[532] La poudre du temps qui passe

Hicham Berrada | Présage | Nuit blanche 2015
Hicham Berrada | Sans titre | 2014
Hicham Berrada

Neigera-t-il cet hiver à Versailles ? Un épais manteau blanc revêtira-t-il le parc du château, ses parterres, ses fontaines, ses allées et ses bosquets ? Nul ne le sait, mais au « Bosquet des dômes », la neige tombe déjà en silence dans des « aquariums » tubulaires que l’artiste Hicham Berrada vient d’installer pour « Voyage d’hiver », le nouveau rendez-vous d’art contemporain organisé dans les jardins du Roi Soleil. Dans l’eau, point de poissons, mais d’étranges coraux de bronze qu’une pellicule blanche lentement recouvre : la poudre du temps qui passe. Fasciné depuis l’enfance par la « vie » physique et chimique de la matière, par les phénomènes de morphogenèse [transformations] et le processus d’entropie [désagrégation inéluctable] qu’elle subit, le jeune homme de 31 ans fait connaître à ses « sculptures » métalliques un vieillissement accéléré par immersion dans des bains électrolytiques. « Tout mon travail parle du temps qui passe, et de ce qui restera sur cette planète après l’humain », explique celui pour qui le rôle minimaliste de l’artiste, « entre le démiurge et le serviteur », consiste à réunir ou produire les conditions nécessaires pour que sous nos yeux ébahis la magie s’opère. 
Dans les jardins du château de Versailles, jusqu’au 7 janvier 2018.

Arbres mourants, murs décrépits, changement climatique… Confronté à de nombreux défis, le Potager du roi, site d’exception créé près du château de Versailles à la demande de Louis XIV, cherche des mécènes pour le rénover. C’est un lieu d’exception en souffrance. Ce jardin à la française est classé monument historique depuis 1926. Il est inscrit par l’Unesco au Patrimoine mondial de l’humanité. Pas moins de 460 variétés fruitières y sont cultivées et presque autant de variétés légumières, allant de l’impressionnant potiron galeux d’Eysines à la poire d’ange, du concombre à confire à l’arbre à tomates. Alerté par l’ENSP, le World Monuments Fund [WMF] [organisation non-gouvernementale internationale basée à New York qui aide à la conservation du patrimoine mondial d’exception] a récemment répondu présent : le Potager du roi figure sur sa liste 2018 des 25 lieux à restaurer en priorité. Au même titre que le souk d’Alep [Syrie], le quartier juif d’Essaouira [Maroc] ou des lieux endommagés par les ouragans dans les Caraïbes.

Ancien privilège des castes supérieures, la moustache s’affiche fièrement sur le visage de jeunes dalits [« opprimés », nom qu’ont choisi les intouchables pour se désigner] qui utilisent cette arme capillaire et leur look pour affirmer leur individualité et lutter contre les discriminations dont ils sont victimes. L’apparence occupe une place cruciale dans cette lutte. « Les dalits doivent revendiquer un statut, prouver les torts de la société. Les thakurs [membres de la caste des rois et des guerriers] et les jats [des paysans socialement plus élevés que les dalits] n’ont pas besoin de bien s’habiller pour être salués par leur entourage ». Beaucoup de groupes opprimés ont utilisé l’apparence comme un moyen d’exprimer leur individualité. Si à travers leur look décontracté, les Afro-Américains manifestaient leur méfiance et leur mépris bien plus que leur respect, un dalit qui choisit de s’habiller à l’occidentale opte pour la modernité et l’action individuelle et rejette l’emprise des castes.

Au Brésil, les parlementaires de la Chambre basse ont rejeté mercredi les charges déposées contre le Président Michel Temer dans l’affaire de corruption qui secoue le pays depuis plusieurs mois, lui épargnant ainsi de comparaitre devant la Cour suprême. 136 députés ayant voté pour le rejet des charges, et compte tenu du quorum nécessaire sur 477 votants, les adversaires de Temer n’ont pu réunir les 342 votes exigés pour autoriser la Cour suprême à le juger.

Près de 400 mystérieuses structures de pierres vraisemblablement créées par l’homme il y a des milliers d’années ont été identifiées dans le désert saoudien par un chercheur australien utilisant Google Earth. David Kennedy, archéologue à l’Université d’Australie occidentale, qui dirige des équipes de chercheurs ayant recensé des milliers de sites archéologiques au Moyen-Orient, s’est dit ce mercredi 25 octobre incapable d’expliquer la signification de ces formations de pierre, dont les plus vieilles auraient 9000 ans. « On ne peut les voir de façon intelligible au niveau du sol, mais si vous vous élevez de plusieurs dizaines de mètres, ou plus haut grâce à un satellite, elles apparaissent dans toute leur beauté », a-t-il indiqué dans un communiqué. « Elles ne ressemblent pas à des structures dans lesquelles des gens auraient vécu, ni à des pièges pour animaux ou des structures pour se débarrasser de cadavres. Leur fonction est un mystère ».

