Le Congo prépare ses prestataires de santé à la riposte contre la maladie à virus Ebola.

Remise de kits de prévention au Directeur de Cabinet du Ministère de la Santé et de la Population, Mr. Jean-Philippe Gakosso. Photo: © UNICEF Congo/2015/Taylor

Je discutais l’autre jour avec le Directeur de Cabinet du Ministère de la Santé et de la Population au moment où la décision d’organiser des ateliers de formation pour les prestataires de santé se prenait. Il disait que “[…] c’est pendant la période d’accalmie que les grandes batailles se préparent.” En d’autres termes, il ne faut pas attendre que l’épidémie à virus Ebola soit aux portes du Congo pour se préparer. La bataille contre l’épidémie de la maladie à virus Ebola même dans les pays qui ont payé un lourd tribu à ce fléau comme le Libéria, la Sierra Leone, et la Guinée Conakry est loin d’être gagnée. On observe actuellement de nouveaux pics de cas et même une résurgence de la maladie au Libéria, pays qui avait pourtant été déclaré “Ebol-free” par l’OMS il y a environ un mois.

Renforcer les capacités des prestataires de santé en matière de prise en charge des cas de maladie à virus Ebola, de communication et d’hygiène est un investissement capital dans la lutte contre l’épidémie à virus Ebola. Les acquis par les prestataires de santé suite aux formations que nous prevoyons permettront à ces derniers d’avoir davantage confiance en eux-mêmes pour non seulement prévenir cette maladie mais aussi afin de ne pas céder à la panique lorsqu’il s’agira en cas de nécessité de prendre en charge les malades ou ceux qui ont succombé à la maladie.

Photo: © UNICEF Congo/2015/Taylor

Le Congo n’a pas encore mis en oeuvre tout son plan de prévention et de préparation à la riposte contre la maladie à virus Ebola, il est donc significativement vulnérable. Lors de la cérémonie de lancement des ateliers de formation, j’ai saisi l’occasion pour saluer l’implication de la Fondation SNPC qui avait spontanément répondu à l’appel lancé par le Ministre de la Santé et de la Population l’année dernière, une véritable synergie des bonnes volontés pour apporter une contribution à la lutte contre cette maladie. C’est d’ailleurs grâce au financement de la SNPC que des simulations seront conduites pour tester la capacité réelle des prestataires de santé à gérer une éventuelle épidémie de maladie à virus Ebola. J’ai également salué la présence du Secrétaire Général de la Fondation SNPC, Monsieur Pascal ITOUA OYONA, qui a fait preuve de grande efficacité dans le plaidoyer pour engager la SNPC à s’impliquer substantiellement dans la lutte contre la maladie à virus Ebola.

Photo: © UNICEF Congo/2015/Taylor

Enfin j’ai tenu à remercier aussi les acteurs du secteur privé ainsi que les ONGs qui actuellement collaborent avec l’UNICEF et le Ministère de la Santé et de la Population pour la mise en oeuvre d’une campagne de communication de proximité sur la prévention de la maladie à virus Ebola en saisissant l’occasion pour inviter tous les acteurs du développement et du Congo à apporter leur contribution à la prévention ainsi que la préparation à la riposte contre ce fléau car la maladie à virus Ebola est comme l’épée de Damoclès suspendue au-dessus des pays africains. Ce sera ainsi tant qu’il n’y aura pas zéro cas de maladie à virus Ebola sur tout le continent africain.

Aloys Kamuragiye

Représentant de l’UNICEF en République du Congo.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated UNICEF Congo Brazza’s story.