Colloque RIFREQ 2015

Ouverture du 5ème colloque du Réseau International Francophone de Recherche Qualitative

« Prudence empirique et risque interprétatif », c’est le thème de ce cinquième colloque RIFREQ qui a débuté ses travaux ce mercredi 17 Juin à l’université Montpellier 3 — Paul Valéry.

Cette rencontre, très attendue et délibérément pluridisciplinaire, est pilotée par Catherine Delavergne, maître de conférences à l’université Paul-Valéry et son équipe composée de 33 autres chercheurs. Elle a pour objectif d’alimenter la réflexion et les débats autour de la recherche qualitative sous différents axes, en compagnie d’enseignants-chercheurs, doctorants et professionnels qui intègrent des approches qualitatives dans leurs pratiques.

Il est un peu plus de 9h quand le colloque se lance. Après un accueil et des remerciements chaleureux de l’organisatrice de l’évènement aux experts pluridisciplinaires arrivant de divers horizons, les invités prennent à tour de rôle la parole pour participer à un succinct discours d’ouverture.

C’est ainsi que plusieurs interventions se succèdent. Anne Fraïsse, Présidente de l’Université Paul Valéry aux côtés de Philippe Saurel, maire de Montpellier et Président de l’ITIC (Institut des Technosciences de l’Information et de la Communication de l’Université Paul-Valéry) :

C’est l’occasion de maintenir ce lien entre la ville et les sciences humaines et sociales. Il est bon d’avoir toujours un petit regard décalé sur le monde qui nous entoure. Cette université est là pour ça. C’est en tout cas la place que je lui donne dans le concept que j’ai de la ville et de la société.

Il nous confie ainsi toute l’affection qu’il porte à l’Université d’Arts, Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales, “université de coeur et prioritaire” à ses yeux.

Les prises de paroles s’enchaînent au micro. Bien qu’elles soient brèves, nous retenons de l’ouverture de ce colloque qu’il s’agit d’« un lieu où s’articule des questionnements vifs et animés » comme le souligne Francois Perea, directeur de l’ITIC. Chantal Royer, présidente du RIFREQ, ajoute : « on ouvre sur des questions qui nous habitent continuellement en recherche qualitative […] des questions qui vont faire évoluer la méthodologie ».

Cette première journée sera donc consacrée à 4 conférences introductives, suivies de nombreux ateliers de réflexion qui permettront justement d’échanger et de débattre autour de ces grandes problématiques que sont :

· la personnalité, sensibilité et l’éthique du chercheur
· le statut des données en recherche qualitative
· les processus d’hybridation des démarches et des méthodes
· les propositions subversives ou alternatives


Bon colloque à tous !

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.