso, qui a d’ordinaire pour fonction de confirmer son positionnement stratégique. Le 25 mai, les chefs d’État des vingt-huit pays membres se réunissent à l’occasion de ce qui sera la première rencontre entre Trump et une organisation qu’il n’a cessé de dénigrer tout au long de sa campagne électorale. Jamais l’Alliance atlantique n’a été aussi tendue avant l’arrivée d’un locataire de la Maison-Blanche, et les organisateurs du sommet se voient contraints d’inventer des moyens de rendre la chose, d’ordinaire guindée, plus séduisante.

Les coupes budgétaires drastiques prévues par l’administration américaine risquent de rendre l’ONU incapable de remplir ses missions essentielles, s’est alarmé mercredi le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric. Le ministre américain des Affaires étrangères Rex Tillerson a demandé mardi un budget en berne pour la diplomatie et l’aide internationale de la première puissance mondiale, avec une enveloppe en baisse de plus 30% sur un an. La baisse atteint même 60% pour le financement par Washington des opérations de maintien de la paix. « Si on s’en tient au budget tel qu’il est proposé, cela rendrait impossible pour l’ONU de continuer son travail essentiel en faveur de la paix, du développement, des droits de l’homme et de l’aide humanitaire », a affirmé M. Dujarric. Les Etats-Unis sont le plus gros bailleur de fonds de l’ONU, couvrant 22% du budget de fonctionnement [4,5 milliards] et 28,5% du budget des opérations de maintien de la paix [7,9 milliards].

« On parle souvent de la cyberguerre du point de vue technique, et rarement du point de vue du droit. En même temps, appliquer le droit international au cyberespace est, paraît-il, d’une grande complexité. Xavier de La Porte [se] souvient avoir interrogé sur ces questions Bertrand de La Chapelle, qui avait été ambassadeur de France pour la gouvernance de l’Internet à la fin des années 2000, et Bertrand de La Chapelle [lui] avait expliqué qu’en gros, il fallait faire faire au droit international la même révolution qu’il avait fait en 1648, quand le traité de Westphalie avait érigé l’Etat nation souverain comme socle du droit international. C’était mettre fin à la loi du plus fort qui avait prévalu jusque-là. Ce principe est toujours en vigueur dans le droit international, mais il se heurte aux spécificités du cyberespace qui, [lui] expliquait toujours Bertrand de La Chapelle, ajoute une nouvelle dimension au droit. N’ayant plus de rapport avec le territoire [le traité de Westphalie associe une juridiction à un territoire], le cyberespace nécessite une sorte de droit international en 3D, et cela pose manifestement pleins de questions très compliquées. Bref, on comprend mieux que l’on soit encore être en train de discuter à l’ONU d’une discussion aussi évidente que : comment un pays a-t-il le droit de répondre à une cyberattaque ? »

Le mouvement du commerce équitable cherche à œuvrer pour davantage d’équité dans le commerce international. En font partie de nombreuses initiatives de labellisation de produits, formant ce que l’on appelle communément aujourd’hui « le commerce équitable ». La fondation Fairtrade International, dont Max Havelaar France est membre, représente l’une des plus connues. Le commerce équitable est défini en France par une loi qui stipule que les relations commerciales établies dans ce cadre doivent être conclues pour une durée d’au moins trois ans ; doivent permettre le paiement d’un prix rémunérateur aux producteurs et le versement d’une prime à leurs organisations pour l’investissement dans des projets collectifs ; doivent assurer la traçabilité et la transparence ; et doivent enfin sensibiliser aux modes de production et de consommation socialement et écologiquement durables. Si 94 % des Français [selon un sondage OpinionWay pour Max Havelaar] trouvent important que leurs achats garantissent un juste prix pour le producteur, seul 1 foyer sur 3 achète des produits équitables.

Depuis le démantèlement de la « jungle » de Calais, en octobre 2016, les associations évaluent à quelque six cents les migrants présents à Calais et aux alentours, sans compter les deux cents Kurdes irakiens qui ont tout perdu avec l’incendie du camp de La Linière à Grande-Synthe et survivent dans un bout de forêt non loin du camp dans des conditions indignes. Ils ne sont « pas visibles, pas nommés », « on fabrique de l’exclusion », dénonce la présidente de la plate-forme de soutien aux migrants, Martine Devries. Le 18 mai, l’association Terre d’errance et plusieurs associations nationales et locales ont cosigné une lettre ouverte adressée au président de la République, dans laquelle elles demandent « un moratoire sur toutes les expulsions de bidonvilles et de squats, afin de ne pas empirer la précarité des personnes et de donner les délais suffisants aux élus, aux services de l’Etat, aux habitant[e]s et organisations associatives [dans le but] de se pencher ensemble sur les difficultés des situations pour tenter d’y trouver des réponses adaptées et respectueuses des droits fondamentaux ».

Alors qu’un attentat-suicide en marge d’un concert a fait 22 morts et 64 blessés dans la nuit de lundi à mardi à Manchester [Grande-Bretagne], Emmanuel Macron réunissait ce mercredi à l’Élysée le deuxième Conseil de défense du quinquennat. L’occasion pour le chef de l’État de revenir sur le risque terroriste en France, et d’annoncer une série de mesures à venir. Selon un communiqué envoyé par la présidence, le chef de l’État « a donné des instructions pour la mise en place » de la « task force anti-Daech » qu’il veut installer à l’Élysée. Il a aussi, et surtout, « demandé au gouvernement de proposer des mesures de renforcement de la sécurité face à la menace terroriste hors d’état d’urgence afin qu’un texte législatif soit préparé dans les prochaines semaines ». L’Elysée demandera au Parlement la prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre.
Plan vigipirate renforcé + Etat d’Urgence + nouvelle loi anti-terroriste… Qui dit mieux ?

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel [CSA], qui jusqu’ici enregistrait les plaintes des téléspectateurs sur son site [déjà 25 000 reçues, un record], est passé aux actes mardi 23 mai. Il a annoncé l’ouverture d’une procédure de sanction contre C8, au sujet d’un canular jugé homophobe de l’animateur vedette de la chaîne, Cyril Hanouna. En réaction à cette séquence, une cinquantaine d’annonceurs ont demandé la suspension de leurs publicités dans l’émission « Touche pas à mon poste ». « Constatant que cette chaîne a déjà fait l’objet de deux mises en demeure pour méconnaissance du respect de la dignité humaine et encouragement à un comportement discriminatoire, le directeur général du CSA a transmis ce jour ces informations au rapporteur indépendant », désigné par le vice-président du Conseil d’État et seul en mesure « d’instruire les procédures de sanctions », a indiqué le régulateur dans son communiqué de « mise au point ». La loi audiovisuelle de 1986 confère au gendarme de l’audiovisuel un large éventail de sanctions allant d’une mise en garde à … la suspension de la fréquence.

L’Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise, l’Agam, se penche, à l’occasion de ses prochaines Rencontres, sur le sujet brûlant des données. Vices et vertus du nouvel or des temps modernes. Rendez-vous mardi 30 mai à 8h30 au théâtre de la Joliette-Minoterie. Toutes ces questions nouvelles, contemporaines de notre 21ème siècle numérique, seront au cœur des préoccupations et des interventions lors des Rencontres de l’Agam qui auront pour thème « La ville, laboratoire de la donnée. » Pour alimenter la réflexion, de nombreux spécialistes et acteurs seront présents tout au long de la matinée. Deux tables-rondes permettront d’aborder, d’une part les conséquences de l’explosion des données sur les métiers et les acteurs de terrain, d’autre part, les nouvelles réalisations et expérimentations déjà à l’œuvre dans la métropole et au-delà.
Métropole, vous avez dit Métropole ? A quand une retransmission en direct des débats plutôt que d’aller engorger les routes ?

Un choc de simplification version transports en commun. C’est le sens du titre unique lancé par la région Paca et la métropole … Nice Côte d’Azur. A compter du 1er juin, les titulaires de la carte Zou ! auront la possibilité d’emprunter TER, tramway et bus du réseau Lignes d’Azur avec un seul et même titre de transport. Ils peuvent déjà se le procurer depuis samedi, selon une démarche là encore simplifiée : plus besoin de se rendre dans deux guichets différents.
Pour la Métropole Aix Marseille Provence, il faudra attendre encore…

Après une saison calamiteuse, les Noirs de Provence Rugby ont annoncé hier le recrutement de six nouveaux joueurs. Les premières recrues pour la saison 2017/2018 ont signé, hier, avec le club aixois. A noter, des renforts à chez les avants comme chez les arrières avec les arrivées du demi de mêlée Fabien Cibray [US Oyonnax], des piliers Jean-Baptiste Custoja [USAP] et Yann Resseguier [CSBJ], de l’arrière Florent Massip [Oloron], du deuxième ligne Jérôme Mondoulet [Bourg-en-Bresse] et du jeune centre Keziah Giordano [USO Oyonnax].

Dans la 14ème circonscription des Bouches du Rhône, un quatrième candidat « sans investiture mais totalement investi » affirme qu’il « soutiendra bien évidemment la démarche novatrice de notre président Emmanuel Macron. Au suivant !

Bonne journée

@MathieuGrizard

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.