Conférence de presse des Street Médic

Bribes

ReportersDebout
Jun 18, 2016 · 3 min read

Les Street Medics parlent calmement, d’une voix posée. On ressent la gravité de ce qu’ils évoquent et de ce qu’ils ont vu.

Nous avons souhaité cette conférence car ce que nous observons dans les médias, le traitement de la manifestation et l’angle choisi pour mettre en lumière certains faits plus que d’autres ne nous conviennent pas. On a donc décidé de reprendre en main la communication.

Quand on voit “7 blessés” dans la presse alors que nous, on a soigné 300 personnes pendant la manif, ça nous interpelle.

Vous donner des chiffres est difficile, car quand nous sommes sur le terrain, on n’a pas le temps de noter. Au sein de NuitDebout, bien que nous ne partagions pas tous les mêmes idées, nous sommes une cinquantaine de personnes rassemblées, prêtes à lutter ardemment contre les violences policières. Toute personne qui souhaite nous rejoindre peut le faire.
C’est aussi pour ça que nous vous avons convoqués.

On entre dans une ère où le simple fait de manifester peut nous coûter très cher. Ce n’est pas qu’une impression, nous-mêmes sommes ciblés par les forces de l’ordre. Les policiers ouvrent nos sacs, puis nous disent : “Toi, t’es street, tu rentres pas, sinon t’auras droit à des poursuites judiciaires.

Nous sommes identifiés, notre matériel, confisqué. Si on tente de rentrer malgré tout par un autre point, ils communiquent entre eux et c’est fichu.

Il va falloir qu’on se positionne politiquement car si tu risques un œdème cérébral, voire la mort en manif, il y a de quoi se poser des questions.

L’état communique sa politique via les médias de masses et dans la rue avec les flics. Quand on apprend que certains prennent du ferme, on voit bien leur façon de communiquer. Quand les gens reviennent, il ne reviennent pas en noir, ils reviennent casqués.

Il faut savoir qu’aucun équipement type casque/lunettes ne te protège des coups. Des gens à terre se font matraquer parce qu’ils portent des protections. Et puis ça peut être retenus contre toi lors d’un procès, car les équipements défensifs sont considérés comme des armes.

Être street medic c’est affreux. Je ne connais personne chez nous qui n’ait pas de syndrome post-traumatique après les manifs. Mardi, c’était la pire que j’aie vécue en termes de répression. On marchait, on voyait des gens à terre qui ne bougeaient plus. Je suis de celles et ceux qui disaient que la répression a toujours été sévère, mais cette fois-ci ça dépassait l’entendement.

On se forme entre nous, certains viennent de secteur médical. Mais même formé, on n’est pas préparé à prendre en charge un blessé sous un tel niveau de stress et de danger. Le plus dur à traiter se sont les yeux, c’est dire! Oui, c’est clairement de la médecine de guerre. Quand un medic opère, plusieurs autres doivent protéger l’intervention. Les grenades de désencerclement sont utilisées de manière offensive.

Même pendant qu’on soigne quelqu’un on se prend des tirs de grenades!

Dès qu’il y a un blessé les manifestants forment un cordon de protection, par altruisme. C’est beau, mais j’ai peur pour eux. Que ce soient des syndicalistes ou des Black Blocs. Pendant ce temps, les flics se servent de nous comme bouclier humain pour se protéger tout en continuant à tirer.

En ce qui concerne les photos, quand t’es blessé en manif, tu es extrêmement vulnérable. C’est dégueulasse de filmer ça. Parfois nous sommes obligés de pousser plein de photographes pour intervenir car eux n’interviennent pas!

Mais il faut informer les gens. Et nous avons besoin d’images pour monter la défense collective. On a besoin de sources pour s’attaquer à la répression. Dans une société pacifiée comme la nôtre, c’est une guerre de l’image qui prévaut. Nous voulons aussi montrer qu’il se passe des choses magnifiques, la solidarité à pris des proportions gigantesques!


ReportersDebout

Written by

#NuitDebout Reporters — Équipe volante dédiée au relais live/infos autour des événements de mars2016 pour épauler @StreamDebout, @GazetteDebout, @MediasDebout

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade