S’il vous plait, ne dites pas de moi que je suis un patron !

Suite à l’ensemble des manifestations organisées contre la Loi Travail, les Nuit Debout etc… je me permets de vous livrer ma réflexion.

A toi cher syndicaliste, idéaliste, droits de l’hommiste, bobo rive gauche, français moyen qui se permet de faire de quelques exceptions des généralités. J’aimerai m’exprimer pour toi, car tu fais fausse route !

Pour toi un “patron” est cet être ventripotent, fumant de gros cigares, exploitant ces employés pour s’engraisser un peu plus chaque jour. Pour toi un “patron” est cette personne qui veut enrichir ces actionnaires, faire fructifier ses stocks options, et surtout toucher son fameux parachuté doré lors de son départ. Pour toi un “patron” s’en tape royalement de ses employés ne cherchant qu’à les exploiter. Il serait grand temps que tu remettes les pieds sur terre !

Le “patron” cet enculé de capitaliste esclavagiste ?

Et non, désolé de te décevoir nous ne sommes pas tous des “patrons” du CAC40 ! En effet, pour ton information les très grosses sociétés, que tu exècres et sur lesquels tu vocifères à longueur de journée, ne représentes que 2% de l’ensemble des entreprises en France, celle-ci étant dominée par les TPE et PME, tu sais de toutes petites entreprises !

Les “patrons” de cette nouvelle ère savent manager à l’affectif, à l’humain. Ils passent du temps avec leurs employés, leurs équipes. Ils le soucient de la vie de chacune et chacun, de la naissance du petit dernier, du projet immobilier de l’un, des soucis personnels de l’autre. Ils savent jouer au baby-foot avec eux, déjeuner avec eux, organiser des sorties avec eux.

Car, oui, les “patrons” de cette nouvelle ère ont envie que leurs équipes s’investissent, soient force de proposition, se sentent impliquer dans la vie de l’entreprise, concrétisent des projets, deviennent des intrapreneurs.

Il faut que tu saches également que ce “patron” n’est pas cette personne en costard cravate roulant en grosse berline de fonction, mais plus cet individu en polo, jean, baskets. Il faut que tu saches que, même si son entreprise est valorisée quelques millions, cet individu n’a pas son bureau en haut d’une tour dorée, regardant avec mépris ceux qui sont en-dessous, mais est logé au beau milieu d’un open-space, aux côtés de ses collaborateurs, ayant un simple bureau où sont posés son Mac et son iPhone, tu aurais bien du mal à le distinguer !

Back to Pôle Emploi ?

Alors pour toi on veut faire passer des lois pour mieux licencier, car pour toi le péché mignon d’un “patron”, tel que tu l’imagines, est de mettre des personnes à la porte. Tu ne sais malheureusement pas, qu’aujourd’hui plus encore qu’hier, une entreprise doit être flexible, agile, pouvoir s’adapter au plus vite et que, dans le pire des cas, elle doit, parfois, se séparer de certains collaborateurs pour diverses raisons mais toujours justifiée saches-le.

En aucun cas ce “patron” n’est doté du gène du sadisme, et il n’embauche jamais une personne en se disant “Trop cool, je vais pouvoir le lourder dans 6 mois !”…Tu pourrais être très surpris, si si !

Un “patron” c’est…

Un entraîneur de foot qui encourage son équipe, en faisant son maximum pour qu’elle joue collectif afin de les emmener tous ensemble à la victoire.

Un commandant de bord de navire qui donne la destination et l’endroit où baisser l’encre mais qui ne peut y arriver sans un équipage soudé, naviguant malgré les remous, les creux de 10 mètres mais faisant tout pour arriver à bon port.

En conclusion

Afin de pouvoir critiquer objectivement ce que sont, de nos jours, la grande majorité des “patrons” je t’invite à vivre, quelques temps à leurs côtés. Si, pour toi, les “patrons” ne sont que les clichés que j’ai abordé plus haut, permets-moi de t’apprendre une mauvaise nouvelle, tu es en retard d’une révolution !

Pour toutes ces raisons et bien d’autres que j’oublie, pour tous ces jugements primaires d’un autre siècle, s’il vous plait, ne dites pas de moi que je suis un patron !

Like what you read? Give Nicolas Morin a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.