Entreprendre pour la démocratie, par Système D — Part. 3/7 Mediacités

Démocratie Ouverte
Jun 4, 2018 · 6 min read

“Derrière Mediacités, il y a la volonté de défendre un journalisme de qualité, d’enquête, dans les régions de France”

Entreprendre pour la démocratie, c’est le pari des porteurs de projet accompagnés dans la première promotion de l’incubateur de Démocratie Ouverte, Système D. Après 7 mois d’accompagnement, le parcours d’accélération s’achève le 14 juin, et à cette occasion, Système D vous propose une série d’interviews, à la rencontre de 7 porteurs de projet.

La semaine dernière, nous découvrions Co-city, un projet de financement participatif local en Île de France et bientôt à Marseille. Aujourd’hui, nous restons sur cette échelle locale mais dans les grandes métropoles de France et sous l’angle du journalisme d’investigation et de la presse indépendante locale. Jacques Trentesaux, ancien rédacteur en chef à L’Express et un des co-fondateurs de l’entreprise solidaire de presse d’information (ESPI) Mediacités, vous explique pourquoi des médias indépendants d’investigation locale sont indispensables pour la bonne santé du débat démocratique français.


Qu’est-ce qui t’a amené à lancer ce projet ? Pourquoi toi ?

C’est grâce à Patrick Drahi, bien entendu ! Il a racheté le groupe L’Express avec une stratégie qui nous a semblé… floue. Et a eu des méthodes disons, peu appréciables. Ah et ça n’est pas que moi, car nous sommes 5 à être partis du groupe L’Express et nous sommes 7 co-fondateurs en tout.

Au delà de ce fait déclencheur, derrière Mediacités, il y a la volonté de défendre un journalisme de qualité, d’enquête, dans les régions de France car c’est ce que nous savons faire de mieux en tant que journalistes et car c’est aujourd’hui un besoin.


“Avec Mediacités, nous cherchons à tonifier la presse locale dans les grandes villes de France, hors Paris”

Quel est le problème ciblé auquel tu souhaites répondre ?

La presse indépendante d’investigation, qui mène des recherches approfondies et qui joue pleinement un rôle de contre-pouvoir, ça existe surtout à l’échelle nationale en France, avec quelques grands acteurs emblématiques comme Mediapart. A l’échelle locale, le bât blesse alors qu’on y trouve des baronnies, des acteurs qui s’accaparent le pouvoir, de la collusion entre puissants et beaucoup d’entre soi. Avec Mediacités, nous cherchons à tonifier la presse locale dans les grandes villes de France, hors Paris, et à impliquer nos lecteurs dans la vie de leur ville grâce aux enquêtes et aux débats qui en découlent [ndlr : Mediacités est aujourd’hui présent à Lille, Lyon, Nantes et Toulouse].


Comment fonctionne ta solution ?

Mediacités est un média en ligne d’investigation locale multivilles, très ancré sur le terrain, faisant travailler de pigistes habitant dans les villes et proposant une grosse enquête hebdomadaire dans chaque ville.


“Le projet porte des valeurs fortes de qualité, d’exclusivité, de transparence, d’indépendance, de contre-pouvoir démocratique”

Pourquoi faut-il croire en ton projet ?

Le projet porte des valeurs fortes de qualité, d’exclusivité, de transparence, d’indépendance, de contre-pouvoir démocratique (voir le manifeste de Mediacités). Ces valeurs permettent de produire un contenu de qualité, inspirent un attachement et forgent une communauté qui dépasse la seule écriture d’enquêtes.

Et puis parce que le besoin est là ! Il y a une nécessité de contre-pouvoir démocratique. La démocratie est en mauvaise santé. Une partie des citoyens se désintéressent des enjeux publics et cela conduit à une privatisation de l’espace commun entre les mains de ceux qui disposent du pouvoir, qu’il soit économique, politique ou médiatique.


“Le projet Mediacités ne réussira pas qu’en vendant de la bonne information mais en impliquant une communauté autour d’un projet médiatique. “

A quel stade de développement du projet en es-tu ? Qu’avez-vous déjà réalisé et quels sont les grands chantiers à venir ?

Juridiquement, Mediacités a été créé fin 2016. Le premier étage de la fusée a été propulsé à ce moment-là et on vient de mettre du carburant dans la fusée avec une levée de fonds en début d’année. Maintenant, il faut mettre la fusée sur orbite, c’est à dire trouver l’équilibre économique en gagnant des abonnés.

Le grand chantier à venir est la rentabilité économique, bien entendu. Pour y arriver, nous positionnons Mediacités comme un média différent, moderne, avec une posture atypique : nous cherchons tous les moyens d’associer les lecteurs. On veut rentrer dans une démarche participative et contributive. Le projet Mediacités ne réussira pas qu’en vendant de la bonne information mais en impliquant une communauté autour d’un projet médiatique.


“Un média est souvent excluant […] A nous de montrer les signaux pour que tout un chacun s’approprie le projet.”

Qui peut t’aider à faire avancer ton projet, et comment ?

Ce projet est inclusif, pour toute personne que ça intéresse. On est ouvert et on n’arrête pas de voir des gens intéressés, que ce soit des lecteurs, des associations, d’autres médias, des financeurs.

C’est un projet qui doit réunir une communauté autour de lui. Les profils des gens qui peuvent aider sont très variés. A nous de créer les conditions propices pour réunir tous ces gens. Pour l’instant on n’en est qu’à une phase embryonnaire.

A première vue, il est possible de faire participer les lecteurs à la vie d’un média. Mais dans les faits, c’est compliqué. Un média est souvent fermé avec une production éditoriale et une expertise qui exclut. A nous de montrer les signaux pour que tout un chacun s’approprie le projet.


“L’apport de Système D a été crucial pour l’aspect participatif et contributif”

En quoi Système D t’a-t-il aidé à développer ton projet ?

Système D apporte une ouverture sur un monde qui ne nous était pas familier : les innovateurs démocratiques. Cela nous apporte un nouveau réseau, mais aussi un appui méthodologique à la gestion de projet et au développement de l’aspect contributif et participatif de Mediacités. Système D nous a obligé à prendre le temps de réfléchir à ce volet crucial de notre projet, malgré les urgences toujours jugées prioritaires. Sur le moyen-terme, si on loupe ce volet participatif, on ne sera qu’un média de plus qui se distinguera un peu dans le paysage par ses scoops, par la profondeur de ses enquêtes, mais ça ne sera pas suffisant pour faire la différence.


Pour aller plus loin, retrouvez Mediacités sur leur site internet, sur facebook (Lyon, Lille, Nantes, Toulouse), sur twitter (Lyon, Lille, Nantes, Toulouse), abonnez-vous, retrouvez la dernière interview de Jacques Trentesaux sur France Inter et un article d’Arrêt sur Images explicitant la nécessité de l’investigation locale au travers du cas du Progrès à Lyon.

Plus d’infos sur Système D, l’incubateur de Démocratie Ouverte, sur le site internet, sur facebook et sur twitter.

Par David Reydellet, responsable du programme d’accélération de Système D.

Démocratie Ouverte

Written by

Collectif indépendant qui agit pour rendre la société plus transparente, plus collaborative et plus participative et redonner du pouvoir d’agir aux citoyens.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade