Communiqué des Reporters Debout

Aujourd’hui les reporters debout ressentent le besoin de rappeler les motivations de leur travail effectué depuis le début du mouvement et d’informer sur les pressions et menaces récemment subies par certaines personnes de notre équipe.


Face au traitement médiatique donné par la presse, la télévision et la radio de grande écoute, le collectif des Reporters debout s’est formé naturellement afin de rendre compte de la réalité du mouvement social, car il nous semblait plus que jamais nécessaire d’apporter un point de vue de l’intérieur au travers de nouveaux moyens d’information disponibles par et pour le citoyen.

Nous ne sommes pas tous des professionnels de l’image, mais simples citoyens qui nous reconnaissons dans les valeurs de NuitDebout, la solidarité, et en particulier le respect de nos libertés d’expression et d’information. Ce sont ces principes humanistes qui nous amènent à restituer la réalité via le prisme de nos sensibilités propres.

Force est de constater que les médias classiques ne diffusent pas toutes les belles initiatives —au contraire, ils cristallisent la méfiance, le rejet et la diffamation—, en réponse à cette décrédibilisation et aussi pour témoigner des violences policières, nous nous armons de nos téléphones portables pour répondre à ce besoin primordial d’indépendance et du droit à l’information.

La démocratie ne peut exister que si les citoyens ont un accès permanent à la réalité des faits pour se forger leurs propres avis et convictions.

Les outils numériques et internet permettent aujourd’hui à tout un chacun de diffuser ou visionner un événement public. Ainsi la réalité du terrain est relayée via les réseaux sociaux, de Paris vers la Province et vice-versa, partout en Europe et dans le monde entier.


Rappelons que ce mouvement a pour vocation de faire bouger un maximum de personnes pour pouvoir réaliser le changement révolutionnaire de notre société que nous désirons tant à nuit debout.

Chaque citoyen est désormais acteur de ce nouveau média émergent assurant une richesse de points de vue, opposé à l’uniformisation des sources officielles. Nous avons eu exemple d’un reporter qui fît un direct atteignant 80 000 vues en simultané, démontrant un désir croissant de participer au mouvement.

Tous les citoyens dans l’incapacité de se rendre sur les places ont désormais accès aux faits de l’intérieur via les captations en direct. Ils peuvent ainsi prendre connaissance des multiples initiatives mises en œuvre par le peuple pour le peuple.

Les reporters couvrent tout le panel d’actions menées au sein de ND , telles que les commissions structurelles et thématiques, ateliers, toutes assemblées dans tous les domaines — global debout chorale debout, orchestre debout, concerts, expositions, actions pacifiques de Paris et de Province, interviews et manifestations—.


Étant pleinement conscients des risques potentiels de filmer les événements de NuitDebout, nous savons désormais comment restituer les faits tout en protégeant les participants. Nous travaillons aujourd’hui à l’écriture d’une charte établissant, selon les circonstances, de sages recommandations à suivre pour une couverture en direct.

Jusqu’à présent aucune de nos vidéos n’a permis l’inculpation d’un citoyen (nous nous en sommes assurés auprès de la def col). Par contre nos images ont permis de démontrer de nombreuses atteintes aux droits civils.

  • par exemple: le cas de Romain qui fut blessé par une grenade et tombé dans le coma; nous avons permis de mettre en évidence la responsabilité des forces de l’ordre.

Les Reporters Debout constituent désormais un dispositif essentiel au mouvement dans le sens où ils montrent et informent en prenant des risques personnels, qu’ils soient moraux ou physiques, pour la capture de ces images.

Au delà des menaces habituelles émanant des forces de l’ordre, une nouvelle forme de pression nous interpelle sur notre liberté d’informer, qui a motivé notre prise de parole aujourd’hui.

En effet, cette intervention fait suite aux menaces physiques subies par une de nos reportrices alors qu’elle filmait un rassemblement pacifiste, manifestation que les organisateurs eux-mêmes appelaient à diffuser le plus largement. Nous avons été victimes d’agressions verbales et avons reçu diverses menaces d’atteinte à notre intégrité physique de la part d’individus se réclamant proches de NuitDebout.

Nous n’avons pas à être physiquement pris pour cible, ni notre matériel, cassé, ni nos reporters violentés.

Nous assistons à l’émergence d’un media citoyen indépendant et nous refusons d’être menacés par qui que ce soit: policiers, gendarmes ou pis, camarades citoyen.nes.

De par notre expérience, nous sommes certains de la portée du travail des Reporters qui permet à chaque personne de découvrir le mouvement, de pouvoir se questionner sur la société et d’ouvrir des débats.

Nous considérons injustes et iniques les accusations non avérées nous tenant responsables d’éventuelles perquisitions, contrôles judiciaires, procès ou incarcérations concernant les participants qui apparaissent sur nos images.

Malgré les intimidations et autres fourberies, le collectif décide de rester debout pour la saison 2, à vos côtés et fort de votre soutien assuré.

Bisous plutôt que cordialement, Ouloulou à tous!

Les ReportersDebout