[479] Dans tous les sens

Peggy Guggenheim | Venise

Il y a toujours un trésor inconnu au départ d’un film qui réussit à dépoussiérer un mythe. Dans « Peggy Guggenheim, la collectionneuse », documentaire de la cinéaste Lisa Immordino Vreeland [sorti aux Etats Unis en 2015, et ce 26 juillet en France], il réside dans la voix même de la célèbre mécène [1898–1979]. De cette forte femme qui osa affronter Duchamp, Dali, Giacometti, épousa Max Ernst l’infidèle, aima Pollock grâce à Mondrian, l’histoire retient le succès transatlantique entre New York et Venise, la puissance mirifique digne de sa dynastie new-yorkaise, l’exemple de son oncle, fort de son extraordinaire Solomon R. Guggenheim Museum dessiné par Frank Lloyd Wright sur 5ème Avenue. Mais aussi, son rang au royaume des amazones, l’excentricité typiquement américaine, mélange de bon genre cossu et de farfelu, voire les lunettes spectaculaires … Portrait d’une reine de l’art moderne, la moins fortunée d’une famille richissime, esprit rebelle et femme libérée qui aimait tout des artistes et ne mâchait pas ses mots.

Les dernières recherches sur le sens de l’orientation tendent à prouver que l’utilisation d’un GPS nuit à notre capacité à nous orienter. Une étude publiée par Nature & Communications en mars, montre ainsi que notre GPS interne se met en veille lorsqu’on suit les indications d’un smartphone. En clair, nous sommes moins à même de retenir les indices qui nous permettraient de nous repérer, comme un magasin, un immeuble ou une intersection. Et plus nous utilisons notre smartphone pour nous guider, moins les zones de notre cerveau responsables de l’orientation, l’hippocampe et le cortex préfrontal, sont sollicitées. L’équipe de chercheurs soulève également des conséquences à long terme. Les utilisateurs intensifs de GPS pourraient ne plus être capables de se repérer sans cet outil, faute d’avoir entraîné leur cerveau à s’orienter seul. Si les jeunes ne savent plus s’orienter, c’est également le reflet d’un monde où l’on accepte moins d’être perdu. « On a pris l’habitude de toujours savoir où l’on est et c’est bien dommage », regrette M. Lamory. A ceux que la « dérive » ne tente pas et qui voudraient s’essayer à la lecture de cartes, Jean-Marc Lamory rappelle que le sens de l’orientation « n’existe pas », il s’agit avant tout d’« observer », et ça, « tout le monde peut le faire ».

Avec plus de trois milliards de requêtes formulées chaque jour dans sa barre de recherche, Google est une véritable mine d’or pour les annonceurs. Mais aussi pour les chercheurs en sciences sociales, assure Seth Stephens-Davidowitz. Cet ancien data scientist de Google — et désormais contributeur au New York Times — est convaincu que l’analyse des recherches des internautes révèle leurs questions les plus taboues, leurs opinions les plus embarrassantes. Véritable divan du XXIe siècle, Google « permet aux gens d’admettre des choses qu’ils n’admettraient nulle part ailleurs », écrit l’ancien de Google dans son livre « Everybody Lies : What the Internet Can Tell Us About Who We Really Are », dont des extraits ont été publiés cette semaine sur le Guardian. A la question « est-ce que mon enfant est… », le mot arrivant à la suite est le plus souvent « surdoué », rapporte le data scientist. Mais, ajoute-t-il, « les parents sont deux fois et demi plus susceptibles de demander « est-ce que mon fils est surdoué ? » que « est-ce que ma fille est surdouée ? ». Pourtant dans les écoles américaines, les filles sont 9 % plus susceptibles que les garçons d’être intégrées dans des programmes pour surdoués. De même, la question « est-ce que ma fille est en surpoids ? » est posée deux fois plus souvent que « est-ce que mon fils est en surpoids ? », alors même que l’obésité concerne aux Etats-Unis environ 28 % des filles contre 35 % des garçons.

Dans une étude publiée jeudi 20 juillet dans la revue Current Biology, une équipe franco-américaine démontre que les éléphants de mer mémorisent le rythme de la voix de leurs rivaux et gèrent leurs relations sociales en conséquence. Une première hors de l’espèce humaine, affirment les chercheurs. Pour les éléphants de mer du Nord [Mirounga angustirostris], la voix n’est pas une petite affaire. Pendant les trois saisons les plus chaudes, quand ces immenses phoques croisent au large des côtes d’Alaska en quête de calmars et de poissons des profondeurs, l’organe vocal reste secondaire. Mais lorsque, en novembre, ils piquent au sud pour gagner les îlots de Californie et du Mexique, une autre histoire commence. Les mâles s’affrontent et dessinent une stricte hiérarchie sociale. Avec les seigneurs, les « alpha », prioritaires sur les femelles. Les mâles périphériques, exclus du harem. Et les « bêta », stratèges obligés, guettant un moment d’inattention du boss pour gagner quelques minutes de bonheur. « L’éléphant de mer est le premier mammifère à apprendre, se souvenir et utiliser le rythme des voix pour reconnaître ses congénères ».

Deux nouveaux magistrats de la Cour suprême parallèle formée au Venezuela par les adversaires du président Nicolas Maduro ont été arrêtés le mardi 25 juillet, portant à trois le nombre total de ces juges désormais derrière les barreaux, a annoncé le Parlement contrôlé par l’opposition. Les services de renseignement vénézuélien, le SEBIN, ont « arrêté ces magistrats récemment nommés par l’Assemblée nationale, Jesus Rojas Torres et Zuleima Gonzalez », dans l’Etat d’Anzoategui [est], a fait savoir sur son compte Twitter le Parlement. Samedi 22 juillet, un premier juge, Angel Zerpa Ponte, avait été interpellé. Il a été présenté lundi devant un tribunal militaire qui ordonné son placement en détention, selon l’ONG de défense des droits de l’homme Foro Penal et le dirigeant de l’opposition Henrique Capriles. Le Parlement a fait prêter serment vendredi à 33 magistrats pour former un Tribunal suprême de justice [TSJ, Cour suprême] parallèle, au cours d’une session publique organisée sur une place de Caracas. Ces arrestations interviennent à la veille d’une grève générale de 48 heures mercredi et jeudi à l’appel de l’opposition, qui tente de bloquer l’élection dimanche de l’Assemblée constituante voulue par le chef de l’Etat pour modifier la Constitution.

L’organisation humanitaire Human Right Watch [HRW], qui mène des investigations sur les violations des droits humains partout dans le monde, vient de dresser un bilan approfondi des violences policières dans le Calaisis. D’une ampleur inédite, l’enquête de cette ONG indépendante et internationale, rendue publique mercredi 26 juillet, a été menée à partir d’entretiens avec plus de 60 demandeurs d’asile et migrants, dont 31 enfants non accompagnés, en juin et juillet. Il en ressort une violence récurrente et souvent gratuite des forces de l’ordre envers les exilés et les associatifs qui les aident à survivre. Si les migrants ne se plaignent pas prioritairement d’être frappés ou insultés, ils sont unanimes à dénoncer l’usage quotidien du gaz poivre contenu dans les bombes lacrymogènes de défense dont disposent les policiers.

La garde à vue de Cédric Herrou, interpellé lundi en gare de Cannes [Alpes-Maritimes] en compagnie de plus de 150 migrants cherchant à gagner Marseille, a été prolongée ce mardi de 24 heures, a indiqué Me Mireille Damiano, avocate de l’association Roya Citoyenne. Me Damiano a précisé que tous les migrants interpellés à Cannes, 156 au total, avaient été ramenés à Menton puis remis aux autorités italiennes. Lundi, en deux trains distincts, plus de 230 migrants avaient gagné la vallée frontalière de la Roya avant de rejoindre Nice, accompagnés par des membres de l’association Roya Citoyenne. Il s’agit de la sixième garde à vue de Cédric Herrou, qui est dans l’attente d’un jugement en appel le 8 août pour avoir déjà aidé des migrants.

Treize personnes — dont des femmes enceintes — ont été retrouvées mortes sur une embarcation transportant 167 migrants, à la dérive à proximité des côtes libyennes, a annoncé mardi 25 juillet l’ONG espagnole Proactiva Open Arms. Les garde-côtes italiens avaient dans un premier temps confirmé un bilan de 11 morts, sur la base des premières déclarations de l’ONG, qui a par la suite corrigé son bilan. Dans la même zone, « par une mer agitée », le navire de l’organisation internationale Save The Children a procédé au sauvetage de 70 migrants qui tentaient eux aussi la traversée sur une petite barque, ont par ailleurs déclaré les garde-côtes italiens. Ce nouveau drame survient alors que le ministre de l’intérieur italien, Marco Minniti, devait recevoir mardi les ONG afin de discuter d’un nouveau code de conduite voulu par le gouvernement, qui prévoit notamment l’interdiction pour les navires humanitaires d’entrer dans les eaux territoriales libyennes ou encore l’obligation d’accueillir à bord des représentants de la police judiciaire spécialisés dans le trafic d’êtres humains.

Lors d’une rencontre ce mardi 25 juillet à La Celle-Saint-Cloud, près de Paris, Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar ont adopté une déclaration commune pour une sortie de crise en Libye. Le président Emmanuel Macron, sous l’égide duquel cette rencontre était organisée, a salué « le courage historique » des deux hommes forts de Libye et annoncé un accord pour un processus électoral « au printemps ». C’est un texte en forme de feuille de route que les deux hommes forts de Libye ont adopté, lors d’une rencontre placée sous l’égide de la France et des Nations unies. Cet accord de principe en 10 points, agréé mais pas signé par les deux belligérants de la crise libyenne prévoit notamment la mise en place d’un cessez-le-feu, l’inclusion des différentes parties au conflit, la réinsertion des combattants dans une nouvelle armée unifiée et surtout un processus électoral fixé au printemps prochain. Cette déclaration se fait dans le cadre de l’accord signé à Skhirat en 2015, mais ce dernier pourra être amendé, précise le texte. Les efforts de Paris s’inscrivent dans la continuité de ce qui a été réalisé auparavant par les différents pays arabes, africains et occidentaux.

Il y a quelques jours, le 22 juillet, les parlementaires de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest [Cédéao], de la Mauritanie et du Tchad, réunis pour discuter de la question démographique dans leur région, ont décidé d’inciter leurs gouvernements respectifs à adopter des politiques visant à « contenir la poussée démographique dans l’espace Cedeao pour promouvoir un développement viable et durable ». La trahison des élites africaines est une constante dans l’histoire récente du continent. A l’époque coloniale, déjà, les grandes familles, pour la plupart, prenaient fait et cause pour l’impérialisme contre l’intérêt des peuples. Aujourd’hui, les mêmes élites, qui dans leur majorité sont aussi corrompues que les précédentes, renouvellent une alliance déplorable. Elles y ont tout intérêt : la « poussée démographique » africaine est la conséquence plutôt que la cause d’un problème. C’est parce que l’Afrique stagne, voire régresse, depuis plusieurs décennies que sa démographie apparaît insoutenable. L’alliance entre pouvoirs occidentaux et africains est objective. Les premiers voient dans tout nouveau-né africain un migrant en puissance, tandis que les seconds y voient un potentiel révolutionnaire. Ces groupes sont conscients de leur rôle dans la situation qu’ils dénoncent, mais, pour des raisons évidentes, ils ont intérêt au statu quo. La culpabilisation des Africains les plus pauvres n’est donc pas près de s’arrêter.

Depuis plusieurs semaines, Rome est en proie à une sécheresse exceptionnelle. A cause de la sécheresse, les habitants de la capitale italienne vont être privés d’eau huit heures par jour, à tour de rôle, dès vendredi. « En juillet, la diminution du volume des précipitations est de 72 % par rapport à l’an passé, détaille le syndicat agricole Coldiretti. En juin, la baisse était de 74 %, 56 % en avril et mai. Nous sommes face à une crise hydrique d’une portée historique ». « A Rome, comme ailleurs, on continue à sous-évaluer le vrai problème, à savoir le changement climatique, pointe dans les colonnes du Corriere della Sera le grand architecte et essayiste Paolo Portoghesi. L’Italie est devenu un pays tropical, l’harmonie parfaite a laissé la place à un conflit pérenne des éléments ». De fait, au-delà de la capitale, c’est toute l’Italie, pourtant dotée de ressources hydriques importantes [glaciers, lacs, fleuves, etc.] qui souffre de la sécheresse « la plus grave depuis deux cents ans », selon La Repubblica. Et les conduites en mauvais état et les détournements abusifs font que 44 % de l’eau pompée n’arrive pas à destination.

A l’occasion du congrès mondial sur le sida organisé jusqu’à ce mercredi 26 juillet à Paris, les premières données sur des médicaments à longue durée d’action ont été rendues publiques. Ces nouveaux médicaments pourraient changer beaucoup de choses. La conférence de Paris restera celle qui donna le coup d’envoi aux médicaments à longue durée d’action contre le VIH. Les premiers résultats d’étude sur leur efficacité ont été présentés et ils sont bons. « Au lieu d’être prises tous les jours, elles pourraient être prises toutes les quatre semaines, voire peut-être toutes les huit semaines », indique Jean-François Delfraissy, coorganisateur de la conférence. Il ne s’agit alors plus de pilules, mais de piqûres, ce qui simplifie le traitement, mais peut aussi changer les habitudes du patient. « Est-ce qu’ils préfèrent prendre un ou deux comprimés par jour, ne pas l’oublier et rester très stables, ou avoir une injection tous les mois ou tous les deux mois ? On peut imaginer que ça évolue, que ce ne soit plus une injection, mais un patch. Ce sera aux patients de décider », remarque Jean-François Delfraissy. Autre avantage de ces nouveaux médicaments : ils peuvent être utilisés à visée préventive, pour ne pas contracter le VIH. « Si on ne prend quelque chose que tous les deux mois, c’est quelque chose d’assez révolutionnaire qui pourrait donc nous rapprocher, non pas d’un vaccin, mais de quelque chose qui protégerait sur une longue durée », s’enthousiasme le coorganisateur du congrès.