Le royaume d’Arabie Saoudite est prêt au changement. C’est en tout cas ce qu’a assuré le prince héritier, qui a promis une nouvelle Arabie saoudite, « modérée et ouverte », en rupture avec l’ultra conservatisme religieux. Des déclarations sans détour de nature à plaire aux jeunes et aux investisseurs étrangers réunis mardi à Ryad. Le prince Mohammed ben Salmane, 32 ans, s’est livré à une attaque frontale contre certains milieux religieux conservateurs qui exercent une influence notable sur la société depuis des décennies. « Nous voulons vivre une vie normale. Une vie où notre religion signifie tolérance et bonté », a-t-il dit lors d’une conférence économique internationale. « Nous ne ferons que retourner à un islam modéré, tolérant et ouvert sur le monde et toutes les autres religions ».

Le Qatar, organisateur du Mondial-2022 de football et critiqué pour son traitement des ouvriers immigrés, va mettre en place un salaire minimum pour les travailleurs, a indiqué mercredi l’agence officielle. Aucun détail sur le montant du salaire minimum ou la date de son entrée en vigueur n’a été fourni. La Qatar News Agency a également annoncé que l’émirat gazier avait signé des accords bilatéraux avec 36 pays dont il tire une grande partie de ses quelque 2 millions de travailleurs étrangers, en vue de leur fournir une protection juridique. Ces annonces interviennent juste avant le début jeudi d’une réunion cruciale de l’Organisation internationale du travail [OIT], qui pourrait voir cette agence de l’ONU lancer une enquête officielle sur le sort des travailleurs migrants au Qatar. Le Qatar a été épinglé à plusieurs reprises par des ONG sur les conditions des travailleurs, notamment sur les chantiers de construction du Mondial-2022.

Le chef de la Commission électorale kényane [IEBC], Wafula Chebukati, a confirmé ce mercredi 25 octobre que l’élection présidentielle aurait bien lieu comme prévu ce jeudi, disant avoir reçu des garanties des autorités que la sécurité des électeurs serait assurée, a rapporté l’Agence France Presse. « En tenant compte des assurances données à cette commission par les autorités concernées et les agences de sécurité […], l’élection aura lieu comme prévu demain [jeudi], 26 octobre », a déclaré le chef de la Commission lors d’une conférence de presse. Il a également mentionné des progrès au sein de la Commission pour justifier la tenue du scrutin.

L’ensemble des dettes accumulées dans le monde représente désormais 226.000 milliards de dollars [192.000 milliards d’euros], un montant record qui équivaut à plus de trois fois l’activité économique annuelle de la planète, montre ce mercredi 25 octobre une étude de l’Institute of International Finance [IIF].

Les représentants des Etats membres de l’UE, réunis dans un comité d’experts pour décider du sort du glyphosate, herbicide controversé dont la licence expire en décembre, n’ont finalement rien décidé ce mercredi, a annoncé la Commission européenne. La Commission qui, lors d’une annonce surprise mardi après-midi, a indiqué qu’elle visait désormais un renouvellement de l’autorisation de la substance pour une période réduite de cinq à sept ans, va « réfléchir » après avoir pris note des positions des différentes délégations. Elle fixera « sous peu » une nouvelle date de réunion, a-t-elle précisé dans un court message. Il faut une majorité qualifiée — 55% des Etats membres représentant 65% de la population — pour accepter ou rejeter la proposition de la Commission, difficile à atteindre sans les poids lourds démographiques de l’UE. Plusieurs Etats membres, France, Autriche, Italie en tête, ont affirmé publiquement leur opposition à une autorisation valable pour encore 10 ans. Mercredi matin, la Belgique a rejoint le camp des opposants.

C’est une nouvelle bombe dans le dossier ultra-explosif des pesticides. Pendant que tous les projecteurs sont braqués sur le glyphosate, la très toxique substance active de l’herbicide Roundup de Monsanto qui doit être réautorisée [ou pas] dans l’UE, les industriels n’oublient pas d’avancer leurs pions sur les tout aussi toxiques néonicotinoïdes, une autre famille de pesticides dits « tueurs d’abeilles ». Et ils viennent de remporter une victoire majeure, mettant dans l’embarras le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail [Anses] a en effet autorisé en septembre la mise sur le marché en France de deux pesticides [le Closer et le Transform] contenant du sulfoxaflor, une molécule produite par l’américain Dow Agro Sciences. L’astuce est bien trouvée. Comme le fait Dow Agro Sciences, il suffit de nier le fait que le sulfoxaflor est un néonicotinoïde, puisque ces derniers ont désormais mauvaise presse…

