La fille et sa vengeance

Dans un lit d’hôpital, une fille dort. Des tubes sortent de son bras et de ses narines. Ses cheveux d’or et son visage d’ange lui donnent un visage appaisé. Pourtant, trois agents surveillent sa chambre, et deux autres agents surveillent l’intérieur. Et ce, sans relâche, à toutes heures de la journée. Cette fille, Moly, est maintenue dans un coma artificiel, pendant sûrement le reste de sa vie. Elle ne connaîtra jamais la joie d’une vie remplie, elle ne connaitra plus jamais les plaisirs quotidiens, elle ne reverra plus jamais le soleil se coucher, ni se lever. Elle qui a vécu une vie anormale et violente. Elle est endormie car son pouvoir pourrait détruire l’humanité en quelques minutes. Elle peut manipuler à sa guise la réalité. Elle peut la changer, la faire s’adapter à son bon vouloir. Si elle désire l’apparition d’un chat, un chat apparaît. Si elle désire de l’argent, l’argent arrive. Si elle renie ton existence, toute trace de ton existence est effacée. Non pas comme un décès, tu n’aura simplement jamais existé. Au début, elle l’utilisait seulement pour rendre le monde meilleur, aider les malades, donner de l’argent à des sans-abris... Elle ne l’utilisait seulement en cas d’extrême urgence et jamais pour son propre profit. Il resta caché pendant plusieurs années. Elle en avait peur, de son pouvoir.

Mais pendant son année de seconde, le lycée tout entier la détestait. Les menaces de mort dans son casier grandissaient chaque jour qui passait, les gens la bousculaient dans les couloirs, on s’amusait à la faire tomber. La vie scolaire et la direction ne faisait rien. La raison derrière ? Aucune. Il fallait un défouloir, et manque de chance, c’est tombé sur elle. Cela aurait pu tomber sur n’importe qui, mais c’est tombé sur elle. Moly avait décidé de ne jamais utiliser son pouvoir. Mais sa vie a vite été mise en danger. Les menaces se sont accélérées, et un jour de décembre, pendant la récréation, des élèves se sont mis en rond, autour d’elle. Leurs insultes acérée lui plantaient comme des couteaux, leur haine la touchait en plein cœur. La panique prit rapidement le dessus, elle-même laissant place à la violence. Son pouvoir a explosé.

— Mourrez tous, laissez-moi tranquille, MOURREZ TOUS !

Ce fut sa pensée. Et la réalité changea. Des corps inanimés, autour de la jeune fille tétanisée, était éparpillés. Elle l’a désirée, le pouvoir s’est activé. Sa peur et sa fureur se sont vite transformées en un rire nerveux, puis en amusement. Un rire incontrôlable et rempli de joie. Elle en avait enfin fini avec cet harcèlement constant. Toute les personnes qui avaient participé, ou juste regardé sans agir, tous sont morts. Elle fit un tour dans le lycée silencieux, animé seulement par les bruits de ses talons, et de son rire. Les élèves, les professeurs, la vie scolaire, le personnel qui s’occupe de nettoyer, tous décédés. Les corps étaient tous allongés à terre, la mort les a tous frappés. Pourtant, ce fut une mort propre, pas de sang à terre, pas de blessure apparente. Une belle mort. Elle marchait avec une joie certaine, en sautillant. Quand elle décida de sortir de ce cimetière et de s’amuser un peu, des personnes en combinaison noires cachées derrière des buissons pointaient leurs armes sur elles, en lui hurlant de s’arrêter. Elle continua à marcher nonchalamment, pareil à un enfant. Les balles fusaient, mais aucune ne l’atteignaient. Elle marchait simplement, et tua l’escouade toute entière juste avec une pensée.

— Mais pourquoi je ne l’ai pas utilisé avant ce pouvoir ? Je vais régner, je vais devenir la plus forte, personne ne pourra plus rien me faire.

Un rire sadique se fit entendre, venant de l’adolescente. Pourtant, venant de derrière, un soldat, qui s’était caché dans le bâtiment, sauta sur elle avec une seringue et la lui planta dans le cou. Elle s’effondra aussi rapidement que ses plans de conquêtes. Pourtant, elle était heureuse, elle avait gagné au final. A présent, il ne restait d’elle seulement son passé, son présent et son sourire.

Pourquoi personne ne l’avait exécutée ? Pourquoi un coma alors que la tuer serait plus rapide ? Personne ne le savait. Mais si elle devait se réveiller, l’humanité ne pourrait pas contrer sa tristesse et la violence de sa seule année de lycée.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Lucie’s story.