Programme des États-Unis de destruction des armes classiques — Iraq

French translation of “U.S. Conventional Weapons Destruction Program — Iraq”.

Département d’État des États-Unis

Bureau des Affaires politiques et militaires

Fiche d’information

Le 17 août 2017

Depuis 2003, les États-Unis ont investi plus de 300 millions de dollars en Iraq dans le déminage et l’élimination sans risques des mines, des munitions non explosées (MNE), des engins explosifs improvisés (EEI) et des stocks excédentaires d’armes et de munitions classiques, ainsi que dans la sensibilisation aux risques liés aux mines et l’aide aux victimes. Cette aide, qui s’opère par le biais d’organisations internationales non gouvernementales (ONG) et d’entrepreneurs, a fait des progrès significatifs en matière de protection des communautés contre les risques potentiels, y compris les risques accrus créés par les activités liées à l’État islamique en Iraq et au Levant (Daech) ; en matière de restauration de l’accès aux terres et aux infrastructures ; et de développement de la capacité de l’Iraq à gérer de manière autonome les programmes de réduction d’armes sur le long terme.

Le défi des mines/munitions non explosées

On estime que 10 à 15 millions de mines terrestres, de munitions non explosées et de restes explosifs de guerre (REG) sont toujours disséminés en Iraq des suites de conflits remontant aux années 1940. De nombreuses grandes barrières de mines et de nombreuses MNE subsistent le long de la frontière Iran-Iraq suite au conflit qui a opposé les deux pays dans les années 1980. Les guerres de 1990–1991 et le conflit qui a débuté en 2003 ont disséminé un nombre important de MNE dans tout le pays, la plupart étant concentrées dans le Sud.

Au vu de cette nouvelle dissémination et du déplacement des populations entraîné par Daech, l’aide apportée à l’Iraq pour la destruction des armes classiques (Conventional Weapons Destruction, ou CWD) revêt de nouveau un caractère urgent. Les civils fuyant les grands centres de population, ces personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI) se retrouvent soudainement dans des zones où ils ignorent tout des dangers existants liés aux REG. À mesure que les personnes déplacées commencent à rentrer chez elles, elles sont confrontées à la fois aux MNE du conflit récent ainsi qu’à la pose délibérée par Daech de mines et de pièges dans les maisons et les espaces publics. Bien que l’ampleur de la dissémination ne puisse être déterminée avec précision tant que les évaluations sur place ne sont pas terminées, les Nations unies ont estimé à plus de 250 millions de dollars les fonds nécessaires à l’élimination des dangers explosifs, et ce, uniquement en ce qui concerne les infrastructures clés. Cette estimation n’inclut pas le coût du déminage des zones résidentielles.

Réalisations récentes :

Depuis le début de l’année 2017, le bureau d’élimination et de réduction des armements (PM/WRA) rattaché au bureau des Affaires politiques et militaires du département d’État, a fourni environ 47 millions de dollars pour soutenir les efforts de la CWD en Iraq, avec comme résultats :

· Le nettoyage de mines antipersonnel, de MNE et d’EEI sur une superficie de plus de 10 millions de mètres carrés à travers l’Iraq au cours du premier semestre 2017, facilitant la restauration des infrastructures clés et un développement économique et agricole revitalisé dans tout le pays ;

· La destruction de plus de 10 500 mines terrestres, MNE et EEI, ainsi que de munitions abandonnées ou bien à risque au cours des six premiers mois de l’année 2017 ;

· Une sensibilisation concernant les risques encourus auprès de plus de 38 500 hommes, femmes et enfants iraquiens, au cours du premier semestre 2017, pour les former aux dangers potentiels des mines terrestres et des MNE dans leurs communautés ; et

· Un travail en étroite collaboration avec les autorités iraquiennes et le PNUD pour soutenir le déminage des infrastructures essentielles, notamment les écoles, les usines, les routes, les centrales électriques et les boulangeries dans les zones récemment libérées de Daech, dans le but d’aider à renforcer les objectifs de stabilisation à plus grande échelle.

Initiatives de partenaires, financées par les États-Unis :

· Janus Global Operations (Janus) : Le financement du département d’État permet à Janus de mener une enquête sur les REG et des opérations de déminage à Ramadi, à Mossoul et dans leurs environs et dans les plaines de Ninewa et ses alentours. En coordination avec le PNUD et l’UNMAS, Janus a joué un rôle essentiel dans l’élimination des MNE et des EEI laissés par Daech dans les zones récemment libérées, dans des d’infrastructures clés comme les puits, les cimenteries, les écoles, les routes et les centrales électriques. Janus a déminé plus de 1,2 million de mètres carrés de terrain au cours du premier semestre 2017 et plus de 3,6 millions de mètres carrés depuis avril 2016.

· Mines Advisory Group (MAG) : Le financement du département d’État a permis au groupe MAG Iraq de déminer plus de 1,1 million de mètres carrés de terrain, enlevant et détruisant en toute sécurité 1 841 mines et REG dans le Nord de l’Iraq pendant la première moitié de l’année 2017. Le travail de MAG dans les zones nouvellement libérées jouera un rôle crucial pour s’assurer que le retour des personnes déplacées, y compris les populations yézidies à Sinuni, à Zammar et à Rabia, se fasse en toute sécurité quand le moment sera opportun. En outre, MAG continuera de déployer des équipes de liaison communautaire responsables de la sensibilisation des rapatriés aux dangers que présentent les REG.

· Norwegian Peoples Aid (NPA) : Le financement du département d’État a permis à la NPA de fournir des conseillers techniques au centre régional d’action antimines iraquien (branche Sud) à Basra (RMAC-S) pour l’aider à remplir son rôle d’organisme de réglementation capable de coordonner et de surveiller les activités antimines. Ce projet a permis au RMAC-S de mettre en œuvre une enquête non technique (NTS) conçue pour fournir une image plus précise de la situation des mines et des REG dans le Sud de l’Iraq. En outre, les équipes de la NPA, financées par le WRA, ont nettoyé plus de 2,9 millions de mètres carrés de terrain et détruit en toute sécurité 677 projectiles à sous-munitions et autres éléments non explosés au cours du premier semestre 2017.

· Fondation suisse de déminage (FSD) : Le financement du département d’État a permis à la FSD de mener des opérations de déminage dans les villes des gouvernorats d’Erbil et de Kirkouk qui ont récemment été libérés de l’emprise de Daech. La FSD a déminé environ 750 000 mètres carrés de terrain et a détruit en toute sécurité 3 797 mines, EEI et éléments non explosés au cours du premier semestre 2017.

· Danish Demining Group (DDG) : Le financement du département d’État a permis au groupe DDG de mener des opérations de détection et de déminage dans le Sud de l’Iraq, ainsi que d’aider à développer la capacité du programme du RMAC-S en coordination avec la direction iraquienne de l’action antimines (DMA). En plus de nettoyer plus de 4,3 millions de mètres carrés de terrain et de détruire en toute sécurité plus de 2 500 mines terrestres et éléments non explosés, la DDG a sensibilisé plus de 7 700 personnes aux risques liés aux mines lors du premier semestre 2017.

· Information Management System for Mine Action (iMMAP) : le financement du département d’État permet aux conseillers de l’iMMAP de continuer à fournir une gestion opérationnelle, une planification stratégique, un soutien aux victimes et une expertise technique. En septembre 2015, la DMA, l’IKMAA (l’agence d’action antimines du Kurdistan iraquien) et l’iMMAP ont signé un protocole d’entente permettant à iMMAP d’établir une base de données conjointe de la DMA et de l’IKMAA, dédiée à la gestion d’informations. Il s’agit de suivre les opérations humanitaires de déminage (HMA) dans les zones libérées de Daech et de faciliter le flux de données sur les HMA entre les diverses ONG d’action antimines qui participent aux efforts de stabilisation. Depuis, l’iMMAP a joué un rôle central en coordonnant les efforts de déminage entre la DMA, l’IKMAA et diverses organisations qui mènent de telles opérations dans le cadre des efforts de stabilisation.

· Spirit of Soccer (SoS) : Grâce au financement du département d’État, SoS continue de mettre en œuvre des projets innovants ayant recours au football comme moyen de promouvoir l’éducation et la sensibilisation des enfants aux risques liés aux mines et aux MNE. En développant ces techniques, SoS a intégré une formation sur les traumatismes pour les jeunes touchés par la violence due à Daech et a œuvré à mettre en place des ligues et des parrainages de tournois locaux afin de cibler de jeunes garçons iraquiens susceptibles de rejoindre des groupes extrémistes. SoS a dispensé une formation sur les risques liés aux mines à plus de 8 500 enfants au cours du premier semestre 2017.

Les États-Unis sont le premier pays du monde en ce qui concerne le soutien financier pour les efforts visant à éliminer les MNE et les mines anti personnelles. Depuis 1993, les États-Unis ont contribué à hauteur de plus de 2,8 milliards de dollars, dans plus de 100 pays à travers le monde, aux efforts de réduction des effets néfastes des armes de guerre classiques à risque, dont la prolifération illégale et l’usage indiscriminé font rage à l’échelle mondiale. Pour de plus amples informations sur les programmes humanitaires de déminage et de destruction d’armes des États-Unis, consultez la dernière édition de notre rapport annuel, To Walk the Earth in Safety.

Pour plus d’informations, veuillez contacter David McKeeby du bureau des Affaires politiques et militaires, rattaché au bureau des Affaires parlementaires et publiques, en envoyant un mail à PM‑CPA@sState.gov.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.