Venezuela : le gouvernement de Maduro doit cesser de faire taire les voix de l’opposition

French translation of “Venezuela: Maduro Government Must Stop Silencing Opposition Voices

Département d’Etat des Etats-Unis

Communiqué de presse

M. Mark C. Toner

Porte-parole par intérim

Washington

Le 10 avril 2017

Les États-Unis considèrent avec une vive préoccupation les actions du gouvernement vénézuélien visant à empêcher le gouverneur de l’État de Miranda, M. Henrique Capriles — un élu éminent de l’opposition politique du Venezuela, choisi démocratiquement et ancien candidat à la présidence — de participer à la vie publique du pays pour 15 ans.

Nous avons assisté à la plus grande manifestation publique de l’année samedi dernier, ainsi qu’à des manifestations aujourd’hui, et faisons écho aux appels du peuple vénézuélien pour la tenue d’élections rapides, pour le respect de la constitution et de l’Assemblée nationale, et pour la libération des prisonniers politiques. Nous demandons aux manifestants de s’exprimer de manière non-violente et appelons les forces de sécurité gouvernementales à protéger les manifestations pacifiques, et non pas à les empêcher. La liberté de réunion est un droit universel que les autorités vénézuéliennes doivent respecter.

Nous soutenons fermement le consensus du Conseil permanent de l’Organisation des États américains, qui affirme qu’il est essentiel que le gouvernement vénézuélien assure le plein rétablissement de l’ordre démocratique. Nous exhortons le président Maduro à réexaminer la décision d’exclure Capriles et à s’assurer que les vénézuéliens puissent exercer leur droit d’élire leurs représentants lors d’élections libres et équitables, conformément à la constitution vénézuélienne et aux dispositifs internationaux, y compris la Charte démocratique interaméricaine.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi