La Cité du vin, une expérience pour tous/4all.

© Casson Mann / Photo Anaka

La Cité du vin a un positionnement universel d’accueil des publics (Public international, Visiteurs en situation de handicap, Jeune public et famille) quel que soit leur connaissance du vin (connaisseurs, novices ou amateurs).

Laurence Chesneau-Dupin, directrice de la Culture, répond aux questions de Julie Besson, associée de l’agence Oocity.


1.

Vous êtes-vous inspirée d’un lieu exemplaire ou d’une démarche en particulier pour la conception du projet « Cité du vin » ?

Nous avons en premier lieu souhaité appliquer la loi qui demande aux équipements de se rendre accessible sans discrimination.


2.

Quelle est l’origine de ce choix d’accueil « universel » : les recommandations du Ministère de la Culture, la loi, un choix stratégique ou spontané, une expérience précédente des membres de l’équipe…?

Ce choix correspond au positionnement de la Cité du Vin qui est aussi très largement accessible en termes de langue pour les visiteurs étrangers, ainsi qu’à la thématique traitée qui est elle aussi « universelle ». C’est une philosophie d’ouverture au monde que nous avons défendue depuis le début du projet.


3.

Comment cela a-t-il impacté la conception du bâtiment et des parcours proposés : organisation, transversalité, choix des ressources, coût… ?

Les problématiques d’accessibilité ont été intégrées dès la conception du programme architectural et scénographique. L’équipe de maitrise d’ouvrage comportait des personnes qualifiées sur ce sujet et nous nous sommes fait seconder pendant plusieurs mois par un cabinet spécialisé qui nous a assistés dans les préconisations mais aussi dans la validation des plans, des aménagements et de l’ensemble des dispositifs proposés par les architectes et scénographes. Cela représente pour la maitrise d’ouvrage, non seulement des coûts techniques mais aussi des coûts d’ingénierie qui s’ajoutent aux coûts de maitrise d’œuvre.

La commission « handicap » de la Mairie de Bordeaux s’est aussi beaucoup impliquée dans ce projet, avec des visites-tests à différentes étapes de la réalisation du projet, des conseils, des retours d’expérience.

La Cité du Vin ©XTU architects / Paul Desmazières

4.

Nous savons que vous avez été attentifs à l’accessibilité du bâti, tel que le demande la loi.

En parallèle, les outils mis en place de relation avec les publics ont-ils également été pensés dans ce sens, c’est à dire accessibles à tous (site internet, réservation, plaquette de communication, invitations, réseaux sociaux, vidéos…) ?

L’outil de relation avec les public le plus performant et innovant mis en place est le compagnon de voyage qui permet d’accéder sur site à la totalité des contenus du parcours permanent en 8 langues, en audiodescription, sous-titrage et language facile, de façon très fluide pour les visiteurs concernés. Celui-ci a été déployé en totalité à la fin de l’été car les phases de corrections et validation ont été assez longues. Il nous reste encore beaucoup de progrès à faire dans les autres domaines mais tous les personnels d’accueil et de médiation ont bénéficié, grâce à un partenariat avec la Mutelle Intégrance, à une sensibilisation à l’accueil des publics en situation de handicap, qui a été particulièrement appréciée par nos équipes.


5.

Quels retours les visiteurs vous font-ils de leur expérience avant-pendant-après la visite ?

De façon générale, le taux de satisfaction pour ce qui concerne l’accueil des visiteurs handicapés, les premiers retours sont assez positifs même si nous n’avons pas encore beaucoup communiqué sur cette question jusqu’alors. Nous collectons attentivement les remarques et suggestions de nos visiteurs en situation de handicap.


6.

JQuelles améliorations restent à réaliser ?

Nous avons mis en place au sein de notre organisation une commission dédiée et une personne référente, expérimentée sur cette question. Des améliorations seront apportées au fil de l’eau, dans la mesure des moyens de la Fondation mais les idées ne manquent pas.


7.

Quels sont vos projets futurs ?

Nous réfléchissons en particulier à la mise en place de visites personnalisées et d’ateliers oenoculturels accessibles à tous, en privilégiant la mixité des publics. Certains de nos ateliers sont déjà naturellement accessibles en raison de l’approche sensorielle privilégiée. Nous avons besoin d’un peu de temps pour améliorer notre organisation et former nos équipes. Nous espérons aussi acquérir d’ici peu le label « Tourisme et Handicap ».


8.

Si vous deviez changer quelque chose à la façon dont vous avez procédé, que serait-ce ? Et pourquoi ?

Nous savons que l’on peut toujours faire mieux…avec plus de moyens mais aussi plus de temps de réflexion et de travail. Nous aurions aimé par exemple impliquer plus en amont des associations de personnes handicapées, pour mieux répondre aux besoins de chacun.

Julie Besson, Accessibility marketing, For all thinking®, CX 4all, innovation, Julie est convaincue du rôle indispensable des entreprises dans l’évolution de nos sociétés. Par la prise en compte des besoins de toutes les clientèles dans la conception et l’amélioration des services, les entreprises ont la capacité d’étendre leur marché, de se préparer au vieillissement démographique, de gagner en compétitivité mondiale et de participer à une société inclusive.

Julie coordonne les pôles Accessibility marketing & Panels spécifiques de l’agence Oocity. @oocity_co

Like what you read? Give Oocity - For all thinking a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.