Pourquoi j’ai crée le porte-monnaie digital Paykull ?

En France, l’an dernier, 3.3 milliards d’euros en pièces de monnaie ont été mis en circulation par la Banque de France. Des pièces que souvent l’on perd, cherche difficilement (sous un siège de la voiture ou dans le sac à main grrr !) stocke dans une tirelire ou que nous n’aimons pas avoir sur nous tout simplement. Face à ce constat, mon idée fut de dématérialiser cette masse métallique afin de créer de la valeur ajoutée pour le consommateur et finalement quoi de mieux que de profiter d’une situation d’achat pour récupérer cette manne financière, contourner de multiples frictions comme celle du rechargement et fournir un meilleur contrôle sur le budget financier.

Paykull est un porte-monnaie digital conçu pour recevoir, gérer et dépenser la petite monnaie grâce à une application mobile fun, pratique et sécurisée.

Concrètement lors d’un paiement en espèces chez un commerçant, l’application permet de recevoir le rendu de monnaie souvent composé de pièces, directement sur son mobile. Une panoplie de services inclus comme le paiement sans contact, notamment, permet ensuite de gérer et dépenser son argent.

Ma vision d’entreprise ? Valoriser l’usage du cash entre commerces de proximité et clients par le développement de fonctionnalités mobiles simples, ludiques et transparentes.

Le cash est porteur de valeurs sociales et psychologiques, on l’utilise partout à travers le monde depuis le 6ème siècle et il représente 85% des transactions mondiales. Parallèlement, le paiement mobile est un service de paiement en pleine expansion avec une croissance annuelle de 35% selon l’institut Gartner. Pourquoi ne pas concilier de manière pragmatique ces moyens de paiement pour concevoir de nouveaux usages et répondre aux attentes des consommateurs car finalement l’ensemble des études économiques démontre que le développement des moyens de paiement numériques ne se fait pas nécessairement aux dépens de l’argent liquide.

De ce fait, pour plusieurs raisons évoquées dans un précédent post, la singularité d’une société cashless est très peu probable et bien au contraire nos comportements économiques, au-delà de nos conditions sociales, sont guidés par des choix et justifient la pluralité des moyens de paiement.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.