La poignée de mains à 50 000€. Histoire d’un entrepreneur — Épisode zéro.

Je devais rater cet avion

Mon avion a du retard et c’est une bonne nouvelle car j’allais le rater.

Il y a deux heures, je serrais vigoureusement la main de Thibaut en le regardant droit dans les yeux : “Je suis vraiment trop content que tu nous rejoignes. Vraiment”. Cette poignée de main est un engagement que je sais irrévocable pour un investissement de 50 000€ dans l’entreprise que j’ai créé il y a plus de 3 ans et pour laquelle je ne me suis toujours pas versé le moindre centime. Thibaut est un entrepreneur dans l’âme, et quelqu’un de très respecté dans son milieu. L’avoir au sein de notre comité d’administration est une aubaine incroyable pour nous, tant pour les conseils qu’il pourra nous donner que par la crédibilité qu’il apportera à notre startup MoiChef. Quand je lui ai dit qu’on cherchait 300 000€ il nous a répondu “OK, on va aller chercher 400 000€ ensemble dans ce cas”. La messe est dite.

La valorisation de MoiChef se compte désormais en millions d’euros.

Après trois ans et demi de chômage, de RSA, de pâtes et de cafés solubles, une nouvelle comme ça, ca se fête. Une fois la réunion terminée, j’ai pris mon associé Marc dans mes bras “Ca y est. Putain.” Ca ressemblait plus à un “hug” à l’américaine pour se dire au revoir qu’à une célébration. Trop d’émotions probablement. L’heure qui a suivie était étrange : beaucoup de silences, de réflexions sur l’avenir, voire même de sujets difficiles, mais essentiels à aborder entre associés. Une chose est sûre, mon départ tardif et la grève SNCF devaient me faire rater mon avion.

Raconter mon histoire

En mai 2016, j’ai publié un article intitulé « Notre startup MoiChef n’a plus d’argent. Quel impact sur l’avenir ? Les explications. » Un coup de tête que je ne m’expliquerai probablement jamais, mais qui a eu un impact considérable sur l’avenir de MoiChef et sur ma vie personnelle.

En plus d’une notoriété complètement nouvelle pour MoiChef grâce aux milliers de partages et reprises de mon article, je me suis retrouvé sur le devant de la scène comme jamais avant pour raconter notre histoire. De fil en aiguille, j’ai commencé à animer des conférences, coacher des startups, former des étudiants de Paris Dauphine, et même à intervenir régulièrement dans des grands groupes pour les aider dans leur démarches d’« Intrapreneuriat ». Plus surprenant encore, de nombreuses personnes m’ont demandé d’écrire plus. Encore plus. D’écrire un livre même. Impensable pour moi, probablement encore traumatisé par mes notes catastrophiques en français.

En y réfléchissant bien, j’ai réussi à obtenir un diplôme d’ingénieur alors que j’ai eu 3/20 en maths à mon BAC Scientifique. Ce n’est pas un article de blog qui va me faire peur, non ? Il faut croire que si, car ça fait maintenant des mois que cette idée trotte dans ma tête et que je la repousse sans cesse. J’ai eu des dizaines d’occasions de m’y mettre, mais non.

Et puis cet avion que je devais rater, qui n’est toujours pas là. J’ouvre mon ordinateur, c’est parti.

Un juste retour de manivelle

Depuis le début de l’aventure MoiChef, j’ai rencontré des gens géniaux qui m’ont énormément aidé en m’évitant de tomber dans les pièges classiques de l’entrepreneuriat. Encore plus important que de l’argent, ces personnes m’ont fait gagner du temps. Lorsque j’ai quitté mon précédent job, je ne connaissais absolument rien du monde des startups. J’avais donc plein d’idées préconçues et de stéréotypes que j’ai dû progressivement réapprendre, recalibrer pour m’adapter au vrai monde de la création d’entreprise.

« J’aimerais bien me lancer mais je ne peux vraiment pas quitter mon job.»
« J’ai une idée géniale mais je préfère ne pas en parler pour l’instant, tu comprends. »
« Bon, il faut qu’on commence par déposer les statuts de notre entreprise ! »
« Tu as pensé à déposer la marque à l’INPI ? »
« Wow, regarde mon Business Plan, dans 3 ans on est riches ! »
« Il va nous falloir une appli iPhone en plus du site »

Autant de phrases que j’ai prononcées au début de mon aventure entrepreneuriale parce qu’elles me semblaient évidentes. Autant d’étapes que j’éviterais ou que j’aborderais différemment si c’était à refaire.

A l’instar des différents cours ou coaching que je donne, cette série d’articles a pour objectif de transmettre, à mon tour, mon expérience. J’ai encore énormement de choses à apprendre, tous mes conseils ne seront pas à prendre au pied de la lettre. Néanmoins, si vous êtres entrepreneur dans l’âme, je ferai de mon mieux pour vous donner toutes les astuces que j’aurais aimé connaître en me lançant il y a bientôt quatre ans.

Entreprendre ? Sans façon, merci.

Vous faites peut être partie des gens qui pensent qu’ils ne se lanceront jamais dans l’entrepreneuriat. Dans ce cas, c’est une bonne nouvelle : vous allez vous épargner de nombreuses emmerdes.

Voici par exemple une liste de questions que vous n’aurez jamais à vous poser :

  • Comment quitter un job super bien payé et avoir le chômage ?
  • Comment trouver son associé avec des post-it et de la vodka ?
  • Comment expliquer à sa conseillère pôle emploi que “si, c’est possible de créer une SAS à 2 associés ET de toucher le chômage.
  • A quel moment décider de changer la réponse à la question “Comment as-tu eu l’idée de MoiChef ?
  • Pourquoi MoiChef a failli s’appeler Cheffissimo ou Chefify ?
  • Comment avons-nous déterminé le prix de notre produit ?
  • Comment avons-nous obtenu notre premier client ?
  • Comment passer de 1 à 100 clients ?
  • Quand faut-il arrêter de faire les livraisons soi-même à vélo ?
  • Peut-on dire au revoir à ses 100 premiers clients pour changer de ville, et tout redémarrer à zéro ?
  • Comment gérer son premier procès au tribunal d’un partenaire qui veut plus d’argent que ce qui était convenu ?
  • Comment convaincre un des meilleurs chefs au monde de travailler avec nous, quand on est juste une toute petite startup ?
  • Comment se séparer de son premier collaborateur ?
  • Quelle valorisation donner à son entreprise lors de la première levée de fonds ?
  • Pourquoi décider de céder la moitié de ses parts en fusionnant avec une autre startup a été une excellente décision ?
  • Comment peut-on travailler pendant un an avec des “associés” qui ne le sont pas encore légalement ?
  • Comment gérer le passage du chômage au RSA ?
  • Comment j’ai convaincu Thibaut d’investir dans MoiChef ?

Aaaaaah… entreprendre. Au fait, je vous ai dit que je n’ai jamais été aussi heureux de ma vie ?


Avant de répondre à toutes ces questions, dans le prochain article je vais commencer par me présenter. Qui suis-je ? D’où viens-je ?

Sinon, vous pouvez aussi vous inscrire pour recevoir les prochain articles 😊 il suffit de cliquer ici.

Oui, c’est moi à droite.