L’excellence du bilan environnemental de Brigitte Fouré à Amiens, plus grande Mairie UDI de France

UDI
UDI
Sep 13 · 6 min read

La France a une production d’électricité qui est quasiment décarbonée, grâce à notre parc nucléaire. Dès lors, c’est le transport individuel qui représente plus de 40% de nos émissions de gaz à effet de serre en France qui est le premier levier pour agir. Les Maires ont peu de marges de manoeuvre malheureusement à ce sujet : comment cela peut faire l’objet de politiques publiques municipales malgré tout ?

La question des mobilités douces a été un sujet imposé par les Amiénois durant la campagne municipale de 2014. Le premier de mes chantiers a été celui des transports en commun.

Votre équipe municipale s’est récemment vue remettre le label Ramsar, qui valorise de par le monde les zones humides remarquables, pouvez-vous nous en parler ?

Il s’agit d’un label mondial qui n’est pas encore connu de tous car il ne concernait autrefois que les sites naturels — c’était notamment le cas de la baie de Somme.

En matière environnementale, la question du logement n’est pas celle qui retient le plus l’attention de l’opinion publique alors qu’elle est centrale, parce que le bâtiment est de loin le premier poste de consommation d’énergie en France. C’est une question qui est chère à l’UDI, notamment depuis Jean-Louis Borloo et le Grenelle de l’environnement. Est-ce une question à laquelle vous avez réfléchi à Amiens ?

Nous avons effectivement décidé de développer notre propre réseau de chaleur. Un tiers des logements de la ville sera concerné, soit l’équivalent de 19 000 logements.

Mais qu’en sera-t-il des deux tiers de logements restants ?

D’abord, je sais combien les deux tiers des amiénois ont été impactés par les travaux, réalisés en même temps que ceux de Nemo. Surtout, ces personnes ne bénéficieront pas directement du réseau de chaleur et c’est la raison pour laquelle nous avons trouvé des solutions pour que cet investissement pérenne puisse bénéficier à tous.

L’essor des préoccupations environnementales génère une forme d’anxiété extrêmement forte et parfois irrationnelle. On l’a vu cet été avec la fake news sur l’eau potable contaminée au tritium qui s’est répandue à vitesse grand V sur les réseaux sociaux et dans les médias traditionnels. Le Maire étant un élu en première ligne, est-ce que vous êtes confronté à cette forme d’anxiété qui peut gagner la population ?

Les Maires, en tant qu’élus les plus proches des citoyens sont les plus à même de ressentir ces angoisses, en particulier chez les plus jeunes qui se questionnent souvent sur le monde dans lequel eux et leurs enfants vivront.

Vous avez récemment dit ne jamais utiliser le terme “écologie”, pourquoi ?

C’est un langage technocratique dont je préfère me passer ! J’évoque plutôt le bien-vivre et l’apaisement. Nos villes doivent être chaleureuses et incarnées, vécues d’abord par les femmes, les enfants et les hommes qui y habitent.

    UDI

    Written by

    UDI

    L'UDI, le centre-droit.

    Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
    Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
    Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade