Qu’est-ce qu’un projet Design Thinking ?

Beaucoup d’articles ont été proposés sur le sujet, preuve que le Design Thinking interpelle, intrigue. Vous trouverez nombre de définitions, d’interprétations : qui sont la plupart du temps des arguments de ventes, de belles promesses qui sont autant de déceptions futures si les choses ne sont pas cadrées.

Notre définition serait : “Approche de gestion de projet, inspirée des outils du design, pluridisciplinaire dans le but de créer une innovation de rupture centrée sur les usages des utilisateurs finaux.”

Alors nous vous proposons un retour d’expérience sur ces quelques années où nous avons appris et joué avec cette approche (pas de méthode hein !). Notre but est de poser les quelques balises indispensables pour définir un projet design thinking.

N’oubliez pas qu’en définitive vous recherchez à faire naitre et faire avancer un projet pour produire du sens, plus que de l’excellence opérationnelle en méthode ou méthodologie.

Mais au fond que peut-on faire grâce au Design Thinking ? La réponse attendue est “on peut tout faire !” mais cela ne nous avance pas énormément… Alors voici quelques exemples :

  • Un peu de publicité pour nos amis de chez Cy-Clope : première filière de gestion des zones fumeurs. Cette entreprise propose une solution globale à cette problématique par un diagnostic des zones fumeurs, la pose d’un mobilier (le cyclopeur) adapté aux flux des fumeurs, jusqu’au recyclage des mégots de cigarettes, une sensibilisation environnementale et sanitaire, jusqu’au reporting attestant de l’impact RSE d’une telle solution. On a ici une innovation du couple produit-service.
  • On peut aussi “faire une vraie innovation” dans l’organisation d’une entreprise. C’est l’exemple décrit dans le livre de Tim Brown “La pensée design” où l’auteur explique comment en observant les patients, l’équipe d’ IDEO a réussi à réorganiser le management de l’hôpital pour faire diminuer grandement la déperdition d’information entre les différents services au bénéfice des patients. On a ici une innovation organisationnelle.

Mais d’une façon plus générale, nous observons l’intérêt de cette approche dans les projets digitaux. En effet, dans la majorité des cas, la réussite ou non d’un projet digital n’est plus une problématique technique mais une problématique d’adhésion par l’utilisateur final et donc l’étude des usages.

Partie 1 : Définitions ?

“Qu’est-ce que le Design ?”
Qu’est-ce que le Design?

Il y a de nombreuses définitions au terme Design : celui-ci peut faire référence à une activité, à un métier, à une tendance, un qualificatif, un objet, une forme… En définitive, chacun a sa propre définition du terme Design et choisira de n’en retenir qu’une définition qui fera sens pour lui.

Il y a cependant une forte valeur ajoutée à envisager une définition de ce terme par l’étymologie même du mot Design. Ainsi, le latin propose le mot “designare” pour “marquer d’un signe, dessiner, indiquer”. Dès lors, nous retrouvons dans cette définition du terme deux sens que sont l’intention et la représentation.

Ainsi, ces deux sens se retrouvent également dans la transcription anglaise du mot Design, signifiant à la fois dessiner et concevoir. Car le Design est une histoire de Dessein et de Dessin, le Design veut lier une intention à sa représentation. Dès lors, pratiquer le Design veut signifier à la fois réfléchir pour concevoir une intention, mais également tangibiliser une intention en concevant une représentation adaptée au message espéré.

Design = Dessein + Dessin
Design : Intelligence Made visible

Un des raccourcis les plus empruntés dans l’imaginaire commun Français, consiste à ne considérer le Design que par son aspect formel. Ainsi, beaucoup associent le Design au graphisme, ou au dessin en ne voyant que la partie émergée de l’iceberg. Sur la partie immergée de l’iceberg il y a l’inspiration, la réflexion, l’intelligence qui apporte la créativité, et propose la représentation de votre intelligence. Car l’inspiration qui fera naitre en vous un instinct créatif n’est pas quelque chose de soudain. L’inspiration se cultive, elle se nourrit, elle s’inspire elle-même. Le Designer est quelqu’un d’inspiré : toujours en recherche, en questionnement permanent, un designer passe son temps à se demander pourquoi les choses sont-elles ce qu’elles sont ?

C’est d’ailleurs là le premier outil qui aide à prendre conscience de sa créativité : considérer les choses par les problèmes qu’elles représentent afin de dégager des solutions.

Prenons l’exemple de votre antivol de vélo : vous ne vous en servez que rarement, et quand il s’agit de le prêter, vous n’avez généralement d’autres réponses que : “Non pas celui–ci, j’ai pommé la clé…” ou encore “Le code ? 3722 je crois ?” Vous avez donc accumulé un certain nombres d’antivols dans votre vie de cycliste, et à chaque fois que vous vous retrouvez dans cette situation où vous avez perdu votre clé ou oublié votre code, vous vous dites certainement : “Pourquoi ???” Et c’est à ce moment là que les scénarios s’enchainent dans votre esprit : un antivol qui s’ouvre quand je lui parle, ou qui se déverrouille avec mes empreintes digitales ou mon téléphone portable…

Finalement, il faut comprendre que le Design n’est pas qu’un processus de formalisation, mais il englobe également la réflexion, l’inspiration qui apporte la forme. Cette notion de réflexion avant formalisation est notamment très bien retranscrite dans la phrase de Patrick le QuémentDesign : Intelligence made visible”.

Les deux références principales

Si vous ne devez retenir par cœur que deux références en vue de commencer votre acculturation au Design et à la pensée design, vous ne sauriez faire autrement que de découvrir :

  • 10 Good Design Principles de Dieter Rams.
  • Le film de Gary Hustwit : Objectified qui présente un certain nombre de Designers dans leur vie de tous les jours qui exposent des points de vue, des faits historiques, des réflexions, des prises de consciences…

Partie 2 : On fait le point ?

L’idée de cette introduction est de cadrer les quelques notions clés et les promesses qu’un projet Design Thinking veut apporter.

Stratégie Design

Un projet design thinking s’intègre dans une stratégie d’innovation impliquant une stratégie design. Le but de cette stratégie design est d’arbitrer avec les valeurs “identité” “usage” “technique” d’un produit ou d’un service.

Approche Transverse
Focus sur la notion de projet design

Généralement le projet design s’articule autour de quatre grands types de projet :

# Le design de forme : Recherche esthétique, l’objectif est d’élever l’objet au niveau d’œuvre d’art, édité sous formes multiples.

# Le design fonctionnel : Un travail sur les fonctionnalités et l’ergonomie d’un produit.

# Le design to cost : Pour satisfaire les besoins en maitrisant les risques et coûts.

# Le design accidentel : Un détournement d’une recherche sur forme et matériaux vers d’autres usages.

Types de projet Design

L’objectif annoncé d’un projet design est une innovation incrémentale : c’est à dire une amélioration d’un produit ou d’un service déjà existant. Le designer va être appelé à retravailler l’ergonomie d’un clavier, d’un téléphone… C’est une demande précise, qui sera un enchainement d’expertise, un process linéaire, avec une stratégie d’innovation court terme !

Focus sur la notion de Design Thinking

Derrière ce Buzzword, il existe une véritable approche, issue de la pensée du design industriel du 19ème Siècle. Il ne s’agit pas d’un outil nouveau, cette approche est utilisée depuis des années et a apporté de nombreux résultats concrets couronnés de succès. Elle a cependant été récemment théorisé par Tim Brown dans son livre “La pensée Design”.

L’objectif annoncé du Design Thinking est d’apporter un processus d’innovation de rupture : c’est-à-dire une démarche en rupture avec le business model de l’entreprise (Clayton Christensen) car elle répond de façon indirecte à une problématique. Il s’agit donc la plupart du temps d’une innovation radicale de rupture. Sur ce constat de départ, force est de constater que l’innovation de rupture apporte un changement certain dans l’entreprise traditionnelle. De fait, en déstabilisant la structure organisationnelle de l’entreprise, le Design Thinking est parfois décrié : l’innovation de rupture est soit difficilement supportée, soit mal formulée.

Qu’apporte le design thinking dans un projet d’innovation ?

1- Cadrer un sujet par une problématique et un brief

2- Procéder à la résolution de problèmes de fond

3- Augmenter la probabilité d’innovation, tout en minimisant les coûts (notion de prototypage)

Un des pré-requis d’une démarche Design Thinking réside dans la constitution d’une équipe pluridisciplinaire qui va devoir arbitrer autour des possibilités “techniques” “économiques” et de “désirabilité” du couple produit-service. Le chef de projet reprend les codes et approches du projet design, autour d’une équipe pluridisciplinaire pour apporter une réponse innovante et indirecte à une problématique.

Innovation by Design

Un des maitres mots de cette approche est de centrer la réflexion du projet autour des usages actuels et futurs des utilisateurs finaux. Pour cela, la phase de veille utilise les Sciences Humaines et Sociales, la philosophie, l’anthropologie pour obtenir un “terreau intellectuel” nécessaire afin d’alimenter la phase d’idéation. Il s’agit de prendre de la hauteur par rapport à la problématique et de sortir des sempiternelles brèves de comptoir lors de ces sessions.

Ainsi, sur une problématique donnée, l’équipe projet doit documenter un certain nombre de sujets complémentaires à la problématique globale afin de construire une compréhension du sujet. De fil en aiguille, c’est une véritable toile de connaissance qui se construit autour de la problématique projet, la réflexion avance et la compréhension du sujet par les usages des utilisateurs se précise également.

La notion d’observation et donc d’empathie pour l’utilisateur est au centre de la construction du projet. Cette phase d’observation doit être conduite conjointement avec un “expert” du domaine : anthropologue, ethnologue, sociologue dans le but d’avoir des clés de lecture et donc des leviers d’actions nécessaires à la bonne compréhension du projet.

Voici, ci-dessous, les grandes lignes du projet design thinking. Il ne s’agit absolument pas d’une méthode, mais d’une expérience globale. Celui qui prétends le contraire, qu’il s’agit d’un process, d’une méthode figée est un escroc, fuyez-le !

Nous nous sommes attardés à rendre les plus concrètes possibles les différentes phases itératives avec des rendus possibles et usuels au monde de l’entreprise.

Phasage projet Design Thinking

Le Design Thinking permet la création autour d’un projet innovant, tangible et opérationnel en :

  • Centrant la réflexion autour de l’humain (notion d’empathie).
  • Co-construisant le projet. Il n’est pas imposé par le « top management ».
  • Expérimentant plusieurs fois le projet (prototypes) : accroit ses chances de réussite et minimise les coûts.
  • Utilisant plusieurs formes de langage (maquette, visual thinking…), qui permet d’user de métaphores et donc un process universel entre les différents départements de l’entreprise.
  • Apportant une approche comportant différentes phases et donc évaluation, le Design Thinking est un outil de management efficace.

Le projet design thinking est une stratégie d’innovation sur le long terme. Elle n’a pas un ROI rapide par définition.

Conclusion :

Par cet article, nous avons voulu vous emmener sur le chemin de la compréhension de cette approche passionnante qu’est le Design Thinking.

Dans les articles suivants nous vous proposerons :

  • Un détail sur chacune des phases d’un projet Design Thinking
  • Des précisions sur les notions complémentaires au Design Thinking
  • Une introduction au prototypage rapide : clé de l’itération en mode projet
  • Notre avis sur les 10 fantasmes du Design Thinking et comment les désamorcer
  • Design Thinking & Startup : Comment ca marche ?

Timothée Lacour est co-fondateur et associé à La SMAF : agence de facilitation en management de l’innovation et conduite du changement par le Design Thinking et l’Art contemporain. Issue d’une double formation EMLYON & Centrale Lyon, il découvre durant ses études l’approche du Design Thinking. Entrepreneur, Intrapreneur, agitateur et trublion dans l’âme, il aime à penser que ses actions améliorent un peu le monde. http://www.lasmaf.com

Piem Goubeaux-Chaperon est coach en Design Thinking au sein de la practice IBM Interactive Experience France. Issu d’un parcours en école de commerce, il rejoint le programme I.D.E.A. au sein de la première promotion et découvre l’approche Design Thinking de management de projet d’Innovation. Aussi bien entrepreneur qu’intrapreneur et passionné d’innovation, il a à coeur d’oeuvrer jour après jour pour contribuer à la transformation du monde qui l’entoure en apportant du sens aux problématiques qu’il rencontre. http://www.innovation-manager.fr

Like what you read? Give Piem Goubeaux-Chaperon a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.