Pourquoi (même) les entreprises ne savent pas accompagner leurs expatriés qui rentrent
Anne-Laure Fréant
243

Je ne sais pas trop quoi penser d’un tel article (ou même des autres que vous avez écrit et qui abordent plus ou moins le thème de l’expatriation au sens large), si ce n’est qu’il me trouble et m’attriste profondément car je n’imaginais pas certaines choses décrites. Partir à l’étranger après mes études est quelque chose qui me titille depuis plusieurs années maintenant, pour plusieurs raisons. Et la difficulté qui semble être à revenir par la suite en France me donne envie de ne plus rentrer du tout une fois partie. Je ne comprends pas qu’on ne puisse pas comprendre l’intérêt ou le besoin de partir un temps à l’étranger, et que cela semble ne pas être reconnu à ce point… D’autant plus quand, parmi les gens de ma génération et que je fréquente, c’est quelque chose qui est bien vu et encouragé. Il faut croire qu’il y a un sacré décalage entre ma génération et celle qui “tient les rennes”.
En tout cas, merci pour cet article intéressant.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.