Estampe de Kuniyoshi: Monde profane, Univers fantastique

L’homme composé des hommes

De loin, ça ne s’aperçoit point. De près, c’est effrayant de voir que la bouche d’un homme sont les pieds d’un autre, les yeux d’un sont la culotte porté par un autre, le nez d’un est les fesses d’un autre, et que même le vêtement est composé des corps humains.

En plus, des composantes, en l’occurence des corps humains, ne sont pas jolies du tout: ils ne sont que de la chair déformée. Aucun élément d’intelligence existe dans l’être humain comme s’il était composé de la graisse dégoutante.

L’homme laid et naif.

Représenter de la pluie et des feux d’artifice: Un procédé franc

Décrire de la pluie, la cascade et des feux d’artifice avec des lignes toutes droites, c’était tellement rigide or admirable. Je sentais une fraîcheur, une simplicité enfantine brave et touchante. L’intuition des enfants est tellement fort qu’ils ne cherchent point d’expressions compliquées. Un adulte qui garde toujours l’esprit d’enfant après avoir vécu dans l’ukiyo (“monde flottant”), est digne de louange.

Un monde où dansent les divinités et les démons de toute sorte: l’empreinte du shintoïsme

Parallèlement à la société humaine, existe celle des animaux, des divinités, des démons, etc. Dans le shintoïsme, tous les êtres vivants réels ou imaginaires ont de l’esprit. Si les renards parlaient, les grenouilles jouaient des combats de sumo, les poissons rouges ramaient, ce monde flottant ne serait-il pas plus amusant?