Respectez les photographes africains, Suite et fin !

L’affaire #PhotoGate est de celles que nous n’oublierons pas de si tôt non pas en raison de son buzz mais parce qu’elle pose la grande question de notre siècle d’innovation: Jusqu’où est-on libre sur internet ?

Yanick Folly le jour de l’investiture du President Talon, ©Stephane Bossa

Le talentueux photographe du Bénin a vu son oeuvre utilisée par des médias en ligne sans précision de ses droits. ( A lire ici : Respectez les photographes Africains).

LA PHOTO

Parmi ces médias figurent La page Facebook Claudine Talon (une page dédiée á la première dame du Benin) et La Nouvelle Tribune ( un quotidien béninois vieux de 15 ans).

La page Facebook Claudine Talon aussitôt au courant de ce grave manquement a apposé les crédits de la photo au nom de Yanick Folly.

Quant à la Nouvelle Tribune, elle avait posé comme conditions que Yanick Folly prouve sa paternité et que la page source d’où elle a pris la photo (La page Claudine Talon ) le fasse aussi.

Les deux conditions ont été remplies et une série de négociations a été entamée dans le but de clore l’incident et de reconnaître les droits de ce jeune photographe. Finalement, La Nouvelle Tribune a retiré ladite photo de l’article après des jours à patiner.

Avant
Apres

Il est à déplorer qu’on mette tant de temps pour reconnaître les droits d’un artiste. Yanick Folly lui-même a tenu à lancer un appel pour qu’à l’avenir les droits des photographes africains soient respectés.

C’est dans la même optique qu’est initiée #GiveMeMyCredits, une campagne à l’endroit des artistes africains (photographes, peintres, écrivains, dessinateurs et tous ceux qui produisent des oeuvres de l’esprit). Cette campagne donnera des astuces et outils sur comment respecter la propriété intellectuelle sur internet, comment faire respecter sa propriété intellectuelle et que faire en cas de vol/fraude/dol de celle-ci. Elle débute ce 28 avril.

Merci à tous ceux qui ont défendu Yanick Folly et ses droits. Et que vive la justice!

Credits: Mylène Flicka
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.