“ « Je sais que l’éditeur apporte des avantages : de là à tout confier, non. Quand je suis en indé, je vends autant que quand je suis avec un éditeur. À la différence que les journalistes et les universitaires ne s’intéressent pas à notre travail. Sauf qu’il faut déjà avoir une grande maison pour ça. » Reste alors à résoudre une question, celle de la vente directe en librairie. « Des opérateurs comme CreateSpace [la PoD d’Amazon] ou Lulu ne mettent pas de livres physiquement en librairie, alors qu’une librairie américaine, en Floride, a déjà résolu ce point. Peut-être faudrait-il se pencher sur cette piste… Il faudrait l’inventer, cette librairie… » “ source : https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/les-auteurs-sont-depossedes-de-ces-brevets-que-sont-leurs-livres-thierry-crouzet/64117