La culture de design… que peut-elle signifier pour une entreprise?

Durant mon passage à la maîtrise en communication à l’UQAM, j’ai beaucoup exploré des concepts reliés au design. À en discuter avec mon entourage travaillant dans des milieux corporatifs, j’ai pensé qu’il serait intéressant d’explorer ce qu’est la culture de design et ce qu’elle peut apporter à une entreprise. Il est à noter que je crois fermement à la co-construction et à la déconstruction. C’est dans cette optique que j’écris, dans un esprit de co-construction je souhaite amener au débat. Alors, tous les commentaires, suggestions, opinions, interrogations que vous avez, SVP partagez. Et, toujours dans le respect. J’en ferai tout autant. Dans un esprit de déconstruction, dans une publication ultérieure, je commenterai ce qui suit sous un autre angle, de préférences en y intégrant vos commentaires. Je souhaite vous rencontrer dans cette aventure. Bonne lecture et prenez quelques minutes pour dialoguer!

Lorsque nous tentons de résoudre un problème, nous prenons généralement un temps de réflexion pour prendre en compte les variables que nous considérons essentielles à la question. Et, nous entamons par la suite le processus de design. Selon Glanville (2007), le design est l’activité primaire des humains. Si demain vous perdez votre emploi, un processus de design se présentera assurément à vous! Vous prendrez en compte les variables que vous considérez importantes: votre niveau d’instruction, votre âge, votre expérience, vos ambitions, votre capacité à un retour aux études et autres. Il se peut que votre réflexion ou votre expérience de recherche d’emploi vous poussent à innover. Vous sortez à partir de ce moment-là du cadre établi pour créer votre vie économiquement productive, intellectuellement stimulante et, potentiellement d’une utilité sociale. Et, vous entamez un processus d’innovation. Vous acceptez de ne pas tout contrôler. Vous comprenez que vous n’avez pas connaissance de toutes les variables.

À partir de vos connaissances et en explorant différentes avenues vous expérimentez. À travers cette expérimentation, vous entrez en communication avec vous-même et créez votre vie économiquement productive, intellectuellement stimulante et, potentiellement d’une utilité sociale. Cette expérimentation couplée à vos connaissances vous permet de distinguer le bruit de l’innovation. Ne serait-ce qu’en distinguant ce qui est possible et viable dans le contexte actuel. Une dose de risques calculés et d’esthétique. Par esthétique, nous considérons le propre à l’humain de voir ce qui est harmonieux et beau.

Un processus de design est tout d’abord un processus individuel. Alors, peut-on parler de culture de design en entreprise? Le design est un dialogue pour faire sens de quelque chose et pousse à la création d’autre chose répondant esthétiquement au problème posé. Une culture de design serait donc, un dialogue entre différents narratifs autour de problématiques qui concernent l’entreprise. La 4e révolution industrielle, l’automatisation du travail, l’économie de plateformes sont de nouveaux concepts qui questionnent l’entreprise. Cette dernière pourrait mobiliser la culture de design dans un esprit d’intelligence collective et de transdisciplinarité pour se développer et s’épanouir dans ces nouvelles réalités.

Comme l’individu se questionnant suite à la perte d’un emploi, la dynamique de marché, et même économique, qui se transforme questionne l’entreprise comme plusieurs avant moi l’indiquent. Dans cette réflexion, l’entreprise pourrait mettre à profit une culture de design. Elle s’ouvrirait à une ressource commune à partir de l’intelligence collective; et, une ouverture au dialogue entre les différents savoirs pour l’émergence de nouvelles connaissances et pratiques vers un développement et un épanouissement à travers ces nouvelles réalités organisationnelles.

Inspiration:

Try again. Fail again. Fail better: the cybernetics in design and the design in cybernetics de Ranulph Glanville (2007)