Un an plus tard, la vie des réfugiés du hackathon Techfugees a bien changé

Techfugees France
Jun 11, 2017 · 3 min read
Suliman célèbre la victoire de son équipe. (Image via Techfugees)

J’ai rencontré Suliman, il y a un an lors de la première édition du hackathon Techfugees. Suliman était arrivé du Soudan, il y a à moins d’un an, il parlait à peine français, se tenait à distance, timide. A l’époque il apprenait à coder grâce au programme de Simplon dédié aux personnes réfugiées, sur les conseils d’un ami.

Aujourd’hui, Suliman parle un français impressionnant. Il conjugue ses verbes avec brio et dispose d’un vocabulaire à rendre jaloux mes ami·e·s anglophones installé·e·s en France depuis des années.

Suliman a tracé son chemin en toute discrétion. Il a appris à coder, a obtenu son statut de réfugié et a trouvé un travail en tant que développeur et dédie son temps libre à l’associatif. Il aide le collectif La Chapelle à traduire, à conseiller. Il participe aussi à l’association Konexio qui enseigne des concepts fondamentaux de l’informatique, du développement web et de la programmation aux personnes réfugiées.

S’il est revenu participer au hackathon de Techfugees, organisé cette année avec Startup Weekend, c’est qu’il voulait créer une solution pour aider les réfugié·e·s à s’intégrer en France.

Je suis là pour faire quelque chose pour la communauté réfugiée parce que je connais le problème qui face les réfugiés et je suis là pour fixer ces problèmes, pour faire quelque chose” explique-t-il.

Amare aussi en est à son deuxième hackathon Techfugees. L’Ethiopien vient de fêter ses deux ans en France… et la naissance de son premier bébé !

Le jeune papa a lui aussi appris à coder avec Simplon dont il a entendu parler grâce à Singa, une association qui accompagne les demandeurs d’asile. Il a ensuite continué ses cours en ligne gratuitement sur Code Academy. Aujourd’hui, Amare cherche un emploi en informatique, sa spécialité : le php !

Comme Suliman, il a rejoint Konexio pour aider d’autres demandeurs d’asile à apprendre à coder. Comme Suliman, il a décidé de participer au hackathon cette année pour trouver une réponse à un problème auquel toutes et tous les réfugié·e·s font face.

Quand je suis arrivée en France, j’ai dormi dans la rue parce que je ne connais rien, je ne connais pas du tout comment je fais mon truc et où je vais aller” explique Amare.

Il voulait donc résoudre ce problème de manque d’informations en créant une application pour guider les réfugiés dans le dédale administratif et la vie française. Il n’était pas le seul à l’avoir et une équipe de réfugiés s’est constituée et a développé le projet RefuHelp.

L’équipe compte bien donner vie à leurs projets. Ca tombe bien, en gagnant le hackathon, l’équipe a gagné un bureau pendant trois mois au Liberté-living Lab et du mentorat de la part de Paypal pour faire évoluer le projet.


Article écrit par Aline Mayard @YallahAline

Nous suivre: @TechfugeesFR et Facebook

    Written by

    Techfugees France, Paris based chapter of Techfugees, is an impact-driven organisation empowering displaced people with technology. Info: france@techfugees.com

    Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
    Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
    Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade