PROJECTION : Si nous n’avions plus d’addictions technologiques

Salut,

salut

Voilà un nouvel épisode de projection, aujourd’hui ça sera un projection dans un monde sans addiction aux nouvelles technologies.

:

Nous sommes en 2025 et il n’y a plus d’addiction aux nouvelles technologies.

Plus personne ne sort son smartphone pour regarder son fil d’actualité Facebook pendant qu’on lui parle, plus personne ne se préoccupe aux nombres de likes, aux nombres de vues etc…

Les gens ont l’air plus libres.

Les gens sont plus libres.

On pourrait penser que ce qu’on faisait avant c’était la liberté :

Aller quand on le voulait sur notre flux d’actu Instagram.

Checker une notification dès qu’on entendait le bip.

Passer d’un lien à un autre sur les sites d’actualité.

Passer 2h, sur YouTube, en passant de vidéo en vidéo.

Mais en réalité, est-ce que nous avions le choix ?

Est-ce que tout n’avait pas été calculé pour que nous faisions exactement ce que ces entreprises voulaient qu’on fasse ?

Au final, nos comportements étaient très instinctifs, très impulsifs.

On te montre des images violentes alors tu ressens de la tristesse ou de l’énervement.

On te propose d’avoir du divertissement rapide instantanément, alors dès que tu as un coup de mou dans la journée, tu vas chercher instinctivement ta dose de plaisir.

Tout ça est très instinctif, et difficile à contrôler, parce que c’est comme ça que l’être humain fonctionne.

Je pense personnellement que ce n’était pas une liberté, c’était une impression de liberté, mais derrière ça nous faisions exactement ce qu’il fallait que l’on fasse et on n’avait pas vraiment de contrôle sur ça.

Les années qui ont suivi ces dérives ont montré que ce n’était pas quelque chose de sain, petit à petit :

Il y a une chute de l’attention, beaucoup de gens n’étaient plus du tout capables de rester sur une tâche plus de quelques minutes, c’était devenu rare de voir quelqu’un lire un livre.

Il y a eu de plus en plus de dépression, l’actualité instantanée a fait du mal à beaucoup de personnes, de l’information toujours en plus grand nombre et négative.

Et ces deux grandes causes ont bien sûr des répercussions :

Anxiété.

Impossibilité de mener un projet sur le long terme.

Plus de négatifs que d’optimiste.

Baisse du nombre d’innovations.

Grande perte de créativité.

etc…

Tout ça est devenu très problématique.

Mais petit à petit les gens se sont détachés de ces distractions, c’est fou comment ce que nous considérions comme une liberté nous a finalement entravés :

Les gens sont beaucoup plus enclins à mener leur projet à bien, ils arrivent à ternir un projet sur le long terme et n’abandonnent pas au bout de quelque jour parce qu’ils n’ont pas de résultat.

Les discussions sont devenues plus intéressantes aussi, avant les discussions étaient plus de réactions, il fallait tout le temps réagir à ce qu’untel avait dit, il fallait répondre à ceux qui avaient répondu etc…

Il n’y avait pas de discussion profonde, maintenant les gens font des discussions plus constructives et moins réactives, plus dans le débat profond, que dans la réaction primitive d’attaque ou de défense.

On voit des gens qui arrivent à faire des loisirs qu’ils auraient toujours voulu faire, apprendre le piano, faire de l’escalade, faire de la moto, et les gens trouvent ça plus nourrissant.

La créativité a refait surface, nous avons à nouveau des gens créatifs, qui vont chercher au fond d’eux même, dans leurs expériences, dans leurs apprentissages, dans leur personnalité.

Ils ne vont plus chercher leur inspiration dans des fils d’actualité conditionnés spécialement pour notre manière de penser, parce que pour être créatif, il faut de la contradiction, il faut des questions, et pas seulement des choses qui vont dans notre sens.

On fait plus de tâches profondes, qui demande de la réflexion, de réfléchir, de se questionner.

Et c’est là qu’on se rend compte que l’on peut faire tellement de choses intéressantes.

Ce qui importe vraiment à l’être humain, ce n’est pas seulement le résultat, c’est le sens qu’il y a derrière.

Une vidéo de 30s qui est drôle, c’est bien, 10 vidéos à la suite de 30s drôle, c’est agréable, mais il n’y a pas de sens à tout ça.

Il n’y a rien qui se relie.

Il n’y a rien qui se créer.

Il n’y a pas d’évolution.

Il n’y a pas d’aventure.

On ressent une émotion qui est agréable, mais c’est une émotion instantanée, une émotion qui ne durera pas sur le long terme.
 Si on veut continuer de vivre avec cette émotion, il va falloir recommencer encore et encore.

On ne construit rien en cédant à ses pulsions.

Il n’y a rien qui se créer.

C’est tellement plus nourrissant de vivre avec un sens, de construire ce que l’on veut vraiment construire, d’aller là où on n’a vraiment envie d’aller.

Au final, c’est ça faire ce que l’on veut.

Et toi, que penses-tu de cette projection ? Tu peux me le dire dans les commentaires ;)

@+

@+, Orel.


Originally published at BinardProd.