Ce que tu peux apprendre loin de chez toi

J’ai tellement appris durant mes deux mois en Indonésie.

  • J’ai appris à mieux contrôler mes émotions.
  • J’ai appris à mieux accepter ma réalité et tout ce qui m’entoure.
  • J’ai appris à moins juger et à m’adapter plus rapidement aux imprévus.
  • J’ai appris à assumer mes choix et ne pas avoir honte de donner mon opinion.

Par exemple, à la question « Pourquoi es-tu végétalienne? » je ne le prends plus personnel. J’ose plutôt amener la discussion autour d’une réflexion qui va dans le même sens:

« Et toi, pourquoi manges-tu de la viande? ».

J’ai décidé de partir à l’autre bout du monde pour être loin de chez moi. Être loin de chez soi nous éloigne systématiquement de nos distractions du quotidien. Être loin de chez soi nous rend plus critique.

C’est à l’autre bout du monde que j’ai pu mettre mon énergie sur ce que je voulais vraiment. J’ai pris le temps de réévaluer ce qui est important pour moi et ce qui ne l’est pas.

Un rendez-vous avec soi-même

À Bali, j’ai consacré beaucoup de temps sur ma croissance personnelle. J’ai pris beaucoup de temps pour lire. J’ai surtout pris le temps pour lire en pleine conscience, c’est-à-dire lire et appliquer ce que j’apprenais dans mes lectures. Par exemple:

  • Le « Code Québec » m’a appris à moins chialer et cesser de mettre tout sur la faute des autres. Apprendre à vivre avec les conséquences de ses actes et accepter sa part de responsabilité.
  • Le livre « La Liste » de Jeremy Demay m’a appris à mieux communiquer mes frustrations à mon copain pour améliorer notre relation de couple.

Prendre son temps

Par ailleurs, le rythme de vie balinais m’a appris à être plus patiente, puisque tout y est en décéléré. Tout est peaceful, relax, take a depth breath, slowly slowly. Ce voyage à Bali était pour moi l’occasion idéale de pratiquer l’art de vivre en pleine conscience. Et vivre en pleine conscience, c’est vivre dans le moment présent, sans jugement, afin de se détacher des pensées automatiques et négatives. La pleine conscience, c’est accepter la réalité. Mais accepter la réalité, ne signifie pas nécessairement aimer cette réalité.

D’ailleurs, cette notion de pleine conscience me fait beaucoup réfléchir sur notre comportement envers les réseaux sociaux. En effet, nous les utilisons rarement en pleine conscience. Nous y allons plutôt lorsque nous nous emmerdons, lorsque nous n’avons rien à faire et parfois même lorsque nous manquons d’attention.

Ça t’es déjà arrivé d’être sur Facebook et de te rendre compte que tu venais de perdre ton temps, des minutes, voire des heures à consommer des nouvelles impertinentes? Et quand tu le réalises, te sens-tu mal d’avoir perdu autant de temps?

En fait, tu n’étais simplement pas en pleine conscience.

À l’opposé, imagine si tu décidais d’aller sur Facebook à un moment précis dans ta journée. De n’ouvrir Facebook seulement quand tu en as vraiment envie, plutôt que d’y aller quand tu t’emmerdes. De cette façon, Facebook paraît plutôt comme un superbe outil; renouer avec de vieux amis, rester en contact avec ta famille, écrire à ton amoureux ou ton amoureuse lorsque tu es loin de la maison, etc. Bref, si tu apprends à apprécier le moment présent dans toutes les sphères de ta vie, tu apprécieras davantage ses subtilités.


Vivre de sa passion

Bali se voyait comme une quête personnelle: réorienter ma carrière et m’éloigner des distractions. Et je suis vraiment heureuse d’avoir investi dans ce voyage, car ça m’a encouragé à faire un virage professionnel. C’est là-bas que j’ai décidé de délaisser graduellement le design et de m’investir dans ma nouvelle offre de services: la rédac pour les réseaux sociaux.

Finalement, si tu te cherches, que tu ne sais pas ce que tu veux faire de ta vie, que tu n’es pas pleinement passionné par ton emploi, tu n’as pas besoin de partir à l’autre bout du monde pour passer à l’action. Ça peut être aussi simple que d’écouter des podcasts, de prendre un cours en ligne ou de te lancer dans une activité que tu as toujours voulue. Plutôt que d’investir ton temps pour les autres ou de dépenser ton argent dans des bien matériaux, investis plutôt sur ta propre personne.

— 
Ps: merci de cliquer sur le petit 💜 si tu as aimé cet article. Ceci m’encouragera à écrire plus ☺️

Like what you read? Give Shelley Tran a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.