Je vous trouve bien condescendante, Madame.
Manon MRL
1

Vous n’avez pas vraiment lu mon commentaire, mais juste survolé le contenu et donc rien appris….Quel dommage !

Vous auriez sans doute compris que la souffrance est propre à chaque génération et qu’il ne tient qu’à vous de faire changer les choses.

Difficile pour une ados de 13 ans d’être confrontée à certaines pages douteuses d’internet, j’en conviens, je suis moi même parent d’ados… tout comme il était difficile pour une ado de 13 ans dans les années 80 de faire face à un prédateur sexuel IRL et de se murer dans le silence, parce que trop honteuse et trop ignorante de ses droits.

Difficile pour une ados de 13 ans dans les années 80 de voir partir son petit frère atteint d’hémophilie, parce que les transfusions sanguines indispensables à sa survie l’ont en réalité condamné à mourir du sida….

Tout comme, il est difficile de voir ses quadra et quinqua souffrir aujourd’hui parce que personnes ne nous a prévenu, averti, informé que l’amiante était un produit toxique provoquant le cancer des poumons, que la cigarette était néfaste à la santé, que les sels d’aluminium contenus dans de simples produits d’hygiène s’avèrent être un véritable poison pour l’organisme, que les pesticides engendraient de graves maladies, que l’abus de soleil était une véritable catastrophe pour la peau, …. la liste est longue, très longue ! Autant de dégâts, parce que justement, nous ne savions pas !

Nous étions maintenus et bercés dans l’ignorance avec pour fonction principale de consommer toujours et encore plus, même si cela devait se faire à nos risques et périls. Nous avons eu notre lot de douleurs, de peur, de cauchemar, et établir des comparaisons entre les générations pour compter les points est tout simplement grotesque et puéril.

Alors, puisque vous avez, aujourd’hui la chance et le privilège d’avoir accès à l’information, apprenez au lieu de critiquer et utilisez vos connaissances à bon escient pour essayer de réinventer une nouvelle société.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.