Les mendiants me font profondément chier.

Plus tôt dans l’après-midi, j’ai été accosté par une personne d’une cinquantaine d’années qui me dit: “Bonjour monsieur. Je suis à la rue et sans argent. Vous n’avez pas de la monnaie pour m’aider?” “Je n’ai pas du tout de monnaie sur moi. Désolé. Au revoir”. Je pars, le mec était dépité. Qu’aurai-je dû faire? Aller à mon distributeur bancaire avec lui pour lui filer dix euros? J’aurai pu mais je l’ai pas fait, parce que les mendiants me font profondément chier.

Ne me jugez pas en tant que sans coeur, que j’aurai pu faire un effort et lui donner de l’argent. A vrai dire, j’ai aidé plus d’une fois des mendiants. Je leur ai filé vingt et même cinquantes euros, j’ai même un jour payé à bouffer dans un Crescendo à un qui mourrait de faim. Chaque fois que j’en vois un, je me pose des questions sur lui et à chaque fois je me dis: “Si il est là, il y a 50% de sa faute mais 50% de la mienne en ayant pas su l’aider car j’étais occupé à mes affaires personnelles.” J’ai été généreux avec certains, en leur donnant de quoi s’acheter un casse-croûte. Un jour un m’a sorti: “Paye ma facture de téléphone !” Et pis quoi encore? Un autre que tu offres de la nourriture: “J’en veux pas, je bouffe pas de gâteau l’après-midi connard” Le même qui m’a jeté après s’être mouché son kleenex sur mon jean quand je marchais à côté de lui.

Non le mendiant dans ma ville ne veut pas s’en sortir dans la vie. Le mendiant ne veut qu’une chose: le pognon. Il n’y a que ça qui l’intéresse. Les techniques pour obtenir du pognon des autres sont lamentables. Encore quand il y en a qui est ingénieux, en utilisant un jeu de manipulation du genre: “Bonjour monsieur vous avez l’heure?” Je lui dis. “Vous pouvez pas me dépanner de 20 centimes s’il-vous-plaît?” Si je les ai je lui donne car il a fait des efforts pour arriver à ses fins, sachant pertinemment que j’ai été manipulé, mais je fais comme si je savais pas.

Puisqu’ils ne veulent que l’argent, ils ne comprennent même pas pourquoi ils sont si pauvre dans leur vie. C’est leur cupidité qui les rend si misérable, leur orgueil pour l’argent qui les rend atroce. Etre humain avec de tels individus? Non désolé, j’ai beau y faire des efforts mais je ne peux pas et n’y arrive absolument pas. L’argent n’apporte qu’une fausse satisfaction et beaucoup trop d’insatisfaction. Argent argent argent, il n’y a que ça dans leur tête. Forcément quand ils n’ont pas ils sont des plus déçus, comment une chose aussi illusoire que le pognon peut-il apporter un véritable bonheur? Leur désir d’argent obstiné, plus fort qu’eux, m’énerve. Les mendiants, si ils abandonnaient leur cupidité, vu qu’ils ne sont déjà rien deviendraient de vrais pauvres (au sens religieux du terme) ne mendiant plus quoique ce soit, et ainsi, ils peuvent devenir tellement supérieur aux riches mondains, car leurs richesses intérieures seraient sans fin, ils seraient aimé, estimé, nourris, vénéré, on les considéreraient comme de vrais saints. Mais ça, ils ne le comprendront jamais.

Les mendiants me font profondément chier.

Anthony

P.S: Et pis j’ai vu ce film immonde qu’est Crazy Murder, et ça m’a pas du tout aidé à aimer les SDF.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated @nthony Klopffer 2.0’s story.