[43] Summertime

Béatrice et Bénédict | Hector Berlioz | Richard Brunel | Théâtre de la Monnaie Bruxelles | Première 24 mars 2016

Les rats et les cafards, c’est bien connu, ont invariablement une longueur d’avance sur les fabricants de pesticides. En l’espace d’une seule génération parfois, ces animaux nuisibles adaptent leurs organismes aux poisons dernier cri concoctés par les laboratoires ; ils passent alors à travers les mailles du mortel filet.
C’est bien ce que réussissent à faire ces créatures du diable que sont les terroristes. Et s’il est une maille du filet dont ils n’ont cessé de se jouer, c’est bien — on croit rêver — l’incroyable dysfonctionnement des dispositifs de sécurité occidentaux, pourtant dotés de l’équipement le plus moderne.
Ainsi commence l’éditorial d’Issa Ghoraieb dans l’Orient-le jour hier, à propos des attentats de Bruxelles du mardi 22 mars et plus largement en Europe.

A Bruxelles, la traque et les hommages se poursuivent, et il semblerait que l’on retrouve la même équipe que pour les attentats de Paris en novembre.

De l’autre côté du continent européen, en Grèce, les autorités dénombraient mercredi matin 49.085 migrants et réfugiés bloqués sur le territoire. 
Parmi eux, 12.000 sont réfugiés à Idomeni, dans des conditions de vie épouvantables. Sans compter ceux qui arrivent et sont depuis dimanche renvoyés systématiquement suite à l’accord entre l’Union européenne et la Turquie.

A Bruxelles, Manuel Valls cherche à rassurer la commission européenne sur les déficits de la France, et à défendre ses réformes.

En France, le conseil des ministres de ce jeudi examine notamment le projet de loi visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs, dite loi sur le travail, ou loi El Khomri.

Et si c’étaient les fondements de notre rapport au travail que nous devions reconsidérer ?

A Aix-en-Provence, l’ordre du jour du Conseil municipal du mardi 29 mars est en ligne et la question du budget 2016 arrive — enfin — à l’ordre du jour.

En effet, le feuilleton aixo-marseillais fait une pause depuis l’élection la semaine dernière du conseil métropolitain. Depuis, hier, ce sont les présidences et vice-présidences des conseils de territoire qui sont réglées. 
Pas ou peu de surprises, puisque la colombe sauvage est élue à la tête du Pays d’Aix, Guy Teissier à celle de Marseille Provence, Sylvia Barthélémy dans le Pays d’Aubagne et Nicolas Isnard à Salon. Parmi les nouveaux anciens, on retrouve François Bernardini à Ouest Provence et Gaby Charroux pour le Pays de Martigues.

Si deux femmes sont bien présidentes des conseils territoriaux, et à ce titre 
au conseil métropolitain, on ne peut pas en dire autant des vice-présidents choisis parmi les maires du territoire, et forcément … des hommes. La question de la parité — et de la diversité — dans la gouvernance de la Métropole Aix Marseille Provence se posera une autre fois.

Pas à une contradiction près dans son long combat anti-métropolitain, la colombe sauvage assurait hier que nous sommes en nombre suffisant pour faire prendre en considération les dossiers d’Aix et du Pays d’Aix.

Après le statut de ville la plus embouteillée hier, se pose à Marseille la question des toilettes publiques. En effet, on dénombre 18 toilettes publiques à Marseille, soit une pour 47.300 habitants. La question se pose à peu près dans les mêmes termes à Aix-en-Provence, où on retrouve souvent des paquets de touristes dans les toilettes jouxtant la salle des Etats de Provence à la Mairie, où se tient notamment le conseil municipal. 
Un nouveau combat pour la Métropole ?

A midi, à la Fabrica à Avignon, a lieu la conférence de presse du 70ème festival d’Avignon.
Préparons l’été.

@MathieuGrizard

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Mathieu Grizard’s story.