À l’occasion du troisième anniversaire du « référendum » de la Russie en Crimée, les USA réaffirment leur engagement envers une Ukraine entière et souveraine.

French translation of “Reaffirming U.S. Commitment to a Sovereign and Whole Ukraine on the Third Anniversary of Russia’s Crimean ‘Referendum’”

COMMUNIQUÉ DE MARK TONER, PORTE-PAROLE PAR INTÉRIM

DÉPARTEMENT D’ÉTAT DES ÉTATS-UNIS

Bureau du porte-parole

Pour diffusion immédiate

Le 16 mars 2017

Il y a trois ans, la Russie annexait et occupait la Crimée. La Russie a ensuite organisé un référendum illégal. Les habitants de Crimée ont été forcés à voter alors même que des forces étrangères lourdement armées occupaient leur pays. Les États-Unis ne reconnaissent pas ce « référendum » tenu par la Russie le 16 mars 2014, sa tentative d’annexer la Crimée et sa violation persistante du droit international. Nous affirmons une fois de plus notre engagement envers la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

Ces trois dernières années, les « autorités » de l’occupation russe en Crimée ont lancé une campagne visant à supprimer toute dissidence. Dans la Crimée occupée par la Russie, les défenseurs des droits humains ont enregistré des disparitions forcées, des exécutions extrajudiciaires, des tortures et des hospitalisations psychiatriques punitives. Des Tatars de Crimée, des personnes d’origine ukrainienne, des militants pro-Ukraine et des journalistes indépendants ont subi des poursuites judiciaires à motif politique et une répression qui continue jusqu’à aujourd’hui. Les « autorités » russes d’occupation ont réduit au silence et forcé la fermeture d’ONG et de médias indépendants. Elles ont obstinément refusé que des observateurs indépendants accèdent à la péninsule. Nous en appelons à la Russie pour qu’elle mette fin à ses tentatives de supprimer la liberté d’expression, les droits de rassemblement pacifique et d’association, ainsi que la liberté de culte.

La Crimée est une partie de l’Ukraine. Les États-Unis condamnent l’occupation russe de la Crimée et appellent à sa fin immédiate. Nos sanctions relatives à la situation en Crimée seront maintenues tant que la Russie n’aura pas restitué à l’Ukraine son contrôle de la péninsule.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.