Nouveau départ…
Alors,
C’est quoi un nouveau départ ?


Pas de dictionnaire cette fois-ci, pour moi c’est le fait de s’assurer que on vit notre vie pleinement et joyeusement, la vie est courte, très courte pour la passer à stresser, pleurer, regretter ou pire encore rêver d’une autre vie.

Chacun de nous mérite la voie qu’il a rêvé d’avoir étant petit.

Selon moi, les 100% de la vie sont repartis ainsi que suit :

70% de travail et de détermination;
20% de chance et de prières;
10% d’audace

Aides toi et le ciel t’aidera.

Et oui ! Même la chance ne sourit qu’aux audacieux …

Je ne fais point ici l’apologie des séparations ou encore des changements tous azimuts mais il plutôt question ici de vivre sa vie, de profiter suffisamment de cette bénédiction d’être sur terre pendant ce bref passage.

Life is too short to live it being sad.

Ce qu’il faut retenir c’est que nous sommes les premiers artisans de notre vie, de notre futur .

Et cela passe par des choix, douloureux parfois.

Il n’est pas facile de tout recommencer , de tout plaquer et de partir à « l’aventure » .

Quitter sa zone de confort même si on estime avoir fait le tour.

Mon père disait toujours que l’idiotie n’est pas de se tromper mais de savoir qu’on se trompe mais de continuer dans la même voie,
Les mêmes causes donnent les mêmes effets

Il est vrai que l’homme a peur de l’inconnu et cette peur est légitime.

Recommencer pourrait s’apparenter à marcher dans un quartier, en pleine nuit, que on ne connait pas avec pour seule information que il y a un trou quelque part .

Comme pour toute action, il est bon de faire un minimum de recherches, d’avoir un minimum d’assurances avant de se lancer ou de se jeter dans une nouvelle aventure, même si et je l’entends d’ici on ne maitrise pas l’avenir , encore moins toutes les péripéties que la vie pourrait mettre sur notre chemin,.

Toutefois je pense que chaque expérience nous rend fort et nous fait grandir, qu’elle soit sanctionnée par un succès ou un échec : on apprend et on murit, rien à voir avec la mangue évidemment.

A contrario, rester sur place par peur de se tromper restera un acte manqué et un désir refoulé qui inconsciemment nous hantera longtemps voire toujours .

Je ne prône point ou ne fait point l’apologie des départs frénétiques ou incessants mais la bonne dose ou la bonne adéquation entre notre ambition et les réalités actuelles de notre vie (l’éloquence n’est pas facile) .

L’homme a comme principale qualité et principal facteur de différentiation avec les autres espèces sa capacité d’adaptation, ceci pour dire que vous vous adapterez toujours, non pas sans peine, sueurs froides ou encore difficultés culturelles mais à la fin vous trouverez votre place.

Le regret de n’avoir pas saisi une opportunité ou un changement est inversement proportionnel à la joie d’avoir réussie sa reconversion ou sa nouvelle vie.

L’échec fait partie de nous, la question est de savoir ce vous faites de vos échecs ?

Est-ce que les mésaventures vous blessent, vous crispent et vous empêchent de prendre à nouveau quelconque risque que ce soit?

  • Ou alors elles vous apprennent sur vous-mêmes, vos faiblesses, vos lacunes, vos manquements et pourquoi pas quelques conseils pour mieux appréhender à l’avenir de telles situations?

    Tout changement apporte sa part de joie et de déception :

    Que ce soit dans le mariage,
    Ou après quelques temps on découvre qu’en réalité son ou sa partenaire n’est pas celui ou celle qu’on pensait, la question est : restons-nous ? Pourquoi ? Par choix ? Par peur de partir ? De l’inconnue ? (je ne vous demande pas de divorcer hein)
    Mais nous devons nous poser les bonnes questions et regarder toutes les options qui s’offrent à nous.
    acceptons nous une vie de regrets et de j’aurais dû/pu, si j’avais su ou par contre optons nous pour une vie choisie et décidée ?

    Que ce soit dans le « viens on reste »
    Les filles qui disent : « mon gars ne m’aime pas encore mais je reste et j’attends que ça vienne ».
    Tu as envie de lui demander si c’est la pluie ?



    Que ce soit au boulot,
    Devons-nous supporter ce chef incompétent ou moins qualifié mais qui l’ignore ? Ou encore cet imbu pistonné et arrogant par-dessus le marché ?
    Devons-nous vivre notre douleur et incompréhension en silence tel le condamné au bagne attendant l’heure fatidique ou il passera à la guillotine ou alors telle une rose s’ouvrir au monde des opportunités et éclore enfin grâce à de meilleures personnes ?

Que ce soit à l’école,
Devons rester dans tel collège ou telle école tout simplement parce que nos amis y sont, parce que c’est l’université ou se trouvent toutes les personnes IN malgré le fait que le système scolaire ne nous convienne pas ou que nos camarades nous détournent de nos objectifs ?

Pour moi, le premier indicateur de mesure du besoin de changer, de partir ou de vivre une autre vie est le simple fait de se poser la question, d’envisager une autre option que celle que on a.
A partir du moment où tu te demandes si il faut partir, tu devrais le faire.

Non pas sans préalables, je vous l’accorde !

N’ayons pas peur d’être marginaliser pendant un temps si cela servira vos intérêts et améliorera votre vie et celle de vos proches.

Il n’existe pas de parcours ou de vie typique, nous sommes tous atypiques et partant uniques.

Alors vivons comme nous le souhaitons,
Célébrons la vie chaque jour, à chaque instant et par-dessus tout chérissons nos proches.

#Epicurean
#AlwaysCelebrateLife
#EnjoySimpleMoments

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.