“La forme, c’est le fond qui remonte à la surface” disait Victor Hugo.

Aujourd’hui #PatrickBruel, hier #ChristianeTaubira. Et demain ?

Aujourd’hui, Jean-Marie Le Pen veut faire “une fournée” avec Patrick Bruel et quelques autres. Il fait mine de ne pas voir où est le problème. Le problème, c’est que les mots ont un sens. Si c’est un boulanger qui parle de sa “fournée” matinale à propos de ses baguettes, ça n’a évidemment pas le même sens que si c’est l’homme du “détail” qui utilise ce mot à l’encontre d’un artiste dont les aïeux juifs ont obtenu la nationalité française en 1870 grâce au décret Crémieux.

Si je vous dis : “ Poulese Rinidette”, ça ne veut rien dire. C’est un “signifiant” vide de sens, qui ne renvoie à aucun “signifié”. Si maintenant vous voyez la même chose dans son contexte,

ça veut dire quelque chose pour la plupart des gens qui lisent cet article. Le même signifiant vide mais placé dans un autre environnement permet pourtant de désigner un signifié. Non content de blesser avec ses jeux de mots dégueulasses, Le Pen traite d’idiots, y compris dans son propre parti, ceux qui ne comprennent pas et qui seraient les serviteurs de la “pensée unique”. C’est pourtant simple à comprendre : ce jeux de mot fait du mal à ceux pour qui le signifiant “enfourné” renvoie à un “signifiant” particulier. Le Pen est un idiot immature et malfaisant qui ferait mieux tout simplement de présenter ses excuses … et de prendre sa retraite.

Si l’on se place dans l’hypothèse la moins pire, celle dans laquelle ce jeux de mots est involontaire, on a alors à faire à une saillie de l’inconscient, qui se glisse dans un soi-disant trait d’humour et qui révèle un fond culturel raciste et antisémite. Ça n’est pas être “politiquement correct” que de le condamner, c’est simplement être humain.

Lorsque Christiane Taubira a été comparée à un singe par une candidate d’extrême droite, avant qu’un hebdomadaire d’extrême-droite n’en fasse sa «Une» en titrant : «Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane», j’avais rédigé, le 13 novembre 2013, pour le compte de l’association “Français du monde — ADFE Costa Rica” cette lettre de soutien à Madame Taubira.

C’est le même combat aujourd’hui, pour la culture et contre le racisme ordinaire qui se banalise, insidieusement.

Madame la ministre,
Nous vous adressons cette lettre pour vous dire que nous, français du Costa Rica, sommes fiers de la ministre que vous êtes, de votre façon de faire de la politique et de votre conception de la République. Nous sommes admiratifs de votre courage, de votre dignité, de vos combats, de vos idées, de votre culture et de votre talent oratoire.
Il y a quelques années encore, « On n’était pas racistes, mais … ; On n’avait rien contre les noirs mais … ». Derrière sa dénégation policée, presque civilisée, le racisme ordinaire affleurait mais était contenu. Prenant sa source au plus profond de l’inconscient collectif, le racisme archaïque était cantonné au préconscient, séparé de la conscience par la culture.
Monsieur Toutlemonde pensait que la couleur de peau, était « naturellement » un critère de hiérarchisation sociale, mais ne le disait pas.
Aujourd’hui, un verrou a sauté. Un tabou est levé. La culture ambiante n’est plus à même d’endiguer l’expression du noyau dur des représentations et des « valeurs » racistes.
L’animalisation d’un adversaire politique, parce qu’elle est femme, noire, puissante, engagée et cultivée peut désormais faire la une d’un magazine : c’est inacceptable.
En s’exprimant ouvertement, le racisme se banalise. Mais il avance aussi à visage découvert. D’insidieux, il devient brutal. Ses partisans sont désormais sur le champ de bataille, prêts à en découdre.
Madame la ministre, chère Christiane, il faut donc livrer le combat et être confiant dans l’avenir. Vous pouvez compter sur nous : l’arme bête du racisme sera vaincue par les idées nobles et l’esprit républicain que vous incarnez si bien.
Français du Monde — ADFE Costa Rica
San José le 13 novembre 2013

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade