Ceci ne plaira pas aux maréchaux ferrants.

À moins que vous soyez maréchal, et très ouvert d’esprit (comme l’a été Pete Ramey).

Le métier de forgeron devint celui du maréchal ferrant

Il fut un temps ou les chevaux occupaient une place primordiale au sein de la société. Les équidés étaient le seul moyen de transport fiable et parcouraient ainsi des kilomètres jour et nuit. Les forgerons trouvèrent le support idéal pour maintenir le sabot en état, face aux lourdes charges du cheval: le fer à cheval.

Les temps ont changé

Mais voilà, les choses ont changé. Notre société change. L‘équitation est devenu un sport de loisir, et non plus un besoin comme il l’était autrefois.

Ce qui veut dire, que le sabot du cheval n’est plus soumis aux même règles qu’il y a deux siècles. Alors pourquoi continuer à utiliser le fer à cheval?

Un sabot, a t’il vraiment besoin d’un fer?

La réponse est non, c’est la tradition qui le veut.

En réalité, je ne pouvais pas le dire (c’est un sujet très tabou).

Il faut comprendre une chose, et une chose seulement: la nature a pensé à tout. Un pied n’a donc pas besoin de ferrure. En réalité, le cheval est en meilleure santé sans ferrure qu’avec! Mais ça, on ne vous le dira pas si facilement..

Le pied du cheval est intimement lié à la santé tout entière du cheval

Je conseille à chaque cavalier de comprendre l’anatomie du pied du cheval et son fonctionnement. Car en général, le pied communique avec le reste du corps (y compris les organes comme les reins, le foie, le cœur, enfin tout quoi). Un peu comme l’acné sur le visage, chaque anomalie et traumatisme du pied raconte une histoire bien spécifique.

Le sabot d’un cheval est souvent négligé, c’est une erreur! Car le pied est le reflet même de la santé d’un cheval, et inversement. Vous connaissez le dicton: pas de pieds, pas de cheval.

Donc si un cheval est malade, cela aura des conséquences non négligeables sur ses pieds (comme les troubles métaboliques). À tel point que parfois il arrive à des spécialistes de confondre certaines maladies du cheval à ceux du pied du cheval.

Vous comprenez d’où l’importance du pied si je vous dis qu’il est lié à la santé tout entière d’un cheval.

La structure anatomique du pied

Je vais essayer de vous expliquer cela de manière simple (et pas trop compliqué).

  • L’os principal (en pointe): la troisième phalange (c’est ‘the’ os du pied le plus important)
  • la ligne blanche
  • le cartilage (os naviculaire)
  • la fourchette: lorsque suffisamment développé, elle sert amortisseur avec le coussinet plantaire
  • la sole: elle protège l’os principal du pied, la troisième phalange
  • le coussinet plantaire: se développe naturellement s’il est suffisamment stimulé par une activité régulière du cheval, et aide à supporter le poids du cheval comme amortisseur

Et hop, un vrai pied (bon appétit).

Vous pouvez tout de suite voir que le pied naturel du cheval (ici sans fers) est un pied musclé et riche en tissus fibreux, nécessaire pour l’oxygénation du pied.

On peut voir que la photo est séparé en trois parties: l’avant du sabot pour la bascule, le centre pour l’appui, et l’arrière pour l’impact. Le point d’impact est le premier point de contact entre le pied et le sol lorsque le cheval est en mouvement, vient ensuite le centre du pied (là ou se concentrera toute la pression du poids du cheval) et finalement la pince (comme on l’a vu plus haut, est essentiellement constituée d’os) qui servira à transmettre la force musculaire du cheval dans le sol pour se déplacer.

La ‘muraille’ du sabot est un peu comme une chaussure, elle pousse continuellement autour de la couronne du pied (c.a.d. de haut en bas). Un peu comme nos ongles. C’est un avantage, car cela permet au pied de se réparer et de remplacer l’ancien par du nouveau.

Les différences anatomiques entre un pied ferré, et un pied libre (sans fers)

Elle ne se voit peut-être pas de l’extérieur, mais de l’intérieur la différence anatomique entre un pied libre (non-ferré) et un pied ferré est énorme A gauche, le pied ferré. À droite, un pied libre (non ferré).

La plus grosse différence se situe notamment dans le coussinet plantaire, qui libre, aura la possibilité de se développer normalement et saura bien mieux supporter les pressions tout autour du pied. Lorsque le pied est entièrement en contact avec le sol, celui ci est d’avantage stimulé. En conséquence, les tissus se musclent et le pied est plus énergétique.

Un pied ferré supportera moins les coups, et face au manque de stimuli, le pied va s’atrophier. Les conséquences sont lourdes puisque la troisième phalange (l’os principal du pied) se retrouve très proche du sol (sans protection naturelle).

Sans aller trop dans les détails, et si vous voulez plus de détails, n’hésitez pas à lire cet article.

Conclusion

Le fer à cheval a été crée pour répondre à certains besoins, qui ne sont plus d’actualité de nos jours. Elle ne se voit peut-être pas de l’extérieur, mais de l’intérieur la différence anatomique entre un pied libre (non-ferré) et un pied ferré est énorme et presque alarmant.

Un pied ferré est en moins bonne santé qu’un pied libre, qui pourra se développer plus sainement s’il est bien entretenu, comme la nature l’a pensé.

Le sabot du cheval n’a donc en aucun cas besoin d’une ferrure, c’est la tradition qui le veut. Le pied du cheval est déjà équipé d’une chaussure adaptée, le fer n’en est pas une, c’est un morceau de métal inventé par l’homme qui modifie le fonctionnement interne du pied et l’affaiblit.

Everyday thinker

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store