La proportion d’immigrants et de résidents permanents au sein de la population canadienne a atteint en 2016 son deuxième niveau le plus élevé depuis la création de la fédération canadienne. Selon les données dévoilées mercredi par Statistique Canada, le jour du recensement de l’an dernier, 21,9 % de la population a déclaré être, ou avoir été, un immigrant reçu ou un résident permanent. La proportion la plus élevée avait été enregistrée en 1921 alors que 22,3 % des Canadiens s’étaient dits issus de l’immigration. Entre 2011 et 2016, ce sont 1 212 075 nouveaux immigrants qui ont élu domicile au Canada, indique Statistique Canada. Le recensement de 2016 permet, pour la première fois, de savoir en vertu de quel programme les immigrants ont pu entrer au pays. Ainsi, près de six nouveaux arrivants sur dix [60,3 %] ont pu s’installer au Canada grâce au volet économique. Plus du quart [26,8 %] ont fait appel au regroupement familial, et un peu plus d’un immigrant sur dix [11,6 %] a été admis au pays comme réfugié. Les immigrants récents proviennent majoritairement d’Asie, incluant le Moyen-Orient [61,8 %] et la plus forte progression a été enregistrée auprès des immigrants nés en Afrique.

La Méditerranée est devenue un cimetière migratoire, plus personne ne l’ignore. Depuis le début de l’exode migratoire qu’a connu l’Europe à partir de 2014, au moins 15 000 migrants sont morts en cherchant à rejoindre les côtes de l’Union européenne selon l’Organisation internationale pour les migrations [OIM], qui recense chaque semaine le nombre de personnes secourues en mer ainsi que l’estimation du nombre de personnes décédées lors du naufrage de leur embarcation. Rien qu’entre janvier et octobre 2017, 2 793 ont péri, principalement entre la Libye et l’Italie — près de 149 000 sont arrivés à bon port au cours de la même période. Cette route maritime est ainsi considérée comme la plus mortelle au monde pour les personnes voyageant sans papiers. En route vers l’Europe, les exilés subsahariens traversant la Méditerranée sont des rescapés. Ils ont risqué leur vie dans le désert mais aussi en Libye, où ils sont victimes de ravisseurs qui les kidnappent en échange de rançons. Des milliers d’entre eux n’en réchappent pas. 30.000 migrants sont morts dans le Sahara ou en Lybie depuis 2014.

Six migrants et un soldat de la force Sentinelle se sont blessés dans la nuit de mardi à mercredi lors d’une opération à Roquebrune-Cap-Martin. Selon les informations de France Bleu, un soldat de la force Sentinelle a glissé durant l’opération dans ce secteur escarpé, se blessant légèrement à la hanche. Le bruit de sa chute a alors surpris et effrayé les migrants qui ont pris la fuite dans la précipitation. A la sortie du tunnel de la Coupière, dans le sens Italie-France, plusieurs migrants ont alors sauté dans une canalisation en béton, située en contrebas de l’autoroute et qui draine les eaux usées et les eaux de pluie. Une chute de près de quatre mètres de haut. Six migrants ont été blessés dont deux gravement, hospitalisés à Nice.

C’est dans une ambiance tendue que les députés ont adopté, dans la nuit de mercredi 25 à jeudi 26 octobre, la hausse de la contribution sociale généralisée [CSG], l’une des mesures phares du projet de loi de financement de la Sécurité sociale [PLFSS] pour 2018. Comme prévu, cette augmentation de 1,7 point de la CSG, destinée à compenser la suppression des cotisations salariales des salariés du privé, a cristallisé les tensions. Alors que le gouvernement et la majorité ont vanté une mesure « d’augmentation du pouvoir d’achat », l’article 7 du PLFSS a concentré les vives critiques de l’opposition. Droite [Les Républicains et les Constructifs] et gauche [Parti socialiste, Parti communiste et La France insoumise] ont déposé en vain des dizaines d’amendements de suppression, dénonçant tour à tour « l’injustice » de cette mesure.

Selon France3 Provence qui y consacre un reportage, les restaurateurs de la Pointe-Rouge à Marseille ont commencé le démontage des restaurants les pieds dans l’eau, dont les terrasses sont situées sur le domaine public maritime. La préfecture a mis en demeure les restaurateurs de libérer cette emprise avant le 31 octobre prochain. Dans le cadre d’une concession d’aménagement confiée à la Ville, les plages de Marseille sont peu à peu réaménagées en supprimant les restaurants directement situés sur la plage. Ce remaniement complet a démarré aux Catalans où la partie privatisée de la plage concerne 20 % du total, il doit se poursuivre à la Pointe-Rouge où un appel d’offres doit réattribuer des espaces en 2019. D’ici là, le maire de secteur Yves Moraine promet qu’une demande d’occupation temporaire sera faite pour l’été prochain afin que les restaurateurs puissent continuer à y exercer dans le cadre précis fixé par la loi Littoral.

