Le virage rural de la gastronomie urbaine

Un food-truck proposant du street-food locavore à un prix raisonnable s’est installé à Gaillac à quelques pas de la gare. Au menu burgers et sandwichs cuisinés maison à partir d’ingrédients bio et Tarnais.

Non, ce n’est pas à Brooklyn, à Brick Lane, à Belleville ou au canal Saint Martin. C’est à Gaillac que deux jeunes gens ont décidé de s’implanter quotidiennement avec leur camion-remorque rempli de bons produits. Au menu, du street-food bio-local, des sauces maison en fonction des saisons, des pains spécialement commandés en boulangerie, de la bière de microbrasserie, du cola artisanal. Alors qu’à Toulouse les loyers haussent et les chaînes se chargent de confectionner des repas à partir des ingrédients les moins chers, la campagne et les petites villes Tarnaises voient une augmentation de leur population qui s’accompagne d’un sursaut du consommer-local.

Le menu classique n’a rien de bien surprenant : burger, frites, boisson. Ce qui épate, c’est la qualité des produits et leur préparation. Les pommes de terre, évidemment Tarnaises, coupées à la main et frites à la demande. Du ketchup bio. L’aïoli maison avec des notes de cumin. Les pickles (bio) tranchés fins aux épices indiens. Le marché du burger en France, qui connaît un très grand succès, se limite souvent aux imitateurs de l’américain ou aux franciseurs vulgaires qui se contente de rajouter un gros pavé d’aligot, roquefort, ou reblochon, pour dorer leur steak (de provenance espagnole) d’un aspect national. À Gaillac, par contre, en plein dans le pays du vin, le repas-phare d’outre-atlantique connaît une renaissance qui n’a d’autres frontières que ce qui est bon.