Consommatrice non productrice

Je suis comme beaucoup d’entre vous, je passe des heures infinies à lire, écouter, rire, frissonner devant mon pc.

Depuis plusieurs mois, je me dis qu’en tant que grande consommatrice, ce que je fais est injuste. Je consomme sans produire. Alors que je suis pour le partage, l’entraide, la solidarité, tout ce champ lexical qui me plait. Une de mes valeurs principales étant la justice, je suis face à un gros conflit interne. J’ai décidé de remédier à ce problème et faire face à me peur. Je vais vous écrire. Vous. Internet. J’ai déjà écrit, beaucoup. Mais sur d’autres sujets, sur du très perso, comme ça, d’abord pour moi et pour les autres, pour les aider. Mais aujourd’hui, je suis au chômage. J’ai beaucoup de temps. Et je consomme beaucoup (trop?).

J’ai lu/entendu/jenesaisplus que nous sommes très nombreux à faire ça. Quelques commentaires, likes, pouces up/down ou rien du tout mais pas de contenu propre. Le premier chiffre qui me vient en tête est 80% “de mémoire” mais c’est bien sûr à vérifier.

Premier post, premier article. Je dois faire face à mes peurs. Les gars sur YouTube disent que les critiques sont difficiles à encaisser et certains arrêtent tout simplement à cause la vie réelle. (Plein de belles pensées @Pouhiou Merci pour les fous rires, les discussions que tu as déclenché avec mes amis, la façon que tu as de parler, la liberté de ton ton, ta maman trop adorable, je te ♥)

Et je suis sensible. Comment vais-je faire face à ça ? Haters gonna hate. C’est sûr. Mais serai-je capable de faire face ? De Let it go ? On verra bien. Et puis sinon, j’arrête. Super Chéri m’a dit que mes choix n’étaient jamais définitifs. Dans ces moments de doute, il sait trouver les mots.

Donc, je dois et je veux me lancer, c’est le moment, je le sens. Mais comment ? Un blog ? Un podcast ? Une chaîne YouTube ? C’est pas tellement ce que je recherche. Peut-être un peu trop personnel. Et puis, j’aimerai bien miser sur un nouveau media. J’aimerai bien utiliser un nouveau canal. “Medium ? C’est quoi ça, Super Chéri ? — Tu verras, ça va te plaire. Je crois que c’est ce qui est fait pour toi. Et je suis d’accord. J’y pensai beaucoup dernièrement. Je crois que tu dois reprendre l’écriture, c’est ce que tu aimes.” OK, c’est parti.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.