Comment faciliter l’écriture d’un rapport de stage : (6) La politique commerciale de Urban Jungle.

La prochaine série d’articles est une édition personnelle ayant pour but de faciliter la recherche, l’intégration, le processus d’apprentissage ainsi que la rédaction d’un rapport d’un stage commercial. Durant les deux prochains mois apparaitront des articles sur mon expérience personnel durant mon stage commercial en Espagne, vamos!


Depuis mon arrivé au magasin, j’ai pu remarquer la répartition budgétaire des produits selon les différents magasins (Paris, Madrid, Séville). Globalement Urban Jungle divise son chiffre d’affaire avec 65% de vente de chaussures, 25% de vente de vêtements ainsi que 10% de vente de jouets et accessoires.

L’enseigne de Madrid a aujourd’hui trois ans et pouvoir analyser les résultats du magasin était une des partis les plus intéressante de mon stage. Les ventes journalières durant le mois de Juillet 2016 atteignaient les alentours des 3000€. Les ventes de Juillet 2016 sont similaires à celles de 2014, néanmoins elles étaient globalement 25% en dessous des résultats de la même période l’année 2015. Damien Tabernaro (Mon maitre de stage), m’a indiqué que cette baisse interpelle les dirigeants d’Urban Jungle, néanmoins la performance du magasin était assez satisfaisante au début de l’année 2016 pour prévoir que le magasin va réussir l’objectif de vente global sur l’année.

Le magasin de Madrid est un des plus performant d’Europe, les dirigeants m’expliquent alors que le magasin de Valence est limité par les salaires moyen plus bas, pour cette raison les pièces les plus onéreuses sont bien souvent pas présenté dans le magasin Urban Jungle Valence. Le magasin de Paris est présent dans le quartier des Halles, autour de beaucoup de compétiteurs. Le magasin est moins performant par leur manque d’espace pour présenter des produits, le loyer étant particulièrement cher, Urban Jungle ne peut que présenter un nombre limité de produits, néanmoins les produits les plus premium peuvent y être présent.

À l’heure actuelle, un objectif important pour Urban Jungle est d’augmenter le nombre d’articles dans le panier moyen. Le panier moyen durant le mois de Juillet était à 1.7, le magasin veut devenir une enseigne ou le client se procure une paire de chaussure accompagné d’un accessoire, un vêtement, une pièce supplémentaire pour ne pas être considéré comme « un autre magasin de chaussures ». Néanmoins, l’enseigne ne peut pas proposer des promotions pour inciter à augmenter le nombre d’articles dans le panier. Le nombre d’article par panier moyen est à étudier avec la valeur du panier moyen, en effet la présence de lacets à vendre au comptoir d’encaissement, comme les chewing-gum au super marché, augmentent le nombre d’article mais augmente très peu le chiffre d’affaire, ils sont vendus à 3€.

Si Urban Jungle propose une promotion « 3 pour le prix de 2 » au rayon T-Shirt, c’est endommager la valeur des marques de haute qualités qui sont vendus dans notre enseigne. Si Zara peut se permettre ce genre de promotion, la collaboration entre Urban Jungle et différentes marques de renommé oblige l’enseigne à préserver l’image de marque.

Lorsque certains produits ne sont pas vendus, certaines marques préfèrent les récupérer pour les envoyer dans les magasins d’usines pour les revendre là-bas à prix soldés, les magasins d’usines sont un meilleur endroit pour finir les stocks pour ces marques sans dévaluer l’image de marque face à un public de plus en plus exigent et actifs sur les réseaux sociaux. J’étais étonné d’apprendre que le magasin récupère une majeure partie, parfois même l’entièreté du prix d’achat lorsque le produit est renvoyé aux producteurs.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Samy Benbrahim’s story.