Ce que j’aurais aimé vous dire

#GPcoment #MeilleurEspoir2017

Bonjour à tous,

C’est un honneur pour moi de recevoir ce prix de Meilleur Espoir 2017.

J’aimerais remercier Communication & Entreprise, et la création même de ce prix sans qui et sans laquelle je ne saurais pas en train d’écrire ces quelques mots.

J’en profite pour exprimer ma profonde reconnaissance à Sciences Po et aux responsables du Master Communication avec qui j’ai appris à comprendre ce domaine dans lequel nous évoluons, ces codes et spécificités, mais aussi me confronter aux évolutions qui le transforment.

______

Pour tout vous dire, je me suis posé la question de ce que ce prix venait récompenser.

Je n’ai pas la prétention d’avoir eu un impact sur le monde de la communication aujourd’hui. Tout du moins, pas encore.

Il me semble alors qu’il récompense une vision peut-être.

Celle d’entrevoir la communication comme un pont entre les cultures et d’en avoir fait une ligne directrice dans mon parcours. De double nationalité franco-tunisienne, je me suis très tôt mis à questionner ces connexions verbales qui s’établissaient ou non entre différents individus. Face à mon incapacité à dépasser la barrière de la langue qui me séparait de ma famille, j’ai commencé à observer les signes de communication non verbale pour établir ma propre compréhension d’une situation.

D’où cette appétence que j’ai eue pour le domaine qui nous a réunit au Cirque d’Hiver hier soir.

C’est là que Sciences Po a été une formidable aventure: c’est une formation qui m’a permis d’assouvir mon envie de faire tomber les murs terrestres comme sémantiques qui enferment la communication entre ses 13 lettres, en l’entremêlant de domaines d’étude dont elle s’approche et s’enrichit, et en allant l’étudier à-travers 3 continents.

J’ai d’abord été transformé l’accent de sa prononciation, pendant une année au Canada: « Communication » (à lire avec votre plus belle accent en langue Shakesperienne) . Puis, j’ai été expérimenté une transformation bien plus radicale du mot, qui a soudainement pris la forme d’idéogrammes alors que je commençais à faire mes premiers pas en Chine, et ce, pour une année à Shanghai. D’ailleurs, rien que la traduction du mot « communication » en mandarin est un challenge en soi tant il n’existe pas un mot pour le traduire fidèlement mais une bonne dizaine.

Ces moments ont été des confrontations directes avec autrui et ils m’ont appris que la communication ne peut être effective sans saisir les codes et les valeurs qui régissent les interactions entre les individus d’un même pays.

__________

Comme un puzzle dont les pièces se sont progressivement assemblées tout au long de mon parcours, mes différentes pérégrinations m’ont fait prendre conscience de mon intérêt pour ces interactions entre les individus et notamment la façon dont nos comportement évoluent selon notre environnement.

Plus que jamais aujourd’hui, nous sommes justement confrontés à un environnement des plus mouvants. La révolution digitale est certes une révolution des outils mais en mon sens, elle est aussi et surtout une révolution de l’Homme, une révolution comportementale. Elle a apporté un changement de paradigme qui nous amène à un questionnement permanent et à une remise en cause de nos façons d’interagir. Entre nous, d’abord, puis les interactions avec ces nouveaux supports.

C’est en ce sens que j’ai entrepris la démarche de créer un pont dans mon parcours entre la communication et l’UX design, afin de répondre à cette envie de m’intéresser de plus près aux interactions que nous entretenons avec ces nouveaux outils ou services de notre quotidien réinventé et considérer l’influence considérable qu’ils peuvent avoir sur notre comportement. Ce n’est qu’en cela, en mon sens, que je pourrais travailler à les rendre plus intuitifs et plus accessibles, en suivant cette ligne directrice qui m’anime: renforcer les interconnexions entre les individus en dépassant les carcans économiques, sociaux ou technologiques.

Je crois fermement au fait que la communication ne puisse être une finalité et doive ainsi fonctionner en étroite collaboration avec différents domaines pour s’en enrichir et même, tout simplement, exister. Et en particulier l’UX design, puisque ces deux domaines servent le même intérêt sous des terminologies différentes: l’utilisateur (ou interlocuteur) auquel il s’adresse. C’est lorsque la communication devient une fin en soi, qu’elle se noie sous un nombrilisme qui l’étouffe et l’enferme. Qui, surtout, brise la connexion qu’elle est censée établir entre les individus, dans leur diversité, pour ne se focaliser que sur un public averti.

Enfin, je terminerai pas remercier PwC Expérience Center, et notamment Jean-François Marti, qui m’a accordé sa confiance en me permettant de rejoindre ses équipes au sein desquelles je fais mes premiers pas depuis Septembre dernier.

Merci pour cette belle claque.
Les aventures ne font que commencer !

Like what you read? Give Nadim Bel Lallahom a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.