L’Assemblée Nationale est revenue lundi soir sur l’obligation d’un casier judiciaire vierge qui comportait un « risque d’inconstitutionnalité », selon le gouvernement, mais a donné son feu vert lundi soir à l’introduction de nouvelles sanctions en cas d’atteinte à la probité pour les élus. Les députés ont voté un amendement REM à l’article 1 du projet de loi ordinaire de « confiance dans la vie publique » prévoyant une « peine complémentaire obligatoire d’inéligibilité » en cas de manquement à la probité. En commission, cette mesure avait été supprimée au profit du casier judiciaire vierge de toute condamnation pour manquement à la probité pour candidater à une élection, comme le portait le candidat Macron. Mais Paula Forteza [REM] a expliqué que les élus de son groupe, avaient « écouté toutes les forces politiques et les associations », ainsi que la garde des Sceaux, la rapporteure et les experts constitutionnalistes qui ont prévenu des « risques importants » d’inconstitutionnalité.

Critiqué de toutes parts après l’annonce d’une réduction de l’Aide personnalisée au logement [APL] le gouvernement persiste et patauge. Ce mardi matin sur RTL, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires a déclaré à ce propos :« Nous devons engager une réforme globale des aides personnelles au logement. C’est quelque chose qui est tout à fait indispensable parce que c’est comme un camion fou, un bateau ivre, nous sommes avec des montants qu’il faut arriver à maîtriser », a-t-il ajouté avant de promettre « un projet de loi logement qui sera prêt à l’automne ». Reste à en connaître le contenu. […] L’aide aux locataires du parc privé coûte plus cher au budget de l’Etat que l’aide aux locataires des HLM. Pour en comprendre les raisons, il faut remonter à la charnière des années 1970–80 quand Valéry Giscard d’Estaing était président de la République avec Raymond Barre au poste de Premier ministre. On décida à cette époque de réduire « l’aide à pierre » pour la construction de logements sociaux, ce qui eut pour conséquence de rendre les loyers plus chers. On décida parallèlement de mettre en place une APL pour les locataires les plus modestes en pariant sur l’éradication prochaine de la pauvreté grâce à la croissance économique. On sait depuis longtemps que les choses de se sont pas passées ainsi et que le nombre de pauvres ne cesse d’augmenter en France depuis près de 40 ans. Mais, entretemps, le recul de l’aide à la pierre a freiné la construction de logements sociaux faute de moyens financiers suffisants des organismes HLM…

Le président du conseil d’administration de la Caisse nationale d’allocations familiales [CNAF], Jean-Louis Deroussen, a critiqué, mardi 25 juillet, la future baisse du montant des aides au logement. « Nous n’avons pas été, en tant que conseil d’administration, consultés sur ce nouveau coup de rabot », a affirmé sur RTL M. Deroussen, interrogé sur cette baisse de 5 euros par mois et par foyer à partir d’octobre, décidée par le gouvernement. « C’est brutal, c’est annoncé durant l’été, cela n’est pas le résultat d’une concertation », a-t-il ajouté, déplorant une « mesure d’économie […] injuste », qui « frappe les plus faibles, les plus démunis ». « Une concertation un peu plus étroite et préalable avec notre conseil d’administration aurait permis de trouver probablement d’autres solutions », a-t-il estimé, critiquant une « absence […] de réelle prise en compte » des difficultés des familles.

La 71e édition du Festival d’Avignon, qui s’achève mercredi avec « Femme noire » de Léopold Sédar Senghor dans la Cour d’honneur, a connu une fréquentation en légère baisse avec 91% de remplissage, après la fréquentation record qui a marqué les 70 ans de la manifestation fondée par Jean Vilar en 2016. Les 59 spectacles [63 en 2016] ont attiré cet été 112.000 spectateurs pour 123.500 billets mis en vente [120.000 spectateurs sur 126.000 billets mis en vente en 2016]. Mais au total le festival a engrangé 152.000 entrées, grâce aux spectacles gratuits comme le feuilleton autour des grandes voix politiques choisies par Christiane Taubira, qui se tenait chaque midi au jardin Ceccano. Avignon explorera en 2018 « le genre, la transidentité, la transsexualité », après avoir célébré cette année les « femmes puissantes » avec notamment Antigone en ouverture dans la Cour d’honneur, a annoncé mardi Olivier Py lors de la conférence de presse de clôture.

Le Président LR du Sénat, Gérard Larcher, « envisage la nomination de M. Michel Mercier, Sénateur du Rhône, ancien Garde des Sceaux, ministre de la Justice, comme membre du Conseil constitutionnel, en remplacement de Mme Nicole Belloubet, nommée membre du Gouvernement le 22 juin 2017», a annoncé la présidence du Sénat dans un communiqué. Ministre de la Justice sous le gouvernement Fillon, Michel Mercier, membre de l’UDI, avait annoncé son ralliement à Emmanuel Macron en mars dernier. « Ce n’est sûrement pas parce que François Fillon est dans la tourmente. C’est un choix à partir du projet, à partir de la méthode de gouvernement qui est annoncée et à partir de la philosophie européenne qui inspire les candidats qui pour nous est très importante », expliquait-il à France info. Le sénateur âgé de 70 ans appelait également à « dépasser » le clivage droite-gauche. Cette proposition sera soumise à l’avis de la commission des lois du Sénat, comme le prévoit la Constitution.

Ce mardi 25 aout, devant un hémicycle clairsemé mais debout, un dinGau visiblement ému présidait sa dernière séance au Sénat, après avoir passé 39 ans au Parlement dont 28 dans la chambre haute [et 15 ans à la vice-présidence]. En application de la loi sur le cumul des mandats, il a décidé de rester à Marseille où il siège au conseil municipal depuis … 50 ans.

Les violents feux de forêt qui font rage depuis dimanche dans le centre du Portugal se sont intensifiés mardi en début de soirée, obligeant les services de secours à évacuer une dizaine de villages. Plus d’un mois après l’immense incendie qui avait fait 64 morts dans la même zone, quelques 2.000 pompiers tentaient de freiner l’avancée des flammes, attisées par des températures caniculaires et des bourrasques de vent. Des soldats du feu portugais, mais aussi espagnols, appuyés par des Canadair, faisaient face à d’énormes colonnes de fumée noire qui s’élevaient au-dessus du village de Freixoeiro, près de la commune de Mançao, a constaté un journaliste de l’AFP. Quelque 40 km plus à l’est, la bourgade de Vila Velha de Rodao a été évacuée, menacée par des flammes qui avançaient sur deux fronts. « Le feu est hors de contrôle », s’est inquiété le maire adjoint du village, José Manuel Alves. « Les incendies se sont intensifiés et se déplacent rapidement, et malheureusement il n’y a pas de baisse des températures en vue dans les prochaines heures », a déclaré à l’AFP une porte-parole de la protection civile, Patricia Gaspar.

Près de 4000 hectares partis en fumée, une vingtaine de secouristes blessés : les pompiers ont lutté mardi 25 juillet pour la deuxième journée consécutive contre des incendies, toujours attisés par des vents violents, en Corse et dans le sud-est de la France, le Var étant particulièrement affecté. La plupart de ces incendies étaient contenus mais celui d’Artigues dans l’ouest du Var menaçait encore des habitations en fin de journée à Seillons-Source-d’Argens, et des évacuations ont eu lieu. Pour venir à bout de ces feux destructeurs depuis deux jours, « La France a sollicité — et obtenu — deux avions Canadair dans le cadre de l’aide européenne » pour venir à bout de feux qui ont détruit depuis lundi plus de 3 000 hectares de forêts et de maquis dans le Sud-Est, a annoncé ce mardi à l’AFP le directeur général de la Sécurité civile. Au total, 19 avions bombardiers d’eau, dont 10 Canadair, 7 Tracker et 2 Dash — gros porteur bombardier d’eau — et plus de 2 000 soldats du feu interviennent dans le Sud-Est, du sud du Vaucluse à la Haute-Corse en passant par le Var, pour venir à bout de ces incendies, d’origines inconnues. Le ministre de l’intérieur Gérard Collomb annonce la commande de 6 avions Dash. Des avions bombardiers d’eau pour la sécurité civile. On ne connaît pas la date de livraison…

Bonne journée

Mathieu Grizard

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.