Le secrétaire d’État Tillerson préside la 10e réunion interministérielle du Conseil de l’Arctique

French translation of Secretary Tillerson Chairs 10th Arctic Council Ministerial Meeting

Département d’Etat des Etats-Unis

Bureau du porte-parole

Washington

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

Le 11 mai 2017, le secrétaire d’État Tillerson a accueilli la 10e réunion interministérielle du Conseil de l’Arctique à Fairbanks en Alaska. Dans leurs fonctions de président sortant du Conseil de l’Arctique, les États-Unis avaient réuni les ministres des Affaires étrangères des États de la région arctique (Canada, Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Suède, Russie et États-Unis), de même que les délégations des organisations autochtones, qui sont des participants permanents du Conseil de l’Arctique, et des États et organisations observateurs.

Lors de la réunion, le secrétaire Tillerson a qualifié le Conseil de l’Arctique de plateforme indispensable pour la coopération, et affirmé que les États-Unis continueraient à jouer leur rôle de membre actif après le transfert de la présidence du Conseil à la Finlande. Parmi les questions les plus importantes à régler, il a cité l’amélioration du bien-être et des conditions de vie des communautés de l’Arctique ; la reconnaissance des intérêts stratégiques de chaque pays dans la région arctique ; et la vigilance nécessaire pour protéger son fragile environnement.

Le secrétaire Tillerson a annoncé la signature de la déclaration de Fairbanks, dans laquelle le Conseil réaffirme son engagement pour le maintien de la paix, de la stabilité et d’une coopération constructive en Arctique, pour le développement durable et pour la protection de l’environnement arctique. La déclaration de Fairbanks reconnaît les réalisations clés de la période où le Conseil de l’Arctique était présidé par les USA (2015–2017), visant à améliorer la sûreté, la sécurité et la gestion de l’océan Arctique, ainsi que l’économie et les conditions de vie. Le texte intégral de la déclaration est disponible ici.

Le secrétaire d’État Tillerson a également annoncé la signature d’un accord de renforcement de la coopération scientifique internationale en Arctique par le Canada, le Danemark, la Finlande, l’Islande, la Norvège, la Suède, la Russie et les États-Unis Il s’agit là du troisième accord juridiquement contraignant négocié sous les auspices du Conseil de l’Arctique. Cet accord facilitera, pour les scientifiques des huit États arctiques, l’accès à des zones de la région identifiées par chaque État, et notamment l’entrée et la sortie de personnes, d’équipement et de matériaux ; l’utilisation d’infrastructures et installations de recherche ; et l’accès à des zones de recherche. L’accord appelle aussi toutes les parties à promouvoir l’enseignement et la formation de scientifiques travaillant sur des sujets liés à l’Arctique. Le texte intégral de l’accord est disponible ici.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.