Le retour en France (ou chez-soi, quelle que soit sa nationalité) est difficile surtout parce que ces difficultés là ne sont ni admises, ni comprises par le reste de la population, et qu’il n’existe aucun espace pour les exprimer.
Culpabilité, peur de l’échec, épuisement, solitude : les blessures taboues de la vie à l’étranger
Anne-Laure Fréant
9314

Incompréhension matérialisée par une question que je trouve terrible de la part des proches: “Alors ces vacances de 10 mois, c’était comment?”

Une question qui m’a profondément marquée et qui m’a poussé à quitter la pièce 5 mins après avec le sentiment d’étouffer..

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.