La secrétaire adjointe par intérim Judith Garber sera à la tête de la délégation des États‑Unis lors de la première réunion de la Convention de Minamata sur le mercure

French translation of “Acting Assistant Secretary Judith Garber Leads U.S. Delegation to the First Meeting of the Minamata Convention on Mercury”.

Département d’État des États-Unis

Bureau du porte-parole

Le 26 septembre 2017

La secrétaire d’État adjointe par intérim au bureau des Océans et des Affaires scientifiques et environnementales internationales, Judith Garber, se rendra à Genève (Suisse) du 27 au 29 septembre en tant que chef de la délégation des États-Unis lors de la première réunion de la conférence des parties à la Convention de Minamata sur le mercure (COP-1).

La Convention de Minamata représente un bond en avant pour aider les États-Unis et d’autres pays à réduire l’exposition des gens au mercure, un produit chimique toxique ayant des effets néfastes significatifs sur la santé, y compris sur le cerveau et le système nerveux. La Convention s’inscrit dans le cadre de mesures importantes déjà adoptées par les États-Unis au niveau national pour réduire la quantité de mercure générée, utilisée et rejetée dans l’environnement.

La Convention exige que les pays appliquent les meilleures techniques et pratiques environnementales disponibles pour contrôler les émissions de mercure provenant des plus grandes sources industrielles — y compris les technologies modernes. Les États-Unis, qui ont déjà recours à ces outils, devraient observer une réduction significative de la pollution transfrontalière au mercure en raison de l’amélioration des contrôles dans d’autres pays. L’accord, dont les États‑Unis font partie, vise à protéger la santé humaine et l’environnement contre les effets néfastes du mercure.

La secrétaire adjointe par intérim Garber participera à un segment spécial de haut niveau qui réunira les ministres et d’autres représentants de haut rang pour marquer l’entrée en vigueur de la Convention de Minamata et pour discuter des mesures à l’échelle nationale visant à mettre en œuvre la Convention. La conférence des parties devrait également prendre un certain nombre de décisions techniques et opérationnelles importantes qui guideront la mise en œuvre de la Convention à long terme, notamment en adoptant des directives techniques sur la gestion des sources d’émissions atmosphériques de mercure.

Suivez le bureau des Océans et des Affaires scientifiques et environnementales internationales sur Twitter @StateDeptOES pour toutes mises à jour sur le voyage Mme Garber.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.