Quand humour, art et design se rejoignent : double-exposition.

En ce mois de Novembre, Toulouse est tournée vers les arts graphiques avec le Festival Graphéine, 8ème édition. C’est notamment au sein de ce festival qu’a lieu en ce moment même à l’Espace Croix-Baragnon l’exposition Tandem 19 sur l’art répétitif, et dont le vernissage a attiré un grand nombre d’amateurs(si vous avez manqué l’événement, il n’est pas trop tard : https://medium.com/m%C3%A9m%C3%A9-dans-les-orties/lespace-croix-baragnon-en-r%C3%A9p%C3%A9tition-473cefb82fb8#.pamgg16tf.)

À ce titre, le CIAM — La Fabrique de l’Université Jean Jaurès (Toulouse II) propose un événement autour de l’art Design et son évolution, l’occasion parfaite pour découvrir ou redécouvrir un genre artistique longtemps considéré comme marginal, et qui a su faire sa place durant six décennies d’innovation.

Quand le design devient Art.

Cette actualité se déclinera en deux mouvements:

L’exposition Loft Story, au sein même de la Galerie La Fabrique, mettra en regard les œuvres de 27 artistes. L’objectif?

“Conçue comme un jeu de liaisons aventureuses entre art et design, l’exposition met en évidence la puissance humoristique des œuvres, en soulignant des figures surprenantes de ressemblance ou de dissemblance, d’attirance ou de répulsion.”

Autrement, vous y retrouverez toute la variété que peut représenter l’art Design avec un leitmotiv : l’humour et la désacralisation. En effet, tous ces artistes ont pour volonté de rompre avec les mouvements artistiques classiques, de désacraliser un monde de l’art parfois trop élitiste. Alors, cette intention semble transparente lorsque, par exemple et en parcourant l’exposition, nous nous retrouvons devant La Fin du Monde de Frédéric Duprat, pastiche humoristique de l’oeuvre bien connue de Gustave Courbet L’Origine du monde.

Frédéric Duprat, “La Fin du monde” (1998)

-Le colloque “Art&Design : une historie d’humour”, qui réunira de nombreux chercheurs, artistes et critiques autour de ce même thème. En tout, ce n’est pas moins de 20 interventions que vous sont proposées entre Lundi 07 Novembre et Mercredi 09 Novembre (respectivement à la Maison de la Recherche (Université Jean Jaurès), à La Fabrique et à l’Auditorium des Abattoirs).

Par la suite, cette exposition se déclinera sous une toute autre forme à l’Espace Croix-Baragnon, où sera exposée dans la galerie le travail de deux plasticiennes toulousaines : la Cellule (Becquemin&Sagot). S’attachant à explorer le désir de plus en plus présent dans notre société, leur art se veut aussi alternatif, souhaitant détourner les codes habituels pour faire quelque chose d’unique, de singulier. C’est ainsi que l’’exposition Sexy Groovy montrera plus de 20 œuvres dérivées de l’auto-portrait, et où les “fausses jumelles” se dévoilent comme plasticiennes féministes, anti-sexistes, révoltées socialement.

La Cellule, “Ouh … she’s a sexy girl!”

C’est donc une société moutonneuse que nous dévoilera le couple, une société dont les désirs sont régis par le tourisme, les médias et autres. En lien directement avec Loft Story par cette mouvance dénonciatrice d’une société formatée, cette exposition se montrera donc la comme continuité parfaite de la précédente.

David Vacher.