WOELAB A 5 ANS ! #GOBIG !!

Lancé en Août 2012 Woelab a tout de suite su conquérir le cœur de toutes les personnes qui y sont passé ou l’ont croisé dans le nombre incroyable de conférences et shows où l’espace a été présenté.

Ces 5 années, le WoeLab est resté fidèle à sa particule “Woe”, une exhortation en langue éwé à « Essayer de faire les choses par soi-même ! ». En vrai il faudrait dire « WoeLabS », puisqu’il y a aujourd’hui deux espaces : « Zero » et « Prime ». Même si la renommée est internationale, ces maisons de quartier 2.0 sont au service de leur environnement proche et ambitionnent de déclencher une révolution urbaine où la cité africaine de demain se penserait dans et se produirait autour de lieux d’innovations. Ce réseau de Woe-Labs projeté sur la ville de Lomé permettrait de réaliser l’utopie « HubCité ! » : un idéal dans lequel les citadins produiraient localement ce dont ils ont besoin.

De fait, WoeLab a enchaîné depuis sa création des projets remarquables dont l’imprimante 3D conçue à base de composants électroniques de récupération et premier produit du catalogue de le startup @Webots. Invention qui a définitivement consacré le Lab comme un des contributeurs majeurs du Mouvement Maker !

Son cadre hors du commun ouvert à tous et ses idées innovantes ont prouvé que l’Afrique possède les moyens pour aller de l’avant par sa propre industrie et en étant attentif aux bons signaux internationaux. Les jeunes pousses Made-in-Woelab tels que SCoPE, Nativ, Urbanattic et d’autres futurs champions africains que WoeLab accompagne comme Miledoo et Adiyebaa explorent des territoires aussi avant-gardistes que les Objets Intelligents, l’Internet of Food, la stimulation numérique.

Le fondateur Sename Koffi Agbodjinou considère qu’il y a aujourd’hui, incubé à WoeLab, assez de technologies pour changer durablement la face de la ville de Lomé. Espérons que dans les 5 prochaines années, la communauté trouve les ressources pour les en faire sortir.

Auteurs: Aymane Gbadamassi et Nyuiele Glokpor

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.