Pourquoi les start-up africaines francophones ne décollent pas ?
Ibuka Ndjoli
23115

Bonjour Marucs.

Très bel effort sur l’article.

Pour ma part, je pense que comme bien souvent sur ce thème, on oublie l’essentiel: l’acces à internet et aux terminaux de connexion.

L’accès parce que dans tous les pays du monde c’est la connectivité qui a créé les opportunités business, l’économie numérique. Et pourtant en Afrique on essaie toujours comme des fous de faire le contraire. Tant que l’infrastructure réseau ne sera pas meilleure, il me paraît difficile d’imaginer quelque developpement que ce soit…

Les terminaux, parce que les prix rendent encore prohibitifs pour le plus grand nombre l’accès à des smartphones, qui restent le terminal par excellence (les contraintes étant trop grandes sur les technologies sms même si certains arrivent à s’en accomoder). Là aussi c’est mathématique, peu de gens connectés = peu de clients potentiels.

Et le pire, c’est que c’est justement deux domaines dans lesquels jamais je n’ai entendu parler d’une startup en Afrique de l’Ouest… Il y a donc chez beaucoup de promoteurs un grand paradoxe : ils veulent tous profiter d’une infrastructure qui est quasi inexistante et que «personne» ne veut non plus créer ! Normal que ça bloque…

J’ai consacré à tout cela quelques articles que tu pourras consulter sur mon profil si ça t’intéresse:)

Merci encore pour ton point de vue, et bon courage avec ta startup !

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.