Un management bienveillant, l’attrait n°1 d’une entreprise

Etant de nouveau sur le marché du travail, je me suis retrouvé comme bon nombre de personnes à éplucher les offres d’emploi, essayant de lire entre les lignes des annonces, de comprendre ce que signifient réellement les intitulés de postes et les compétences attendues.

Ce que je recherche avant tout dans une entreprise, c’est un environnement de travail positif et notamment un management bienveillant (je l’admets, il est compliqué de le voir transparaitre à travers une offre de poste).

Pour moi, c’est la base du bien être au travail. Et un collaborateur qui se sent bien dans une entreprise, y reste plus longtemps et est plus productif. Il devient le premier ambassadeur de son entreprise, n’hésitera pas à faire l’extra mile et rayonnera auprès des autres.

Mais revenons sur la façon dont je vois le management bienveillant. Cela passe par la notion de « care ». C’est-à-dire la propension qu’ont les individus d’une organisation, à prendre le temps, à être disponible ne serait-ce que 2 minutes pour écouter la requête, remarque, idée d’un employé/collègue, quel que soit leur niveau respectif. A faire des retours positifs, encourager plutôt que punir, accompagner plutôt que barrer la route. L’aspect fondamental de cette approche étant la sincérité.

L’on semble avoir redécouvert l’importance de l’humain, c’est pourtant le cœur d’une entreprise.

Etre bienveillant n’est pas un acte de faiblesse. Etre à l’écoute, s’intéresser, être concerné par l’évolution de ses pairs n’est pas une perte de temps si l’on considère la big picture.

Si je devais faire un raccourci, je pourrais le résumer comme ceci : Si vous êtes sincèrement à l’écoute, vous allez « perdre » 5 minutes aujourd’hui, mais gagnerez un collaborateur loyal et plus productif demain. Ce qui n’a pas de prix à l’heure actuelle dans le marché du travail, quand on voit les problématiques liées au recrutement et au turn over.

L’on semble avoir redécouvert l’importance de l’humain, c’est pourtant le cœur d’une entreprise. Et non pas une simple ressource. L’humain étant volatile par nature, compliqué à driver, il me parait pertinent de revenir aux fondamentaux et de créer un climat de bienveillance au sein des entreprises. Sachant que l’on voit plus ses collègues que sa famille, et que l’on travaille mieux/plus dans une bonne ambiance.

Pour cela, il va falloir accepter de changer son rapport à la hiérarchie et certaines postures de travail, et accepter de prendre 5 minutes pour répondre à la question naive du stagiaire ou du nouveau collaborateur, et accepter d’écouter leur avis et pourquoi pas même, de le prendre en compte.

Car ce sont nos managers de demain et leur rapport au travail et à l’entreprise a changé. Malgré les idées préconçues, ils sont d’accord pour travailler et s’impliquer, mais ils veulent un minimum de responsabilité, et un sens à ce qu’ils font.

Avec un peu d’effort concernant nos rapports humains, je pense qu’il est possible d’évoluer dans un sens qui convienne à tout le monde. Sinon, ils iront voir ailleurs.