[58] Croire en ma chance

La Fureur de vivre [Rebel Without a Cause] de Nicholas Ray — 1955

La Fureur de vivre [Rebel Without a Cause] est un film américain réalisé par Nicholas Ray sorti en 1955. James Dean y incarne un adolescent rebelle dans l’immédiat après-guerre, à la recherche de repères. Dans le film, une mythique course de voitures conduit un des deux protagonistes à la mort.

On sait que James Dean perdra la vie peu après la sortie du film, à 24 ans, dans un accident de voiture, juste après avoir tourné un clip pour la prévention routière, incitant les gens à rouler prudemment.

Dans les Bouches-du-Rhône, où le rapport à la loi, notamment en matière automobile, est pour le moins particulier, on dénombrait en 2015, 1382 accidents causés par des personnes non assurées…

Ce jeudi 7 avril, une voiture roulait à contresens sur l’autoroute A7 du côté de Velaux [13]. L’histoire ne dit pas si le conducteur était assuré, ou pas.

La présidente du conseil départemental des Bouches du Rhône, Martine Vassal, sera l’invitée de Thierry Bezer dans La Voix est Libre sur France 3 ce samedi 9 avril à 11h30. Egalement première vice-présidente de la Métropole Aix Marseille Provence, en charge de la stratégie et de l’attractivité économiques, Martine Vassal [LR] conduit très bien… sa carrière politique. 
A suivre en live.

Ce jeudi 7 avril se tenait à Marseille, au Parc Chanot, le conseil métropolitain destiné au vote du débat d’orientations budgétaires, préalable à celui du budget de la Métropole Aix Marseille Provence à la fin du mois, mais aussi à valider la formation des groupes, fixé à 20 élus, soit 12% des membres de l’assemblée.

On se rappelle les positions divergentes du parti socialiste des Bouches du Rhône face à l’élection à la présidence de dinGau [LR] lors du précédent conseil le 17 mars, et la sécession des Marseillais.es, Samia Ghali et Florence Masse, notamment. On aurait pu imaginer naïvement que la trentaine de socialistes et apparentés, exclus des vice-présidences, décident de se rejoindre hier pour ne former qu’un seul groupe…

Le mal à gauche est plus profond et ce ne fut bien entendu pas le cas. 
Les propositions fusèrent, à gauche comme à droite, et aux extrêmes, pour réduire le nombre d’élus nécessaire à la création d’un groupe. 
Car la fronde est de tous côtés, et même chez Les Républicains. 
Faire prévaloir la défense de son territoire, l’appartenance à sa famille politique, ou les enjeux métropolitains, quel casse-tête !

De son côté, visiblement un peu lasse de son long et vain combat, la colombe sauvage* est rentrée dans le rang pour un temps, et s’accorde à dire sur tous les tons que dinGau fait le maximum pour qu’on se sente bien, et fustige la connerie de Marylise Lebranchu.

Après des années de guerre ouverte, tout rentre tranquillement dans l’ordre, mais on peut craindre que les intérêts particuliers des uns et des autres ne fassent oublier encore une fois l’intérêt général.

Le débat budgétaire pouvait avoir lieu. Sans grande marge de manœuvre financière, reprenant pour 2016 les budgets des intercommunalités précédentes, le risque d’une faillite dans les deux ans à venir fût évoqué, si l’Etat ne met pas la main au portefeuille. La situation est très difficile, pour le dinGau, qui rencontre ce vendredi à Marseille le ministre de l’Aménagement du Territoire Jean-Michel Baylet.

La délibération fut votée, la gauche s’abstenant, le Front National votant contre. Et le vote eût lieu à main levée pour convaincre les récalcitrants, 
le dinGau essayant de faire passer pour un bug informatique l’abstention massive au vote des délibérations précédentes…

Sur le site go-met, le sociologue Jean Viard poursuit son entretien sur la politique française en matière de lutte contre la drogue. A Aix-en-Provence, c’est directement à la cité universitaire des Gazelles que s’était implanté le plan stups, démantelé hier.

A peine En Marche, Emmanuel Macron, qui plait tant aux femmes, trébuche sur la domiciliation — et le financement ? de son mouvement par l’institut Montaigne, proche du Medef. 
Le clip du mouvement, pop et entrainant, rappelle au Figaro le clip d’un dénommé Nicolas Sarkozy en … 2006.
De leur côté, Ségolène Royal et François Hollande étaient à nouveau réunis dimanche pour se pencher sur le berceau du mouvement, avant la naissance officielle.

Croire en ma chance tel est le titre de l’artiste belge Nicolas Michaux, le plus passionnant du moment, selon les Inrocks. A la vie, à la mort est le titre de son premier album.

Bonne journée

@MathieuGrizard

La colombe sauvage désigne la Maire d’Aix en Provence, ainsi nommée suite à sa citation approximative la bave du crapaud n’atteint pas la colombe sauvage, dans le combat qui l’oppose au dinGau, maire de Marseille, et désormais président de la Métropole Aix Marseille Provence.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.