Agendas du Sahel

2 juillet 2017

Burkina Faso:

En fin de semaine dernière, Zéphirin Diabré, le chef de file de l’opposition, dénonçait le projet de loi sur l’allègement des conditions de passation des marchés entre les services publics et les entreprises privées. Et il a menacé d’appeler les Burkinabè à investir l’Assemblée nationale et les rues si le gouvernement ne retirait pas ce projet de loi. A sa suite, Léonce Koné, président de la commission ad hoc de l’ex-parti au pouvoir, a insisté sur le fait que les députés de l’opposition ne participeront pas à l’adoption du projet de loi incriminé.

3 juillet 2017

Afrique:

  • Le président français, Emmanuel Macron, assiste dimanche à un sommet de sécurité au Mali afin de renforcer son soutien à la création d’une force de contre-terrorisme régionale. Mais s’il espère une stratégie de sortie pour les troupes françaises, cette perspective semble encore loin. Ce sera le deuxième voyage de Macron au Mali, où la France a été engagée militairement depuis 2013, puisqu’il a pris ses fonctions il y a à peine deux mois: sa première visite, faite pendant la première semaine de sa présidence, était un symbole important car c’était sa première visite En dehors de l’Europe en tant que président de la France. Ce week-end, Macron va retourner au Mali pour assister à un sommet organisé par le président malien Ibrahim Boubacar Keïta avec des dirigeants des pays voisins Niger, Tchad, Burkina Faso et Mauritanie — un groupe connu sous le nom de Sahel G5. Ils parleront d’une force conjointe qui pourrait égaler le déploiement d’environ 5 000 troupes régionales dans la vaste région du Sahel, qui reste un terrain propice aux trafiquants d’êtres humains ainsi qu’aux contrebandiers d’armes et de drogues.

Niger:

  • Une attaque attribuée à Boko Haram a eu lieu ce dimanche 2 juillet au soir dans la localité de Ngalewa, à 110 kilomètres à l’est de Diffa. Neuf villageois ont été tués et 37 personnes, dont 24 femmes et 13 enfants ont été enlevées.

Mauritanie:

  • Pour le président mauritanien, si l’intervention Serval en 2013 a été « un coup d’arrêt vital » à la progression terroriste au Mali, la situation actuelle est plus inquiétante qu’alors. « La menace s’est étendue géographiquement, complexifiée avec de nouveaux groupes à connotation ethnique et la détresse croissante de certaines populations, là où l’Etat reste absent, les rend de plus en plus inféodées aux terroristes qui contrôlent leur zone, par les armes comme par l’argent », estime-t-il. Le président affirme avoir les hommes nécessaires pour déployer un bataillon à la frontière mauritano-malienne pour la force du G5 comme le prévoit le dispositif envisagé. Mais pas question pour lui de s’engager sans les moyens financiers et en équipement nécessaires, non pas pour « seulement harceler ponctuellement les terroristes » comme cela a pu être le cas lors de précédentes opérations conjointes avec le Mali, mais bien pour les neutraliser durablement; ce qui prendra plusieurs années, pense-t-il.

Mali:

  • Un groupe lié à Al-Qaida au Mali a publié une vidéo de preuve montrant six otages étrangers, un groupe qui surveille les communications djihadistes, peu avant l’arrivée du président français dans le pays de l’Afrique de l’Ouest pour un sommet anti-terroriste. Le nouvellement formé Nusrat al-Islam Wal Muslimeen a publié la vidéo samedi sur Telegram, a déclaré SITE Intelligence Group. La vidéo montre Stephen McGowan d’Afrique du Sud, Elliot Kenneth Arthur d’Australie, Iulian Ghergut de Roumanie, Beatrice Stockly de Suisse, Gloria Cecilia Narvaez de Colombie et Sophie Petronin en France. “Aucune véritable négociation n’a commencé à sauver vos enfants”, dit un narrateur. Le narrateur mentionne également le président français récemment élu, Emmanuel Macron, disant que Petronin «espère que le nouveau président français viendra à sa rescousse».
  • En marge du sommet G5 Sahel qui s’est tenu ce dimanche à Bamako, au Mali, une nouvelle vidéo de propagande montrant des otages au Sahel a été rendue publique ce samedi soir. Le choix de cette veille de réunion de chefs d’Etat n’est pas un hasard. Ce film, d’une quinzaine de minutes, a été diffusé par le canal officiel du «Groupe de soutien à l’islam et au musulman», une coalition terroriste dirigée par Iyad Ag Ghali qui confirme ici son rôle prédominant.
  • Les chefs d’Etat du G5 Sahel se sont réunis dimanche 2 juillet à Bamako pour acter la création de leur force anti-terroriste conjointe. Principal soutien à sa mise en œuvre, la France a voulu envoyer un signal politique fort, incarné par la présence du président Macron qui souhaite qu’elle puisse mener ses premières actions dès l’automne. Des annonces concrètes ont été faites, côté français comme africain, mais le manque jusqu’à présent de moyens financiers risque de freiner considérablement sa mise sur pied effective.
  • Le président français Emmanuel Macron a promis dimanche à Bamako d’aider les pays du G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie, Tchad) à obtenir des financements pour leur force conjointe, mais les a exhortés à en démontrer l’efficacité face aux djihadistes. “Ce sera à vous et à vos armées de convaincre que le G5 peut être efficace, dans le respect des conventions humanitaires. Les résultats doivent être au rendez-vous pour convaincre nos partenaires”, a déclaré M. Macron à l’ouverture du sommet du G5 Sahel dans la capitale malienne.
  • Les dirigeants du continent se retrouvent ce lundi à Addis-Abeba pour un sommet de transition. Alpha Condé, Alassane Ouattara ou encore Joseph Kabila sont là mais plusieurs poids lourds du continent sont absents. Le défilé des berlines présidentielles devant les palaces d’Addis-Abeba a débuté dimanche 2 juillet au soir. Pendant deux jours, la capitale éthiopienne abritera le 29e sommet des chefs d’État et de gouvernement africains. Principal sujet à l’ordre du jour : la réforme de l’Union africaine (UA). Certaines des crises qui secouent le continent, notamment celles au Mali, au Soudan du Sud et en Libye seront également au cœur des discussions entre dirigeants africains. Le président en exercice de l’UA, le Guinéen Alpha Condé, est arrivé à Addis-Abeba à la veille du sommet pour présider une série de réunions, dont une sur l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables, un des mécanismes installés par la Conférence sur le Climat, la Cop 21, à Paris.
  • Le président malien balaie du revers de la main l’argument selon lequel l’article 118 de la Constitution malienne ne permet pas actuellement d’organiser un référendum.Clairement, le président malien affirme ne pas avoir l’intention de faire marche arrière sur le projet référendaire : « Si je veux le faire, je trahirais mon pays et la signature de mon pays. Je ne le ferai pas ».Le président IBK va plus loin et accuse ses opposants de vouloir le pousser à la faute. La Cour constitutionnelle se prononcera bientôt sur la tenue du référendum, notamment nécessaire pour appliquer des dispositions de l’accord de paix d’Alger.
4 juillet 2017

Burkina Faso: ‘

  • L’Assemblée nationale doit examiner le projet de loi de réforme de la Haute Cour de justice. C’est cette institution qui juge les 32 ministres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré pour leur implication présumée dans la répression de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et elle a décidé de «surseoir à statuer» en attendant ces corrections. Pour le gouvernement, il s’agit d’assurer les garanties du procès équitable et de renforcer ainsi les droits de la défense et ceux des victimes.
  • Les députés ont adopté un projet de loi sur l’allègement des procédures de contractualisation du programme Partenariat public-privé (PPP) à l’unanimité des 76 votants. Ce qui signifie que le gouvernement pourra passer des contrats pour la construction de plusieurs centres de santé, d’écoles, d’universités et routes par la procédure de l’attente directe avec des entreprises privées. Les députés de l’opposition qui craignent que cette procédure ne soit une voie ouverte à la corruption ont quitté l’hémicycle avant l’examen et l’adoption du projet de loi.
  • Dans le cadre de sa visite de 48 heures au Burkina, le représentant spécial de l’Union Européenne pour les Droits humains, Stavros Lambrinidis, a échangé avec des organisations de la société civile. Cette rencontre, qui entre dans le cadre de la plateforme « présimètre », outil de veille citoyenne sur les politiques publiques, a abouti à la signature d’une convention de financement entre l’Union européenne, Diakonia et des Organisation de la société civile. C’était ce mardi, 4 juillet 2017 à Ouagadougou.

Tchad:

  • Le tourisme est minime au Tchad, l’un des pays les plus pauvres d’Afrique. Deux zones ont récemment été désignées sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. Cela augmente leurs chances de financement international pour leurs mesures de protection.
  • Passation de service lundi 3 juillet, entre Laoukein Kourayo Médard et Nerolel Ndokoulé à la tête de la mairie de Moundou. Le maire sortant, figure de proue de l’opposition, arrivé troisième lors de l’élection présidentielle, a été destitué par son propre camp qui lui reproche une mauvaise gestion. Alors que beaucoup d’observateurs dénoncent un coup politique, le nouvel exécutif jure qu’il n’en est rien.
  • Des appareils des armées de l’air tchadiennes et françaises stationnées au Tchad ont été endommagés vendredi en raison d’une tempête qui a frappé la capitale, N’Djamena, selon des sources militaires. “Cette tornade a porté un rude coup à l’aviation tchadienne”, a indiqué à l’AFP un officier supérieur de l’armée de l’air du Tchad. “Tous les hangars ont été détruits”, a-t-il ajouté, faisant état de huit hélicoptères hors d’usage, cinq hélicoptères et un avion de chasse “touchés” ainsi qu’un avion bimoteur hors d’usage.

Niger:

  • Interpelé depuis le jeudi 29 juin 2017 dans les locaux de la police judiciaire, le fondateur du journal le “Courrier”, Ali Soumana risque une peine d’emprisonnement. Il a été interpellé suite à la révélation dans sa dernière parution n°471 du jeudi 29 juin, d’une procédure d’arrestation du patron d’Africard Dany Chaccour et de l’arbitre unique Boubacar Dicko dans le contentieux qui oppose Africard a l’Etat du Niger. A l’appui de son information, le journal a publié à sa « une » la copie d’un réquisitoire introductif daté du 27 mars 2017 et dans lequel, le procureur ordonnait la délivrance d’un mandat d’arrêt contre ces personnes citées ci haut.

Mali:

  • Le canal officiel du « Groupe de soutien à l’islam et au musulman », la coalition terroriste dirigée par Iyad Ag Ghali a diffusé, samedi 1er juillet, une vidéo non datée montrant six otages étrangers. Parmi eux, l’humanitaire française Sophie Pétronin, enlevée en décembre dernier à Gao, au Mali. Médecin spécialisée dans la malnutrition et les maladies tropicales, elle venait en aide aux enfants souffrant de malnutrition. Carine Frenk a joint son fils Sébastien Chadaud-Pétronin.
5 juillet 2017

Niger:

  • Au moins cinq soldats ont été tués et trois autres blessés après l’attaque qui a visé Midal ce mercredi 5 juillet au matin dans le Tamesna, non loin de la frontière avec le Mali. Les combats ont duré presque toute la journée entre les assaillants et les forces nigériennes.Des détachements des forces spéciales ont convergé sur les lieux des affrontements. Selon une source sécuritaire, les avions de la force Barkhane ont réagi rapidement et les forces nigériennes à la poursuite des attaquants sont entrés sans difficulté en contact avec les véhicules des assaillants, fixés au sol par les avions de reconnaissance des forces française et nigérienne.
  • La secte Boko Haram a enlevé 37 femmes et tué 9 personnes dans un village du sud du Niger, dimanche, ont annoncé mardi les autorités nigériennes. Des poursuites sont engagées pour tenter de retrouver et libérer les captives. Des membres du groupe islamiste nigérian Boko Haram ont enlevé dimanche 2 juillet 37 femmes et tué 9 personnes dans un village du sud-est du Niger, près de la frontière avec le Nigeria, a annoncé mardi le gouverneur de la région de Diffa (sud-est). “Les éléments de Boko Haram (…) ont égorgé neuf personnes (…). Ils ont pris des femmes, trente-sept, et sont partis avec elles”, a affirmé le gouverneur Laouali Mahamane Dan Dano à la télévision publique nigérienne. “Des poursuites sont déjà engagées par les Forces de défense et de sécurité (FDS) et nous espérons que dans les prochains jours ces femmes seront retrouvées et seront libérées”, a-t-il ajouté.

Burkina Faso:

  • Roch Marc Christian Kabore, répond aux questions de RFI.

La première des décisions c’est la mise en œuvre des états-majors pour pouvoir assurer le commandement de cette force conjointe. Et nous nous sommes donné d’ici le mois d’août pour que ces états-majors puissent être mis en place. Nous avons également pris l’engagement que chaque pays décide de donner 10 millions d’euros comme contribution. Il faut d’abord s’organiser, montrer justement notre propre engagement, avant qu’éventuellement on puisse solliciter d’autres pays. La résolution des Nations unies n’est pas en conformité avec nos attentes parce que nous comptions justement sur un mandat de bon niveau pour assurer ce combat contre le terrorisme.Vous savez, le Traité d’amitié et de coopération a été fait pour faire chaque fois le point de l’évolution de la coopération de nos deux pays. Ce sera non seulement une occasion pour nous de discuter de ce que nous avons pris comme engagement — déjà — lors du précédent TAC, mais également d’envisager une occasion toujours de renforcement des consultations, des relations de bon voisinage et d’amitié entre nos deux pays.L’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou c’est plus concret que ça. Nous sommes en bonne réflexion pour voir comment nous pouvons également renforcer les échanges commerciaux entre nos deux pays et ça passe par l’autoroute. Mais comme vous savez, ce sont des questions financières importantes que nous analyserons plus tard.

Le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire demande la libération de Djibrill Bassolé et qualifie sa détention d’«arbitraire». Emprisonné pour son rôle présumé dans le coup d’Etat mené par le général Diendéré en septembre 2015, Djibrill Bassolé connaît de sérieux problèmes cardiaques depuis janvier dernier.

Mali:

  • La Cour confirme que le projet de révision constitutionnelle est conforme à la Constitution de 1992, donc il n’y a pas de victoire pour l’opposition. Le secrétaire général du RPM, le parti du président, Baber Gano, est serein : pas question pour le président Ibrahim Boubacar Keïta de retirer le projet.
  • Malgré la présence des forces onusiennes et françaises sur le sol malien, l’environnement sécuritaire se détériore chaque jour. Et le Mali est devenu malheureusement un sanctuaire et une réserve de combattants à Aqmi et Daech qui se livrent une rude concurrence dans sa partie septentrionale. Ces faits démontrent que les soldats sous mandat sont des soldats d’interposition qui maintiennent une situation de mi paix mi guerre avec le pays divisés entre le pouvoir dit légitime d’une part et les ennemis du pays d’autre part de renouvellement en renouvellement de mandats.
  • En nommant cardinal le Malien Jean Zerbo, archevêque de Bamako, le pape François ne pensait pas susciter une polémique, d’une ampleur sans précédent, sur la gestion de l’argent de l’Église catholique en Afrique subsaharienne. Mais cette décision personnelle du Saint-Père, annoncée le 21 mai sans consultation de la secrétairerie d’État du Vatican, qui mène d’ordinaire les enquêtes avant nomination, a entraîné la médiatisation de la présence — jusqu’alors passée inaperçue — du même Jean Zerbo dans la liste des titulaires de comptes bancaires révélée par les « Swiss Leaks ». Ces fuites d’informations de la banque HSBC à Genève, exploitées par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) avaient révélé en février 2015 un vaste système d’évasion fiscale, mais les recherches ne s’étaient pas concentrées sur le prélat malien.
6 juillet 2017

Burkina Faso:

  • Selon une information de La Lettre du continent, le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations unies demande la libération immédiate de Djibrill Bassolé. L’ancien ministre burkinabè des Affaires étrangères est emprisonné depuis près de deux ans pour son rôle présumé dans la tentative de coup d’Etat de septembre 2015. Le groupe d’experts de l’ONU qualifie sa détention «d’arbitraire». RFI a pu authentifier le document. Au cœur de la décision du groupe de travail, le fait que Djibrill Bassolé ait été réintégré « de manière rétroactive » dans la gendarmerie « alors qu’il était déjà en détention » et qu’il soit traduit du coup devant la justice militaire. Car Djibrill Bassolé avait bel et bien retrouvé son statut de civil au moment des faits.

Niger:

  • Selon le secrétaire général du gouvernorat de Diffa, Yahaya Godi, il faut compter parmi les victimes douze Nigérians et deux Nigériens. Ces quatorze personnes, venues semer du poivron sur les rives de la rivière Komadougou, qui sert de frontière entre le Niger et le Nigeria dans cette zone et qui traverse le petit village d’Abadam, ont été prises pour cible par une patrouille de la gendarmerie d’une commune de Bosso. Les militaires ont pris le groupe pour des éléments de Boko Haram. Selon des sources sécuritaires, les autorités régionales de Diffa ont exploité des renseignements faisant état d’un regroupement de Boko Haram dans la partie nigérienne du village d’Abadam, à cheval entre le Niger et le Nigeria.

Tchad:

  • Les jeunes militants au Tchad travaillent ensemble pour trouver des moyens pacifiques de protester et de lutter contre les injustices dans leur pays. Ils soutiennent maintenant les étudiants à utiliser des moyens non violents lorsqu’ils protestent.

Mali:

  • Le député élu à Kolondiéba Dr. Oumar Mariko, président du parti Sadi et membre actif de la plateforme ” An tè A bana, Touche pas à ma Constitution” ne porte pas de gants pour réagir aux piques du président de la République aux opposants à la révision constitutionnelle.

« Si on a un chef d’Etat soucieux de son pays, conscient de ses responsabilités, même une vingtaine de personnes qui se mettent dans la rue pour porter un slogan doit l’effrayer.Il ne s’effraie pas parce qu’il sait qu’il a une garde prétorienne et qui est prête à la répression. Le jeu d’IBK est de truquer ces élections en imposant cette réforme constitutionnelle, pour ensuite gérer le pays comme il le veut à partir de 2018.Macron est dans sa ligne, ses propos sont à multiplier par la neutralité. C’est donc une valeur neutre qui s’exprime sur le plan diplomatique et sur le plan politique civilisationnel. Alors c’est à IBK de comprendre s’il doit aller contre son peuple ou s’il doit compter avec son peuple. »

07 juillet 2017

Afrique:

  • Chaque État du G5 doit apporter 10 millions d’euros, cela fait 50 millions d’euros. Avec un tel montant, on ne peut pas venir à bout du terrorisme », a regretté Salif Diallo, appelant les quinze pays de la Cedeao, le Tchad et la Mauritanie à encourager des politiques de maîtrise de la démographie, en prélude à une réunion des parlementaires et des experts, fin juillet, sur la question du dividende démographique.

Niger:

  • « 67 migrants ont été sauvés in extremis par les forces de défense et de sécurité vers la localité de Séguédine en plein désert », dans la préfecture de Bilma (nord), a déclaré une source humanitaire à l’AFP. Quelques jours plus tôt, les rescapés avaient quitté « à bord de trois véhicules » la ville d’Agadez, qui précède l’entrée dans le désert du Ténéré. Ils ont ensuite été « abandonnés sans provision par les passeurs ». L’un des 67 migrants est mort peu après l’opération de sauvetage.

Niger:

  • The regional official said the civilians had been returning to their village in the Abadam area — which they had fled due to Boko Haram violence — in order to tend to their fields. “They had not warned the authorities” that they were going back, he said. The village lies within a no-go zone which is only accessible with prior authorisation, near the Komadougou river which serves as a natural border between Niger and Nigeria.

Mali :

  • Question cruciale : y a-t-il déjà une nouvelle date pour le référendum ? Le ministre Kassoum Tapo se refuse à avancer une date. « La Cour a rendu sa décision rendant possible le référendum sur des réserves techniques ; les réserves levées on ira ».
  • Deux signataires de l’accord de paix ont a nouveau violé le cessez-le-feu. Des combats ont débuté hier près d’Aguelhoc dans le nord du Mali. Les civils sont depuis plusieurs mois entre deux feux alors que les tensions intercommunautaires grandissent dans la région de Kidal. L’ONU tire la sonnette d’alarme et menace.
  • Des affrontements armés entre la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et les groupes armés pro-gouvernementaux réunis au sein de la “Plateforme” ont fait au moins trois morts jeudi au sud d’Aguelhok, dans la région de Kidal. Une nouvelle violation du cessez-le-feu par ces deux signataires de l’accord de paix de juin 2015 qui a été aussitôt condamnée par la Mission de l’ONU au Mali (Minusma).
  • La mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali a condamné aujourd'hui les violations persistantes du cessez-le-feu par deux signataires de l'Accord de paix et de réconciliation 2015. L'accord a été signé en juin 2015 par le groupe armé de la Coordination des Mouvements de l'Azawad (CMA), après sa signature en mai 2015 par le gouvernement et une tierce partie, la coalition Plateforme de groupes armés. "Ces violations [par CMA et Plateforme] comprennent des mouvements de convois armés, des provocations et même des affrontements armés, comme ceux du sud d'Aguelhok", a déclaré le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, à des journalistes à New York. Mahamat Saleh Annadif, le chef de la Mission de stabilisation intégrée multidimensionnelle des Nations Unies au Mali (MINUSMA), a exhorté les dirigeants des deux groupes à mettre un terme à ces violations immédiatement.
8 juillet 2017

Burkina Faso : des magistrats accusés de monnayer leurs services.

  • C’est ainsi que des magistrats ont reçu de l’argent ou des cadeaux afin de programmer certains dossiers. « Des libertés provisoires ont été accordées à certains prévenus et des gens ont été gardés à vue pour contenter des victimes et recevoir de leur part des cadeaux », dénonce la Commission d’enquête.

Tchad:

  • C’est un Conseil extraordinaire de ministres qui a adopté le document : un plan national de développement sur trois ans, inspiré d’un document stratégique qui, lui, s’étend jusqu’en 2030. « Le montant global de l’opération de développement s’élève à un peu plus de 5 000 milliards de francs CFA. Et le gap recherché se situe, public et privé confondus, autour d’un peu plus de 3 700 milliards de francs CFA », renseigne Ngueto Tiraïna Yambaye, ministre de l’Economie et de la planification du développement.

9 juillet 2017

Burkina Faso:

  • Le rapport de la commission d’enquête du Conseil supérieur de la magistrature dénonce des cas de corruption au sein de la justice. 37 magistrats sont accusés d’avoir « monnayé » leurs services contre des présents. Des comportements considérés comme des manquements à la déontologie et à l’éthique par la commission d’enquête. Si les Burkinabè ne sont pas vraiment surpris des conclusions de la commission, ils attendent des sanctions contre les magistrats épinglés, afin de servir d’exemple à la lutte contre l’impunité et la corruption.
  • Dans un avis, les experts du Groupe de travail sur la détention arbitraire du Haut-commissariat aux droits de l’homme de l’ONU avaient jugé « arbitraire » l’arrestation et la détention du général Djibrill Bassolé et demandé sa « libération immédiate ». Le groupe de travail arguant qu’il devait être jugé par un tribunal civil. Mais le ministre burkinabè de la Justice, entouré du directeur de tribunal militaire et du procureur, estime que la détention de l’ex-ministre des Affaires étrangères obéit au respect des règles de fonctionnement de la justice militaire.

Mali:

  • Cette « attaque terroriste » a été menée par « des ennemis de la paix » et a eu lieu « en début de soirée samedi » à Benena, près de la frontière burkinabè, rapporte l’armée malienne sur son site d’informations officiel. L’assaut a été mené contre « les postes de gendarmerie et de douane de Benena » par « une dizaine d’assaillants avec accoutrement en noir », ajoute l’armée, sans donner de bilan. « Nos forces armées et de sécurité ont repoussé une attaque terroriste dans la nuit de samedi à dimanche dans la localité malienne de Benena, située à une vingtaine de kilomètres de la frontière avec le Burkina Faso », a de son côté indiqué dimanche à l’AFP un responsable de l’armée malienne. Les officiels maliens désignent généralement les jihadistes par l’appellation « terroriste ».
Ce qu’il ne fallait pas manquer..

Terrorism Deaths in Africa Falling After Hitting Record Highs

https://www.voanews.com/a/africa-terrorism-deaths-falling/3934505.html

Le G5 anti-djihadiste peut-il venir à bout du terrorisme au Sahel ?

http://www.iris-france.org/96914-le-g5-anti-djihadiste-peut-il-venir-a-bout-du-terrorisme-au-sahel/

The G5 Sahel must do more than fight terror

https://issafrica.org/iss-today/the-g5-sahel-must-do-more-than-fight-terror

AQIM Never Really Abandoned Timbuktu, Mali

https://maghrebandsahel.wordpress.com/2016/02/06/aqim-never-really-abandoned-timbuktu-mali/

Europe’s African Border

http://carnegie-mec.org/diwan/71420?lang=en

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Sahel2r3s’s story.