À la rencontre d’une inconnue..

Aujourd’hui encore je n’attends rien de ma seule disponibilité, que de cette soif d’errer à la rencontre de tout, dont je m’assure qu’elle me maintient en communication mystérieuse avec les autres êtres disponibles, comme si nous étions appelés à nous réunir soudain.

J’observais sans le vouloir des visages, des accoutrements, des allures. Allons, ce n’étaient pas encore ceux-là qu’on trouverait prêts à faire la révolution. Je venais de traverser ce carrefour dont j’oublie ou ignore le nom, là, devant un campus. Tout à coup, alors qu’elle est encore à dix pas de moi, venant en sens inverse, je vois une jeune femme, très pauvrement vêtue, qui elle aussi me voit ou m’a vu. Elle va la tête haute, contrairement à tous les autres passants. Si frêle qu’elle se pose à peine en marchant. Un sourire imperceptible erre peut être sur son visage. Curieusement fardée, comme quelqu’un qui, ayant commencé par les yeux, n’a pas eu le temps de finir. Je n’ai jamais vu un tel visage. Sans hésitation j’adresse la parole à l’inconnue, tout en m’attendant, j’en conviens du reste, au pire. elle sourit, mais très mystérieusement, et, dirai-je, comme en connaissance de cause, comme, bien qu’alors je n’en puisse rien croire. Elle se rend, prétend-elle qu’elle allait sans but aucun.

-Moi : “qui êtes-vous ?”

-Elle, sans hésiter : “je suis l’âme errante.”

Je la regarde mieux, quels jolis yeux. Que peut-il bien passer de si extraordinaire dans ses yeux ? Comment peut-elle marcher sans accompagnant ? Quelle détresse !

-Elle, pour continuer : “J’aimerais que ma vie ne laissa après elle d’autre murmure que celui d’une chanson de guetteur, d’une chanson pour tromper l’attente. Indépendamment de ce qui arrive, n’arrive pas, C’est l’attente qui est magnifique.”