Les conditions climatiques exceptionnellement sèches observées cet été dans les Bouches-du-Rhône perdurent en ce début d’automne. Grâce aux réserves d’eau du barrage de Serre-Ponçon, un débit d’étiage de la Durance, compatible avec la préservation des milieux et des usages, a pu être maintenu jusqu’au 30 septembre. Depuis le 1er octobre, cet équilibre ne peut plus être assuré et on observe une dégradation rapide des conditions hydrologiques avec des débits historiquement bas. L’absence de prévision de pluie laisse craindre une poursuite de cette dégradation. En conséquence, les membres de la commission exécutive de la Durance ont décidé de réduire les prélèvements des canaux à hauteur de 50 % de leur dotation du mois d’octobre. Les mesures de vigilance, d’alerte et de crise actées durant l’été sur l’ensemble du département des Bouches-du-Rhône, sont maintenues jusqu’à 15 novembre prochain. Le préfet fait appel à la poursuite de la vigilance et au civisme de chacun pour mettre en application ces mesures et réduire sa consommation d’eau. L’arrêté préfectoral est consultable sur le site de la préfecture des Bouches-du-Rhône.

À force, il faudra reconnaître aux administrateurs de la fédération de chasse des Bouches-du-Rhône une certaine forme d’humour pince sans rire. Son ancien président, salarié jusqu’à une date récente, Jo Condé vient de voir sa condamnation pour destruction d’espèces protégée et subornation de témoins confirmée par la justice. Il lui est notamment interdit d’exercer toute activité en lien avec la chasse pendant trois ans, sous peine de voir transformée en ferme sa peine d’un an de prison avec sursis. Une condamnation que le nouveau président qualifie « d’absence temporaire » dans un courrier envoyé aux adhérents, cité par La Marseillaise. Il y justifie l’embauche de Jean-Marie Rimez pour le remplacer : « Après recherche d’une personne ayant les compétences requises, seule la candidature de Mr RIMEZ correspond à nos attentes », poursuit le nouveau président qui avait annoncé vouloir incarner le changement. Or, Jean-Marie Rimez a été également condamné pour « subornation de témoins » dans la même affaire du héron. C’est lui qui avait remplacé Condé à partir de 2011, après une précédente condamnation pour corruption… Le comité de défense entend intensifier sa résistance et organise une réunion ce jeudi 26 octobre à 18h à l’espace coopérative de Saint Cannat [13].

Les membres du collectif Danger Aérodrome Aix-Les-Milles [CD2A] étaient reçus il y a peu au ministère des Transports par le conseiller d’Elisabeth Borne, Yohan La Corte et en présence de trois représentants de la DGAC/DSAC-SE [direction générale de l’aviation civile Sud-Est]. L’occasion de décortiquer la situation de l’aéroport Aix-Les-Milles dont la délégation de service public [DSP] est en projet de reprise par un gestionnaire privé. « On a obtenu des engagements oraux précis, mais insuffisants encore. On a l’assurance du non-développement de l’aéronautique au-delà de la limite charte, soit 60 000 mouvements/an. Ce qui est déjà trop, sachant que cela représente 1 mouvement toutes les 3 minutes. 16 % sont des hélicoptères aux durées de vols de 3 à 4 h/jour ! ». Après avoir remis à Yohan La Corte, diagnostics, études et charte initiale annotée [qui sera révisée en 2018], le collectif a interpellé le ministère sur la décentralisation de l’aérodrome au bénéfice de la ville d’Aix-en-Provence. « L’aérodrome d’Aix-les-Milles est complémentaire à celui de Marseille-Provence », aurait rétorqué Yohan La Corte qui a tenu à relire le compte-rendu de l’entrevue, avant son envoi aux adhérents de CD2A. Enfin, précise le collectif : « M. La Corte a indiqué ne pas avoir connaissance que le gouvernement a l’intention de « privatiser » la société Marseille-Provence, indiquant que cette question est sans rapport direct avec la mise en concession de l’aérodrome des Milles ». A suivre donc.

A Aix en Provence, des parents d’élèves en colère ont créé un mouvement l’été dernier lors de la canicule et des températures inacceptables dans les écoles maternelles et primaires. À la suite d’une grande mobilisation et d’une couverture médiatique importante, ils ont obtenu des travaux d’urgence dans trois écoles de la ville, et l’achat de quelques ventilateurs… « Mais c’est bien évidement insuffisant et la mairie, qui s’était engagé à faire un audit sur toutes les écoles de la ville, semble déjà faillir à ses engagements. C’est pourquoi nous lançons une nouvelle action, une fédération des écoles de la ville autour d’un projet commun de demande de mise en place d’un ‘plan de rénovation’ digne de la ville et de ses enfants ».

Bonne journée

Mathieu Grizard

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.