Explore #01 — Estonie: à la découverte d’une nation numérique (8/8)

Juillet 2018 — Un magazine par Ogilvy Consulting

Jobbatical : La startup de l’emploi qui efface les frontières

Karoli Hindricks, fondatrice de Jobbatical, nous a accueilli non loin de Telliskivi. Un rapide tour dans leurs locaux nous donne à voir tous les signes de la Silicon Valley : des hamacs, une salle de pause constamment réapprovisionnée en snacks en tout genre, de nombreux bureaux vides dont les occu- pants sont en télétravail… Seule exception : ici ce n’est pas le t-shirt qui est de rigueur, mais les pantoufles. Nous sommes cordialement invités à nous déchausser avant d’y pénétrer. Sans doute l’héritage d’une tradition nordique du « bien être chez soi », parmi celles qui font de l’Estonie un pays à l’influence scandinave plutôt que de l’Est.

Ces influences ne sont pas fortuites. L’idée de Jobbatical est née dans l’esprit de sa fondatrice à la suite d’un séjour prolongé en Californie pour suivre des cours à la Singularity University (think tank et centre d’innovation iconique de la Silicon Valley). Elle fait alors le constat de l’attrait incroyable de la région sur des talents venus du monde entier, laissant de grandes zones désertes de cerveaux. De la même manière que les gens sont attirés par la Silicon Valley, elle décide de les faire venir à Tallinn. Jobbatical est ainsi né, il y a trois ans, alors que l’Estonie venait de lancer le couteux et décrié programme « Talents, revenez ! » visant à faire rentrer quelques un des 200 000 estoniens partis travailler à l’étranger suite à la crise ayant réduit le nombre d’emploi dans le pays avec pour objectif de parvenir à attirer les talents vers une région bien moins accueillante a priori que la Californie.

« Californian can’t be born more clever than others »
― Karoli Hindricks

Une plateforme plutôt qu’un passeport

La plateforme Jobbatical qu’elle imagine alors propose aux salariés de la tech et aux créatifs décidés à vivre une expérience à l’étranger une mise en relation et des offres d’emploi selon leurs préférences, et aux entreprises situées en dehors des grands pôles d’attractivité une visibilité et un vivier de talents leurs apportant compétences et diversité culturelle. Elle a pour but de permettre la navigation des citoyens entre les pays, tout en répondant aux enjeux des zones pour le moment délaissées en se fondant sur les principes de Moretti — chaque emploi hautement qualifié créerait 5 nouveaux emplois (coiffeur, pressing, restaurant, nounou…). Afin de pousser plus loin le service rendu aux talents et permettre la revalorisation de ces zones délaissées, Jobbatical s’est associé à une startup fournissant les premières indications à connaitre avant une potentielle installation (coût de l’hébergement, place de cinéma, abonnement fitness, connexion internet), et formule une promesse forte : un emploi ( job) aussi excitant qu’un congé sabbatique (sabbatical)…

Aujourd’hui, Jobbatical compte plus de 150000 utilisateurs de 190 pays et se rémunère en facturant aux entreprises leur présence sur la plateforme.

Elle vise maintenant à se développer grâce à des services complémentaires concentrés vers les salariés plus que les entreprises : aide à l’immigration (accompagnement lors des démarches administratives, aide à l’acculturation), coaching.

Quel avenir pour l’emploi sans frontières

Alors que la plateforme a levé 4 millions de dollars en septembre 2017 afin de permettre ce développement, Jobbatical aura aussi à relever plusieurs enjeux à nos yeux. Comment réussir à relier initiative gouvernementale de branding et privée de recrutement des talents ? L’annonce de la création pour janvier 2019 d’un visa destiné aux nomades numériques, une idée soufflée au président par Karoli Hindriks ne semble pas très éloignée de ces problématiques. Karoli Hindricks se fonde sur une autre intuition forte : elle est convaincue qu’elle verra l’éclosion d’un espace mondial sans passeport, aux frontières fluides.

Dans un monde où les législations nationales ont tendance à restreindre l’immigration, quelle doit être la posture de l’entreprise ? Miser sur du thought leadership pour lever les contraintes ou adapter sa croissance à l’international en fonction des politiques nationales ?

Enfin, Jobbatical prône un monde fluide, sans frontières pour les travailleurs, les amenant à circuler en fonction de l’offre, régis par des impératifs supérieurs comme le feraient des commodités et laissant sur le côté les profils moins qualifiés ou moins géographiquement disponibles. Cela ne présage-t-il pas un avenir sombre pour l’emploi ?

Téléchargez l’intégralité du magazine Explore #01 ici

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade