5 ans plus tard: bilan d’un mariage cadencé…


Il y a 5 ans, nous étions unis pour le meilleur et pour le pire. Seulement à ce moment-là, aucun de nous ne pesait le sens des mots ‘pour le meilleur et pour le pire ‘. Car le pire pointe toujours son nez un jour à votre porte: jour après jour, il s’installe insidieusement dans votre vie de couple et décide même des fois de devenir le 3e larron de l’histoire , avec beaucoup de fierté.

A mon tour, j’ai eu 2 choix: partir et décider de se donner une nouvelle vie ou rester et se dire que l’histoire n’est pas terminée, elle commence en fait à peine. La décision de ma vie. Ma réponse, je l’ai obtenue lors du mariage de ma meilleure amie… curieusement on comprend mieux le sermon du maire lorsque nous sommes déjà mariés. Enfin ce fut le cas pour moi.

Je ne suis pas une sainte , loin de là!MOn adolescence, elle a été dorée et bien remplie. Je ne regrette rien, sinon de ne pas avoir su profiter de certains moments clés de ma vie. Je suis de ceux qui pensent que votre passé définit votre présent , mais ne le fige pas. Il est à titre indicatif.

Mon passé avec mon mari, je m’en souviens encore. Nous nous sommes rencontrés à l’université . Il a été un support moral, mais aussi financier. Il donnait de lui chaque fois qu’il en avait l’occasion. La sécurité. C’est bien ce qui m’a jeté dans ses bras. De l’homme que vous aimez, je pense que c’est cela que bon nombres de femmes recherchent: celui qui a des bras ouverts pour nous réconforter, qui croit plus en vous que vous-même, qui se mettrait entre vous et la mort. Il était de cette trempe là.

Aujourd’hui c’est un homme plus aguéri, dont les blessures de la vie cicatrisent encore. Ces derniers mois, c’est un homme plus déterminé, plus fort et sage qui se réveille à mes côtés.

Moi, je suis une femme «moderne» comme on le dit désormais: travailleuse, indépendante dans sa façon de penser, avec des objectifs à remplir. Avec tout ça, j’ai de nombreuses fois perdue de vue l’objectif : maintenir son mariage à flot au fil des années. Un electro-choc de la vie m’a ramené sur terre. Je me suis perdue moi-même, puis je l’ai perdu, et enfin j’ai perdu le couple. La pente a été difficile à remonter , c’est à ce moment que vous devez vivre le pire.

Le pire, c’est donner toute sa personne pour l’autre, presque s’abandonner pour son prochain. Le pire c’est de ne pas être égoïste, même si à ce moment , c’est exactement ce dont vous rêver . Partir et espérer vivre le parfait. On sait tout our ce que l’on perd, mais on ne sait jamais ce que l’on gagne…

Dans un mariage, l’un comme l’autre porte l’échec , en est responsable quelque part. C’est votre échec, tout comme les victoires seront communes. Je ne dirais jamais que le mariage est chose aisée. Non, au contraire. Malheureusement nous ne sommes jamais assez préparés pour le vivre. Comment faire sans école à ce sujet?

Se fier à son instinct. Trust your guts. Prendre un jour à la fois, c’est sûrement le plus difficile à faire… Aucune histoire ne ressemble à une autre. Se rappeler de tous les moments, les bons comme les mauvais. Se mettre à la place de l’autre des fois. Se pardonner et pardonner à l’autre.

Le mariage c’est de la résilience, un long jeu semé d’embûches de plus en plus difficiles à surmonter. Il vous en faut de la patience. Mais ce qu’il vous faut absolument, c’est la Foi en cet homme là-haut, car seul lui saura vous relever à chaque fois. Savoir choisir vos batailles, savoir choisir vos batailles.

À aucune femme je ne demande de rester dans un mariage qui anéantit la personne, qui la bafoue, qui se moque de sa valeur. Si il n’ y a aucune chance d’être heureuse dans ce couple, alors prenez les décisions qui s’imposent .

Vous me direz et moi?

Moi, j’étais convaincue au fond de moi qu’il y avait encore cet amour qui nous a rapproché. Qu’il y avait encore plusieurs pages à vivre ensemble, plusieurs étapes à franchir. Je n’étais peut-être pas prête à me redécouvrir et m’accepter comme je me suis découverte. Foi. Force. Résilience. Pilier. Amour. Ma coque est plus dure à briser, un peu fragilisée mais plus dure à pénétrer. On dit qu’on ne change pas? Si la vie et ses épreuves vous changent et vous façonnent en fonction de vos choix.

5ans plus tard, je suis maman, enfin. Ce petit rayon de lumière, John-Dwayne, nous l’avions rêvé fort longtemps. Un nom qui nous avions choisi alors que le bébé n’était même pas encore embryon, il y a plus de 5 ans.

Aujourd’hui cette petite boule d’énergie arrive un moment clé de nos vies respectives: comme un trait d’union, une réponse à nos prières les plus profondes. Sa joie de vivre est contagieuse et nous a submergé. Nous voulions un enfant, nous ne attendions pas à réaliser que nous avions autant d’amour à donner, moi en tout cas. Il est notre plus cadeau de cette 5e année de vie commune. Il sera un rappel de notre épopée ensemble.

Le toast de mon mari en cette soirée : « 5 ans ce soir, à 50 ans de plus». Que le Seigneur l’entende.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.