“On se verra une prochaine fois…”

Me voici revenu à Paris, fini la Californie et le rêve américain. Retour à la réalité.

Une réalité d’infirmier à domicile et une autre un peu plus dure.

Certaines rencontres fussent-elles éphémères, peuvent laisser un souvenir incroyable.

Vous connaissez la formule qui dit “success is obvious”? Et bien à un moment donné on rencontre tous des personnes lumineuses qui peuvent te laisser une impression incroyable et donner du sens à cette putain de phrase.

Il y a des phrases qui reviennent et donnent du sens à ce que l’on fait, la vie c’est carrément le bordel et elles t’aident à y mettre de l’ordre.

Les événements ne s’additionnent pas, ils se factorisent entre eux… Et c’est ce qui crée les événements les plus improbables.

Peu avant mon départ pour la Californie, j’étais invité à l’anniversaire d’un ami de ma compagne.

C’était son anniversaire, il venait de faire 26ans, il s’appelait V. “succes is obvious”, humble, drôle, cultivé, un avenir tout tracé une histoire d’amour incroyable, une passion pour le foot, les Beatles et Mélenchon.

Ce soir-là j’avais passé une superbe soirée, mais voilà il fallait que je rentre tôt pour me coucher… Je devais me lever à 6H pour bosser le lendemain.

Nous avons pris un dernier verre, un amaretto sour et comme certains moments sont trop courts on s’excuse de s’éclipser et là il me répond:

“Ne t’inquiète pas, on se verra une prochaine fois”.

V. a été l’une des victimes des attentats du Bataclan, il n’y aura pas de prochaine fois.

Comment faire le deuil d’un événement aussi brutal, comment trouver les mots pour panser les maux? Jusqu’ici je n’ai pas trouvé de solutions.

Nous avons tous étés traumatisés collectivement par ces atrocités, il m’arrive parfois encore d’être en colère.

Ce vendredi 13 novembre, quelque chose a disparu, rien ne sera plus comme avant.

Pendant un moment les rues de Paris et les terrasses de café ont été désertes, et puis spontanément des personnes qui ne s’étaient pas revues depuis longtemps se sont mises à se retrouver pour “résister” autour d’une bière.

Beaucoup de personnes ont eu besoin et le courage de se retrouver en terrasse après ces événements.

Depuis ce jour-là, j’ai réalisé que l’on n’était en sécurité nulle part, que l’on pouvait partir seul, comme ça, en un claquement de doigts. J’ai également appris à savourer ces courts instants de fraternité avec mes amis et si c’était la dernière fois que l’on se voyait?

Grâce à toi j’ai appris que la vie n’attend pas de “voir une prochaine fois”, “ici tu peux le faire” et que le bonheur il faut vivre maintenant.

https://www.youtube.com/watch?v=Rie8WoEVhYk

Alors où que tu sois mon ami d’un soir, sache que tu as été l’étincelle qui a tout allumé, repose en paix, on se verra de l’autre côté.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.