Rentrée des classes : 11 classes autour du monde

En septembre, les enfants font leurs cartables et retournent à l’école partout dans le monde. C’est un endroit où ils apprennent, jouent et grandissent. Ils y développent des compétences dont ils auront besoin à l’âge adulte et construisent des amitiés qu’ils chériront toujours. Au milieu des désastres et des conflits, l’école devient aussi un havre de sécurité.

Pour Laurent Chapuis, de l’UNICEF, « l’éducation est un moyen très puissant de protéger les enfants de toutes les formes de violence. Cela signifie que nous avons besoin de joindre toutes nos forces pour amplifier les efforts du gouvernement et faire en sorte que les enfants retournent à l’école en septembre. »

Même si les classes qui suivent sont très différentes, les photos montrent que, partout, l’école change la vie des enfants. Nous vous invitons à jeter un coup d’œil.

Ouganda

Un professeur qualifié peut enthousiasmer toute une classe. L’UNICEF œuvre pour que les professeurs aient les compétences, les connaissances et les outils nécessaires pour faire participer les enfants comme ces élèves énergiques en Ouganda.

Tchad

Dans une classe bondée, du matériel de qualité peut faire la différence entre des enfants qui ont des difficultés à se concentrer et ceux qui maîtrisent leur alphabet. Avant, ces enfants du Tchad étaient assis sur des briques dans des classes construites en argile et en paille. Avec l’aide de ses partenaires, l’UNICEF a construit 12 nouvelles classes lumineuses avec de nouveaux pupitres en bois.

Yémen

Pour beaucoup de filles, l’école est un endroit sûr, stable et pleine d’opportunités. Mais lorsque cette école a été grièvement endommagée lors d’une attaque aérienne, 1500 filles se sont soudainement retrouvées privées d’accès à l’éducation. Lorsque leur école a fermé ses portes pour une durée indéterminée, elles ont rejoint 3.4 millions d’enfants qui n’ont plus accès à l’école à cause du conflit au Yémen.

Irak

Digana, six ans, (deuxième enfant à partir de la gauche) est heureuse d’être de retour à l’école dans sa classe en Irak. « Un jour, j’espère devenir directrice de cette école ! », dit-elle avec fierté.

Soudan du Sud

Dans une situation d’urgence, l’éducation ne peut, au même titre que l’eau, les installations sanitaires et la nutrition, attendre. Les écoles permettent aux enfants d’être en sécurité, de faire face au stress profond que provoque une crise et de se préparer à un avenir plus pacifique. Lors des combats à Malakal, au Soudan du Sud, 18 personnes sont décédées et l’école primaire a été brûlée.

Le pays compte le plus grand nombre d’enfants dans le monde qui n’ont pas accès à l’école. L’UNICEF met tout en œuvre pour inverser cette situation. Nous avons reconstruit l’école de Chubat, formé les professeurs et fourni du matériel scolaire pour que près de 250.000 enfants puissent retourner à l’école.

Palestine

L’école de ces filles a été détruite par la violence qui règne à Gaza, et avec ça, la possibilité de poursuivre leur éducation. L’éducation est cruciale pour chaque enfant afin de s’épanouir, spécialement après des années de conflit. C’est pourquoi l’UNICEF s’est engagé à protéger ce droit fondamental de tous les enfants — même en situation d’urgence.

Nigeria

En 2016, plus que la moitié des personnes déplacées par la violence de Boko Haram dans la région du lac Tchad, sont des enfants. Même quand ils ont trouvé un refuge, beaucoup de ces enfants n’ont pas accès à l’éducation pour la simple raison qu’il n’y a pas d’enseignants. Ici au camp Dalori, au Nigéria, dans un endroit sûr pour enfants soutenu par l’UNICEF, les enfants ont repris les cours. Leur professeur, Mlle Sanda, était directrice d’une école secondaire qui a été attaquée par Boko Haram. Elle a beaucoup perdu dans le conflit, mais dans cette classe de fortune, elle fait en sorte que la vie de la génération future ne soit pas marquée au sceau de la violence.

Colombie

Une école n’est pas uniquement un lieu d’apprentissage. C’est aussi un lieu où les enfants trouvent stabilité et sécurité, même pendant des moments stressants lors de crises. Le conflit en Colombie, qui a duré 50 ans, mais qui est heureusement terminé aujourd’hui, a rendu des enfants indigènes comme Solanyi, particulièrement vulnérables. Rester à l’école l’a aidée à éviter la violence et à choisir un futur qu’elle construira elle-même.

Syrie

En Syrie, chaque tableau criblé de balles, chaque manuel brûlé et chaque classe fermée signifie bien plus que la destruction d’un bâtiment. Ces destructions racontent l’histoire de 2 millions d’enfants qui ne peuvent plus aller à l’école à cause du conflit — et de chaque enfant privé de sécurité, d’amitié et d’un bel avenir auquel il a droit.
En cette rentrée des classes en septembre, l’UNICEF distribue un million de cartables aux enfants syriens.

Fidji

Le cyclone Winston a détruit l’école de Williame, 11 ans, à tel point qu’elle ne peut plus être réparée. Il est assis à l’endroit où était la bibliothèque. Au moins 240 écoles ont été endommagées ou détruites à cause du cyclone le plus violent jamais enregistré dans l’hémisphère sud.

Cette photo montre comment les enfants ont rapidement pu retourner à l’école, jouer et sourire, après le traumatisme qu’a causé le cyclone Winston, grâce aux tentes scolaires de l’UNICEF. Ces tentes ont fait la différence pour les élèves de l’école primaire musulmane au village de Dobuilevu, dans la province de Ra.

Ghana

Sans livres scolaires, cahiers ou ardoises, des enfants d’une école au Ghana s’entraînent à écrire des chiffres sur leurs pupitres.

Nous avons besoin de vous pour que chaque enfant dans le monde ait l’opportunité de vivre sa rentrée scolaire.

Tous les enfants ont le droit d’apprendre. Mais chaque année, la pauvreté et les situations de conflit empêchent des millions d’enfants d’aller à l’école. Avec votre soutien régulier, l’UNICEF peut atteindre les enfants en situation de pauvreté pour leur donner accès à l’éducation, donner accès à l’école aux enfants dans des zones de conflit et être présent pour aider les enfants à reprendre l’apprentissage après un désastre naturel.

Soutenez l’UNICEF aujourd’hui pour que chaque enfant puisse aller à l’école, jouer avec ses amis et ait accès à l’éducation dont il a besoin pour s’épanouir dans la vie.

Merci !

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.